Jump to content

Recommended Posts

Bonjour, 

j'ai un texte et je dois deviner à quel cas mettrait-on les mots ou groupes de mots en gras.  Pouvez-vous me corriger s'il vous plaît ? 

À dix-sept heures, comme il sortait pour de nouvelles visites, le docteur croisa dans l’escalier un homme (c'est un COD donc accusatif singulier) encore jeune, à la silhouette (j'ai un doute entre un CC de manière donc ablatif singulier ou un COI donc datif singulier) lourde, au visage massif et creusé, barré d’épais sourcils. Il l’avait rencontré, quelquefois, chez les danseurs espagnols qui habitaient le dernier étage de son immeuble. Jean Tarrou fumait une cigarette avec application en contemplant les dernières convulsions d’un rat qui crevait sur une marche, à ses pieds. Il leva sur le docteur le regard (COD donc accusatif singuliercalme et un peu appuyé de ses yeux (CC de lieu ? donc ablatif pluriel) gris, lui dit bonjour et ajouta que cette apparition des rats était une curieuse chose (génitif singulier).

 

Link to post
Share on other sites

Vous avez trois grosses fautes, dont la dernière proposition.

Pourquoi génitif ?

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, jacques a dit :

Vous avez trois grosses fautes, dont la dernière proposition.

Pourquoi génitif ?

Bonsoir,

Merci pour votre réponse. 

En me relisant, je pense que le nom "chose" est un COD, donc accusatif singulier. J'ai mis génitif car pour moi, "chose" c'est un nom qui complète l'adjectif curieuse mais ce n'est pas ça le génitif. Et je pense aussi avoir fais une faute à "yeux" : c'est un COI (appuyé de quoi ?), donc datif pluriel. 

 

Link to post
Share on other sites

Restons sur la dernière fonction. Non, ce n'est un COD.

Croyez-vous qu' la chose soit l'objet d'une action qelconque ??

Comparez : "je vois cette chose" et "Pour les anciens Romains, l'esclave est une chose"

Link to post
Share on other sites

D’accord. « Je vois cette chose » : «chose» est l’objet de l’action de voir. 

Et dans dans l’autre phrase chose n’est pas l’objet d’une action. 

Dans mon texte, « chose » n’est pas l’objet d’une action. 

Link to post
Share on other sites

Donc, quelle fonction et quel cas ? Tenez compte du verbe de la proposition : ce verbe ne vous dit rien ?

"Le regard appuyé de ses yeux" : à quoi se rattache yeux ? Vous croyez vraiment que c'est à "appuyé" ?

Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas quoi répondre... c’est un peu confus. 

« Yeux » se rattache à « regard ». Est ce qu’il est complément du nom regard ? 

Concernant chose, je ne sais pas. C’est une subordonnée mais plus précisément comme fonction je ne sais pas :/ 

Link to post
Share on other sites
Le 23/06/2020 à 17:49, manuelaft a dit :

Bonjour, 

j'ai un texte et je dois deviner à quel cas mettrait-on les mots ou groupes de mots en gras.  Pouvez-vous me corriger s'il vous plaît ? 

À dix-sept heures, comme il sortait pour de nouvelles visites, le docteur croisa dans l’escalier un homme (c'est un COD donc accusatif singulier) encore jeune, à la silhouette (j'ai un doute entre un CC de manière donc ablatif singulier ou un COI donc datif singulier) lourde, au visage massif et creusé, barré d’épais sourcils. Il l’avait rencontré, quelquefois, chez les danseurs espagnols qui habitaient le dernier étage de son immeuble. Jean Tarrou fumait une cigarette avec application en contemplant les dernières convulsions d’un rat qui crevait sur une marche, à ses pieds. Il leva sur le docteur le regard (COD donc accusatif singuliercalme et un peu appuyé de ses yeux (CC de lieu ? donc ablatif pluriel) gris, lui dit bonjour et ajouta que cette apparition des rats était une curieuse chose (génitif singulier).

 

Vous devez " deviner"? "Analyser " serait mieux. Et voilà que Albert Camus rentre en piste...

" uir maxima sapientia ingenioque" avez- vous écrit sur un autre post: servez- vous en pour analyser " à la silhouette lourde".

Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, manuelaft a dit :

Je ne sais pas quoi répondre... c’est un peu confus. 

« Yeux » se rattache à « regard ». Est ce qu’il est complément du nom regard ? 

Eh bien oui, tout simplement.

Quel cas en latin ?

Il y a 9 heures, manuelaft a dit :

Concernant chose, je ne sais pas. C’est une subordonnée mais plus précisément comme fonction je ne sais pas :/ 

"L'apparition est une curieuse chose" : chose est relié à apparition, sujet de est, verbe d'état : donc chose est attribut du sujet apparition.

Quel cas en latin ?

Link to post
Share on other sites

Ah tout simplement alors ! 

donc "yeux" est au génitif pluriel. 

et "chose" est au nominatif singulier 

Et pour "silhouette", je pense plus que c'est un complément circonstanciel donc ablatif singulier

Est-ce bon ? 

 

Merci 

Link to post
Share on other sites

Oui, tout est juste à présent.

Eh oui, la grammaire n'est pas si complexe : il suffit de comprendre le pourquoi et le comment des notions qu'on apprend.

Pour "à la silhouette...", avez-vous vu la remarque de Bill ? Ce n'est pas vraiment un complément circonstanciel. Vous pouvez mettre ce groupe à l'ablatif, mais aussi...

Link to post
Share on other sites

Non : dans le mot datif, il y a dare, "donner" ; dans la phrase "je donne un livre à Pierre, "à Pierre" se mettra" au datif en latin. Retenez-le, cela vous aidera. Voyez, je ne parle même pas de fonction.

Vous ne devez peut-être pas connaître le nom du complément en gras dans "uir maxima sapientia ingenioque" cité par Bill. Cela dit, pourquoi aviez-vous utilisé l'ablatif ?

 

Link to post
Share on other sites

La préposition ´à’ m’induit en erreur. Dans ce cas là, silhouette est il aussi complément du nom homme ?  

Dans la phrase cité par Bill, je n’ai pas choisi les cas en latin, la phrase est imposée ensuite je suis censé la traduire. 

Link to post
Share on other sites

En fait, il s'agit d'un complément de détermination, plus précisément de qualité, qui s'exprime en latin à l'ablatif seul ou au génitif. Si vous dites "complément de nom", vous n'avez par tout à fait tort, mais on utilise cette dénomination quand il y a un rapport de possession.

Le chien du voisin : "du voisin", complément du nom chien : génitif en latin.

Le chien de petite taille : "de petite taille", complément de détermination du nom chien : ablatif ou génitif.

Le chien aux oreilles pendantes : "aux oreilles pendantes", idem.

Vous remarquez que le complément de détermination se construit avec à ou de en français ; c'est au sens que vous devez donc réfléchir avant tout pour traduire.

Et ce n'est pas non plus un complément circonstanciel parce qu'il n'est pas déplaçable, et qu'il n'indique aucune circonstance (temps, lieu, manière, etc...).

 

Voilà, merci de votre assiduité : vous progresserez (en latin, mais aussi et surtout en français) si vous ne vous contentez pas de chercher des solutions toutes faites, qui vous évitent de réfléchir.

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...