Jump to content

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Yesterday
  2. Merci beaucoup. Voici ce que je propose. Seul le puerum tuum du début pose quelques difficultés : Mais vous prendrez mieux connaissance de tout cela par votre élève, que je vous remettrai dans deux jours au plus tard. Je n’eusse pas écrit par son intermédiaire, ni à toi ni à d’autre à qui je fais d’amples réponses, si le jeune homme n’était pas digne que je te le recommandasse. Il est en effet d’un naturel et d’une éducation, pour ce que je sais, plutôt prometteurs, et il est en outre originaire d’une nation en renom. Il entretient sa culture grâce à la libéralité de Georges Vauzelles, chevalier de Rhodes, le seul que m’aient conservé la malveillance et la perfidie des autres, et à qui je suis, bien volontiers et à bon droit, redevable de son très grand dévouement.
  3. D'ailleurs l'année suivante en 1537, l'une des lettres de Boyssonné le mentionne à nouveau qui doit montrer que Vintimille est à Toulouse (Chomard est le secrétaire de Boyssonné) : De tuis libris curaverunt diligenter Chomardus et Vintemillanus ut ad me perferrentur
  4. Bonjour, Vous avez raison, je vous copie l'extrait de la "biographie" que j'écris à titre amateur sur mon ancêtre Jacques de Vintimille qui doit concerner ce passage : "Bien que les frères de VAUZELLES apportent de nombreux enseignements à Jacques de VINTIMILLE, ils cherchent à lui faire suivre les meilleurs cours du Royaume. Ils avaient pour cela mandaté leur ami, Guillaume SCEVE (cousin de Maurice SCEVE) chez qui les grands poètes lyonnais dînaient fréquemment. Ce-dernier connaissait intimement, semble-t-il depuis ses études à Padoue, Jean de BOYSSONNE, humaniste, régent de droit à l’Université de Toulouse, à qui il recommande dans une lettre du 7 octobre 1536 « Jacques de VINTIMILLE de Rhodes (21 ans), élève de VAUZELLES ». De ce que j'ai compris de ma très mauvaise traduction, Jacques de VINTIMILLE, 21 ans, est envoyé de Lyon à Toulouse pour transmettre la missive (et surement des manuscrits lyonnais pour Jean de Boyssonné). Et l'auteur de la lettre, Guillaume Scève, dit à son ami qu'il lui recommande le jeune porteur. Un grand merci à vous ! KM
  5. Bonjour monsieur, Je souhaiterais avoir quelques précisions sur les rapports entre les personnages en question dans cette lettre : l'auteur, le destinataire, le "puer", etc... Le texte n'est pas difficile, mais sans contexte, ce n'est malgré tout pas si aisé à traduire. Je suppose que vous n'avez pas trouvé cet extrait de lettre par hasard. Merci.
  6. Last week
  7. Bonjour, Me revoilà avec mes enigmes. Voilà 3h que je suis sur un extrait de texte, et malgré toute ma bonne volonté, je n'arrive à rien (et je promets que ce n'est pas du google translate ! ahah). Voici le texte que je cherche à traduire : "Sed omnia melius per puerum tuum quem tertio ad summum die tibi remittam. Nec ante scripsissem aut tibi aut aliis quibus per eum abunde respondeo, nisi juvenis, qui has tibi reddet, dignus esset qui tibi a me commendaretur. Est enim et ingenio et institutione, quantum audio, felice satis, natione praeterea gratiosa. Fovet etiam sua studia liberalitate Georgii Vozelli, equitis Rhodii, quem unum mihi aliorum et improbitas et perfidia reliquum fecere, cui majora etiam studia et libenter et merito certe debeam." Je vous mets quelques morceaux de réflexions qui pour moi ne sont toujours pas très corrects : Sed omnia melius per puerum tuum quem tertio ad summum die tibi remittam : Mais XXX XXX par ton jeune que XXX je te ramène pour la fin de la journée. Nec ante scripsissem aut tibi aut aliis quibus per eum abunde respondeo, nisi juvenis, qui has tibi reddet, dignus esset qui tibi a me commendaretur. : Mais avant que je ne t’écrive ou que les autres par ce ??? je te réponds amplement, jeune homme soutenu, qu'il ne te rendra ces ?, qu’il soit digne qu’il t’ait été recommandé par moi. Est enim et ingenio et institutione, quantum audio, felice satis, natione praeterea gratiosa. (je ne l'ai pas tentée celle-ci) Fovet etiam sua studia liberalitate Georgii Vozelli, equitis Rhodii, quem unum mihi aliorum et improbitas et perfidia reliquum fecere, cui majora etiam studia et libenter et merito certe debeam. : Il entretient ses goûts XXX bienveillance de Georges de Vauzelles, Chevalier de Rhodes, ils furent ? qu'un autre et improbe et infidèle restant ... Je travaille de cette manière pour information. Mais cela ne m'aide pas vraiment plus que cela ... Nec ante scripsissem aut tibi aut aliis quibus per eum abunde respondeo, Nec (adv) = mais ... ne pas // ante (adv/prep) = avant/auparavant/autrefois // scripsissem (scribo) = que j’écrivais // aut (conj) = ou // tibi () = te // aut = ou // aliis (alius pron da/ab-plu) = les uns/les autres // quibus (quis pron inter da/ab-plu) = qui // per + acc = par/pendant/par l’intermédiaire de // eum (is pron acc-mas-sing) = ce // abunde () = // respondeo (present JE) = JE réponds // Merci à vous, KM
  8. En effet, il s'agit de "Cher (Maclou) POPON, (Jacques de) VINTIMILLE, ..." Merci à vous ! Et en effet, ça n'avait pas de sens ahah, j'ai pourtant été plein de volonté
  9. Je ne cesse de dire à mes étudiants : n'écrivez pas ce qui n'a pas de sens !!! Par contre, vous verrez pour les noms propres, en particulier ce Pomponius Vingtmille ; à la fin, il semblerait qu'il y ait deux personnes et non un prénom et un nom.
  10. Bonjour Un grand merci pour cette traduction. Il ne s'agissait pas de google traduction mais bien de la mienne ... en effet, je vois que c'était catastrophique ahah 2h de travail à la poubelle Votre traduction est bien plus fluide et belle que la mienne et surtout elle a du sens ! J'en prends note, merci beaucoup ! Bien cordialement, Kévin
  11. Traduction google ? " Pour ce qui concerne ses mœurs, vous en avez une image fidèle dans ses poèmes : aucune animosité envers les honnêtes gens ou les savants, aucune malice, aucune vile moquerie ; tous ses poèmes révèlent une pensée droite, nourrie de vertu, un esprit énergique et pénétrant. Par ses talents artistiques, il s'était insinué dans l'intimité de tous les grands personnages de son temps, aussi nombreux qu'ils fussent, ainsi que les savants. Cher à Pomponius Vingtmille (?) et à François Juret, d'un savoir si prodigieux, il fut tenu et honoré au nombre de leurs amis. Vous verrez, clarissime, la mémoire des temps anciens pour ainsi dire remise à jour dans des hommes grâce auxquels, dans ce sénat, fleurissent au plus haut point la foi, l'honorabilité, la constance et la science : les Brulart, les Bégat, etc... "
  12. Je ne suis pas du tout latiniste. Voici ce que j'ai tenté pour la première phrase : "Quantum vero ad mores, expressam habes in Carminibus eorum effigiem, nullus liuor in probos doctosve, nulla improbitas lususve nequam, omnia mentem erectam, virtutibus imbutam, animum viuidum, acutum spirant: & his sane artibus in familiaritatem magnorum quotquot fuerunt coaeuo de doctorum virorumse insinuaverat: POMPONIO VINTMILIO charus, FRANCISCO IVRETO quantae eruditionis viro inter amicos habitus & laudatus." Sur la vérité de leur caractère, tu connais dans les poèmes écrits en leur honneur, aucune jalousie contre les vertueux savants, aucune mauvaise indélicatesse moqueuse, toute raison stimulée, instruite de valeurs, l'esprit vif, ils exhalent précisément et exercèrent leurs arts sensiblement dans une une grand familiarité autant qu'au contemporain des hommes savants : Popon, le cher Vintimille, et le grand homme de sciences François Juret estimé et loué parmi ses amis. Qu'en pensez-vous ?
  13. Earlier
  14. Bonjour, Je cherche la traduction de ces deux phrases d'un ouvrage qui mentionne mon ancêtre. Il s'agit d'un ouvrage de Philippe Robet du XVIIe siècle : "Quantum vero ad mores, expressam habes in Carminibus eorum effigiem, nullus liuor in probos doctosve, nulla improbitas lususve nequam, omnia mentem erectam, virtutibus imbutam, animum viuidum, acutum spirant: & his sane artibus in familiaritatem magnorum quotquot fuerunt coaeuo de doctorum virorumse insinuaverat: POMPONIO VINTMILIO charus, FRANCISCO IVRETO quantae eruditionis viro inter amicos habitus & laudatus." "Videbis autem, VIR. CLARISS. quasi repetitam veterum illorum temporum memoriam, quibus in hoc senatu plurimum viguisse videntur fides, dignitas, constantia & eruditio in BRULARTIIS, BEGATIIS, POMPONIIS, VINTMILIIS, GODRANIIS, MONTELONIIS, FREMIOTIS, SALMASIIS." Un grand merci pour l'aide que vous m'apporterez ! KM
  15. Bonjour, Je débute l'apprentissage du latin avec la méthode H. Orberg. J'ai acheter les exercices de Pars I pensant que les corrigés y figuraient. Depuis je n'arrive pas à les trouver en librairie. Je fais appel à vous si vous pouviez m'indiquer le lien pour les trouver sur internet ou mieux si vous pouviez me les envoyer par mail. Je vous remercie par avance. Bien cordialement, G. Darras
  16. funnix

    QUAM

    Merci beaucoup Bill pour ton explication précise et détaillée. Ahh donc la faute de frappe de mon texte était gênante en fait ! Je ne pensais pas du tout à cette expression en effet ! J'étais parti sur l'idée "qu'ils étaient absorbés par l'idée de fabriquer un four"...mais le genre (féminin et le cas) me gênait et la tournure de la phrase. J'aurais jamais soupçonné ce mot ! Merci pour votre générosité ! Je suis toujours agréablement surpris sur les forums de langue et de latin donc, de trouver autant de personnes prêtes à aider, sans juger, sans critiquer. Pas toujours le cas sur les forums 'plus techniques'... passons, ceci est une autre histoire. :) Bonne journée !!
  17. Bill

    QUAM

    Fovea-foveae signifie le piège. "Quam" est le pronom relatif qui a pour antécédent "foveam". Quam est au féminin sing comme son antécédent. Il est à l'acc cod de fecerunt. " ..."tombent dans le piège qu'ils ont fait." in foveam incidere" est un proverbe que l'on retrouve chez Plaute et Cicéron.
  18. funnix

    QUAM

    aie...en regardant le texte j'ai bien foReam et pas foVeam, curieux... A supposer que cela soit bien foVeam, j'avoue que je ne vois pas la "structure grammaticale" correspondant à ce "quam". En fait, la question que je me pose est : " pourquoi faut-il mettre un pronom relatif le "quam" qui se rapporte à foVeam (supposons que cela soit le cas)" ? J'ai une traduction mais un peu "trop éloignée" je trouve de la structure latine, probablement pour la rendre plus lisible, dans un français moderne.
  19. Bill

    QUAM

    Je ne trouve pas "foReam" dans les dictionnaires. Ne serait-ce pas " foVeam", lu dans une phrase identique à la vôtre?
  20. funnix

    QUAM

    Bonjour, je ne vois pas bien à quoi fait référence le mot QUAM dans la phrase suivante (pê alchimista ? ou alors "faire CE QUE" que l'on traduirait par QUAM) Spondent quas non exhibent divitias, pauperes Alchimistae pariter qui se sapientes existimant in foream incidunt quam fecerunt Merci pour l'aide !!
  21. N'auriez- vous pas demandé de l'aide sur un autre site sur lequel la traduction vous a déjà été donnée?
  22. Hum... N' auriez- vous pas interrogé un autre site que je ne cite pas maintenant, sur lequel la traduction vous a été donnée? Allez, franchement!
  23. J'ai réussi à traduire des petits passages de ce texte mais je ne sais même pas si c'est correcte (cela m’étonnerai mais j'ai passé l'après midi dessus avec un livre d'aide au latin pour les débutants) Post longam noctem Personae: Dorippa, Terentia "Salve era," inquit Dorippa, ancilla Terentiae, e cubiculo egredienti. "Bene dormivisti?" "Non bene," inquit Terentia, "dormivi, immo male dormivi." == Après une longue nuit Personnages : Dorippa, Terentia "Salut maîtresse", dit sa servante Dorippa à Terentia sortant du lit, "Tu as bien dormi ?" "Non je n'ai pas bien dormi", dit Terentia, "J'ai plutôt mal dormi." == Tum Dorippa: "Non? Male narras, era." "Oculos," inquit Terentia, "tota nocte non clausi." "Cur non?" rogat ancilla. Tum Terentia: "Quod etiam nescio quid faciam ut pugionem patris reperiam." Dorippa adnuit. "Possumne," inquit Dorippa, "te adiuvare in pugione reperiendo?" Respondit Terentia: "Nescio. Sed estne quod edam?" == Alors Dorippa (dit) : "Non, mal ? Raconte, maîtresse.""Je n'ai pas fermé les yeux de toute la nuit", dit Terentia."Pourquoi ? demande Dorippa.Alors Terentia : "Parce que je ne sais même pas que faire pour retrouver le poignard de mon père."Dorippa fait signe que oui. "Puis-je t'aider à retrouver le poignard ?" dit-elle.Terentia répond : "Je ne sais pas. Mais y a-t-il quelque chose à manger ?
  24. Bonjour non je me suis mise à la lecture d'un livre (un roman policier) en latin car je travaille à mi temps dans une médiathèque et nous avons pour projet de faire des ateliers sur les langues anciennes pour les enfants qui fréquente notre médiathèque, alors j'essaye de traduire certains passages pour comprendre la globalité du texte ( je fais des études de lettres modernes à Lille pas de lettres classiques) et mon niveau est très faible alors je ne pense pas pouvoir être apte à construire un atelier qui est censé "amadouer" les enfants vers le choix de la pratique des langues anciennes dans leurs parcours scolaire ( la directrice de la médiathèque est aussi professeure de grec ancien dans un collège et c'est elle qui à eu l'idée de cet atelier) Alors je vous demande de l'aide pour ce passage que j'ai essayé de traduire avec mes maigres connaissances mais il n'a aucun sens :/ Merci de l'aide que vous pourriez m'apporter et de m'avoir répondu !
  25. Bonjour, Est-ce un exercice demandé par un.e professeur.e ?
  26. Bonjour ! Une âme charitable pourrait-elle me traduire cette conversation en latin, elle proviens d'un livre qui ressemble à un roman policier. Post longam noctem Personae: Dorippa, Terentia "Salve era," inquit Dorippa, ancilla Terentiae, e cubiculo egredienti. "Bene dormivisti?" "Non bene," inquit Terentia, "dormivi, immo male dormivi." Tum Dorippa: "Non? Male narras, era." "Oculos," inquit Terentia, "tota nocte non clausi." "Cur non?" rogat ancilla. Tum Terentia: "Quod etiam nescio quid faciam ut pugionem patris reperiam." Dorippa adnuit. "Possumne," inquit Dorippa, "te adiuvare in pugione reperiendo?" Respondit Terentia: "Nescio. Sed estne quod edam?" Ad hoc Dorippa: "Est. Panem, mel, lac tibi affere possum." "Placet," inquit Terentia, "affer mihi ea omnia." Dorippa e conclavi egreditur. Non multo post cum pane, melle, poculo lactis redit. Poculum in mensa ante Terentiam ponit. Terentia panem cum melle edit et lac bibit. "Estne," inquit Terentia, "aliud quod bibam? Habemusne vinum? Lac mihi non placet." Tum Dorippa: "Aliud non habemus. Aut lac aut nihil." Terentia poculo posito ad ianuam it. "Foras eo ut patris pugionem quaeram. Tu autem hic mane." "Num sola," inquit Dorippa, "foras ibis? Roma est urbs periculosa. Nonne vis me cum te ire?" "Nolo," inquit Terentia. Noctu Roma profecto periculosa est. Nunc autem mane est. Sol lucet. Mane hic." Ad hoc Dorippa statim: "Etiam mane Roma est urbs periculosa. Cave, era!" Terentia non respondet. Ianua aperta foras egreditur. Post se ianuam claudit. Dorippa poculum Terentiae sumit. Etiam lactis plenum est. Subridet tum bibit. Lac enim ei placet.
  27. Bonjour Célyne, 1° C'est ici un forum consacré au latin. 2° Comment voulez-vous qu'on vous aide si vous ne donnez pas les références des textes que vous devez étudier ? 3° Il faut que vous soyez disposée à fournir un travail personnel à partir de nos indications ; en aucun cas, nous vous donnerons des réponses toutes faites. S'agit-il bien d'une "dissertation" au sens français du terme ?
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...