Jump to content

Bill

Members
  • Content Count

    385
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About Bill

  • Rank
    Nobilissimus

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

8,799 profile views
  1. Peut-être ces liens vous seraient utiles? Le pouvoir impérial dans les provinces syriennes_ Représentations et ... - Hadrien Bru - Google Livres.eml Histoire de l'academie royale des inscrip tions et belles. lettres (etc.) - Google Livres.eml
  2. Rebonjour, Que l'inscription date de 213, cela ne fait aucun doute: Caracalla a reçu sa première puissance tribunitienne ( accordée annuellement aux empereurs) le 10 décembre 198, et il en est à sa 16è. Traduisez " praesidem" par " gouverneur". En ce qui concerne le sujet de "renovavit", je n'hésiterais pas à prendre " Colonia Iulia Augusta Felix Heliopolis" qui est au nominatif, d'autant plus que dans "Revue d'archéologie et d'histoire ancienne nouvelle" que vous mentionnez (p. 304 sous figure 2 ) nous pouvons lire " .....présentent les noms des empereurs au datif, les noms des villes au nominatif, et celui des gouverneurs à l’accusatif (précédés de la préposition per). Je pense que ce qui est valable pour les noms de villes l'est aussi pour les noms des colonies. Cordialement
  3. Bonjour, Comme vous l’ ajoutez dans votre traduction il s’agit bien d’une inscription honorifique à l’adresse de l’empereur Caracalla gravée sur un milliaire ( ou borne milliaire). Il serait intéressant de nous transmettre une photo de ce milliaire ou du document restitué par Renan- Mommsen avec peut-être des informations plus précises sur “l’historique” de ce milliaire. Comme Jacques vous l’écrit, voyez à bien analyser “ Imperatori Caesari”. “ Maximus” (Maximi et Maximo ( Parthico, Brirannico) dans le texte) est depuis Marc- Aurèle un superlatif qui grandit les titres de victoires: “ Britannici maximi": "le très grand Britannique... Parthico maximo: le très grand Parthique...” Un “légat d’Auguste propréteur” est un magistrat de haut rang en charge d’ une province impériale. Traduire “ praesidem” par “ gardien” n’est pas adéquat. Traduisez “ Héliopolis” par d’Héliopolis. Qu’allez- vous choisir pour sujet de “renovavit”? Comme vous le dites en note, à raison, “ trinepos” ( 6è génération// petit- fils au 6è degré) est inusité à l’époque de Septime sévère et Caracalla. cordialement,
  4. Au cas où vous estimez utile de recourir encore à notre aide, j' aimerais personnellement connaître d'où vous tenez ce texte: manuel scolaire ( lequel)? texte proposé par votre professeur(e), composé par lui (elle)? est-ce une rétroversion? Et afin de mieux vous aider, pouvez-vous dire en quelle année de latin vous-êtes, à raison de combien d'heures/semaine? Merci.
  5. Bonjour, prenez le temps de bien lire le texte et d'analyser. Commencez par la seule première phrase: "Cum in regnum Dionysii venissem, uidi tyrannum": quel terme accompagne ce " cum"? A quel cas et nombre se trouve " tyrannum"?
  6. Bonjour, le texte que vous proposez est, vous le savez sans doute, biblique. Il s’agit du Psaume 119, verset 105. ( Certains le répertorient 118, 105). Il est aussi traduit de cette manière: “Ta parole est un flambeau pour mes pas, une lumière pour mon sentier” En cherchant ce Psaume et le verset sur le net, vous pouvez en lire la formulation latine. cordialement,
  7. Bonjour, voici un réponse peut-être trop longue? Bonne lecture! LʼArgienne aux bras blancs. Argienne : En fait « argienne, argien » qui viennent de « Argos, Argolide » sont des synonymes de «grec, grecque» chez un poète tel que Homère. Strabon, géographe grec qui a vécu aux environs de 60 a.C.n – 20 p.C.n écrit dans son ouvrage (Géographie, VIII,6,9) que « Homère appelle souvent du nom dʼ Argos tout le Péloponnèse, en voici de nouvelles preuves... Il dira par exemple lʼArgienne Hélène- Ἀργείη δ' Ἐλένη » Ainsi dans lʼ Iliade de Homère (VI, 323) : « Hélène dʼ Argos, au milieu de ses femmes, était assise, et à ses servantes commandait des travaux merveilleux ». « Hélène dʼ Argos » dit Homère, autrement dit « Hélène la Grecque » pour bien la distinguer dans ce passage des Troyens Hector et Pâris. Cela dit, Hélène, épouse de Ménélas, roi de Sparte ( cité grecque située en Laconie) est aussi la belle - sœur de Agamemnon, roi de Mycènes ( en Argolide) et chef des armées grecques durant la guerre de Troie). Le lien de Hélène avec Argos peut aussi sʼexpliquer ainsi mais je pense que Strabon est le plus fiable. Aux bras blancs : Il y a dans les épopées homériques (LʼIliade et lʼ Odyssée) de nombreux adjectifs appelés « épithètes de nature », ayant valeur de passe - partout et que lʼaède emploie pour improviser sur un sujet donné et/ou pour faciliter la mémorisation de passages entiers des épopées qui au début étaient de la poésie orale (non écrite donc). « Aux bras blancs », traduction de lʼadjectif grec λευκῶλενος est un de ces épithètes de nature. « Aux bras blancs » qualifie non seulement Hélène mais aussi des déesses telles que Héra, Perséphone ; des muses et des princesses telle que Nausicaa. Dʼautres poètes comme Hésiode ou Pindare y recourent également. Cʼest un adjectif qui colle uniquement à des personnages féminins et que lʼon peut interpréter comme des adjectifs de « qualité, noblesse, aristocratie » et de « beauté ». La blancheur de la peau était en effet une marque de beauté féminine dans la Grèce antique, ce qui nous éloigne du bronzage dʼaujourdʼhui ! Comprendre la mythologie : La question est vaste, et difficile. Pour faire très (trop) simple, les grands mythes peuvent être interprétés sous lʼangle moral, philosophique, psychanalytique etc et ne se laissent pas enfermer dans une seule et unique approche... ( Œdipe qui SANS LE SAVOIR, tue son père et épouse sa mère. Sisyphe qui pousse éternellement un rocher au sommet de la colline et retombe sans cesse. Prométhée, cloué sur une montagne et dont le foie est sans cesse dévoré par un vautour (aigle) et se reconstruit sans cesse...) Il me semble que si les mythes nous permettent de « rêver », dʼ imaginer, sʼils nous transportent « ailleurs », cʼest déjà très bien... Si cela vous plaît je vous suggère de lire les « Métamorphoses » de Ovide, vopire même des fables de « Phèdre » (fable 110) Cordialement,
  8. Bonjour, vous connaissez certainement l' ouvrage dont je vous mets la référence ci- dessous , accessible sur la toile. En tapant " doleo itaque et vehementissime" vous accédez directement au passage concerné et un peu au-dessus à l'explication qui corrobore la vôtre. A toutes fins utiles donc. Cordialement. La chorographie ou description de Provence et l'histoire ..., Volume 2
  9. Doleo itaque, et væhementissime tristor, : C'est pourquoi je suis affligé et même très fortement attristé... C'est mieux traduit ainsi, me semble-t-il.
  10. C'est à moi que vous vous adressez ainsi? Tant de certitude suffisante....
  11. Bonjour, voici ce que je propose: 1) Marcus, cum patriae utilis per multos annos fuerit, vir bonus erit. Vous pouvez utiliser “ fuerit” si vous désirez marquer expressément l’ antériorité. Mais “ Erit “(multos annos erit) suffit selon la logique. 2) Mortuo Romulo, Romani optimates Numam Romanorum maximum putaverunt (duxerunt.) 3) Ex posterorum sententia, Numa Romanis sacra instituit et pacis concordiaeque studium (eis) dedit. 4) Filia nautae, puella summae sollertiae,statuam ex templo Minervae furata est.
  12. Les senteurs et la musique sont la substance de la mémoire.
×
×
  • Create New...