Jump to content

sicerabibax

Members
  • Content Count

    102
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by sicerabibax

  1. Bonjour, Vous devez vous demander pourquoi vous n'avez pas de réponse. Moi, je fais partie de ceux qui ne sont absolument pas capables de traduire cela (en tout rapidement et sans gros efforts). La raison principale en est que la psychologie moderne était totalement inconnue dans l'Antiquité. J'ai cherché dans Vicipaedia si quelqu'un n'aurait pas trouvé la réponse. Je n'ai trouvé qu'un article général sur la psychologie, dont la langue était qualifiée de "latinité douteuse". (La chose n'est donc pas facile.) Mais je ne me demande si on ne pourrait pas s'en sortir en utili
  2. Bonsoir, Je ne sais pas si les parties "techniques" du site (conjuguer, grammaire, ...) ainsi que la première page sont très visitées (un outil existe-t-il pour mesurer la fréquentation ?), mais les fora, où la fréquentation peut se voir en temps réel, ne semblent visités que par nous autres, avec quand même la visite d'une illustratrice voulant mettre au point le titre d'un tableau. J'ai moi-même, dans les premiers temps de la nouvelle présentation, éprouvé une difficulté à retrouver les fora : ils sont intitulés "FORUMS D'AIDE A LA TRADUCTION". Même s'il est plutôt exact, ce titre n
  3. Nemone ludit nunc? Triste est. Rodulphe et Bill (Guillelme ?), vos enim Boethium invenistis, quod est verbum vestrum ?
  4. Recte dicis. In libro meo (edito a « Sĭni Libro ») ille « Anicius Manlius Severinus Boethius » vocatur, neque « Torquatus », at nihil refert, scriptis ejus fruor. Libenter lego, interdum alta voce (praecipue versus). Torquatus an non ? Non mihi curae est...
  5. Omnia ? Plurali numero ? Dicam : "verba" ?
  6. Bonne année à tous ! Cela fait plusieurs jours que je n'ai pas eu d'activité sur ce site. Je suis heureux de voir revenir Raoul. J'ai peut être raté un jeu ? Lire un chant de l'Enéïde par jour ? Euh... Mais Saint Augustin m'intéresse, comme je l'ai dit ailleurs, et je cherche une édition bilingue, car j'ai encore besoin de la technique du "petit latin" (découverte ici et là, et que j'apprécie de plus en plus), et une édition papier, car la lecture à l'écran n'est pas toujours idéale (et le papier ne tombe pas en panne ni ne "bugge"). Oui bien sûr, il y a la question de la qualité de la tr
  7. De rien, Salomé, mais il faudrait surtout remercier Sarah sur l'autre forum.
  8. Bonjour, Sarah vous a répondu sur "hades-presse" : nulla est ei insula qui et viam novit et timere desiit. Je ne ferais pas mieux. Bonne journée !
  9. Bonjour, Je viens de trouver deux citations de ce texte (je copie-colle ce que je trouve de mieux) : Tam beata est uita cum non iam laboramus! Homines et discipuli otium et quietem saepe cupiunt sed eheu! Eheu! Necesse est laborare. Primis temporibus, Saturno, antiquo deo, filii nocent. Itaque Saturnus quietam uitam petit et inter homines regnat; tum nulla inuidia, nulla ira, nulla poena est. Incolae, omni cura liberi, uicinos amant et dulcem uitam agunt ; aurea aetas est! Atque etiam terra, sine labore, fecunda est; agricolis frumenti et cibi copiam dat. Mel de arboribus descendit e
  10. Bonjour, cela sonne "biblique", mais je n'arrive pas à trouver le passage dont ce serait tiré. Où l'avez-vous trouvé ? Deux remarques : - cela paraît grammaticalement correct. Où est l'erreur ? - vous comprenez "vobis", qui est pluriel, comme un singulier ("ton"). A par cela, vous avez le droit de paraphraser en "l'abnégation sera votre salut". C'est le datif "vobis" qui vous choque ? Qu'y aurait-il d'anormal à dire "l'abnégation sera pour vous le salut" ?
  11. Bonjour, Si c'est aussi simple que cela en a l'air : A fit B (et sans guillemets en latin, notamment s'il s'agit de lettres).
  12. Un grand merci pour votre travail ! Amitiés.
  13. Bonsoir, - Cum Caesar in Gallia proconsul esset – le subjonctif ne convient pas (et pourquoi l'imparfait?). Mais il serait surtout économique ici d'utiliser l'ablatif absolu : « Caesare in Gallia proconsule » - scripsit Cicero : pourquoi au parfait alors que ce verbe est au présent en français ? D'autre part : à qui ? (oubli ?), nous allons préciser : ad eum. - ut ei unum amicorum … Bien pour le génitif partitif. Pourquoi hésitez-vous, plus loin, sur l'accusatif ? Il s'impose logiquement. - Dixit Caesari (et non Caesare) [ou ad Caesarem]. Deux infinitifs côte à côte, ce n'est
  14. Bonsoir, ce sont des dystiques élégiaques manifestes. Dans le pentamètre « Nota facit, mundus // quae mage rara facit » « mage » contient les 2 brèves d'un datctyle et ne peut donc être « magne ». On peut évidement invoquer une erreur de l'artiste du XVIIe siècle... Cela dit, Gaffiot (1934) mentionne un « măgĕ » en renvoyant à « măgĭs » (plus). Ce qui suggère : « Il fait connaître ce que l'univers renferme de plus rare. »
  15. Optime Salinator, Multas gratias tibi pro operis tuis hoc in situ mirifico ! Et felicissimam feriam Nativitatis optamus !
  16. Merci Bill. Et la suite ? C'est vrai qu'elle pose la question épineuse de la notion de rêve en latin. " l'esprit est la seule maison du rêveur, son refuge. " Je n'hésiterais pas à dire en conversation courante : « Mens est sola domus somniatoris, refugium ejus. » mais « somnium » (le rêve, dont est tiré « somniator », le rêveur) n'est attesté que dans deux situations : le rêve pendant le sommeil, le délire, ou la rêverie coupée de la réalité. Je ne peux donc donner mon exemple avec le « somniator ». S'il s'agit d'un rêve éveillé, et positif, je dois employer un autre
  17. Bonjour, Juste pour vous éviter d'avoir recours à un robot traducteur : Quod amo est quod sum et quod sum est quod amo. Quand à la poésie, il y a plus doué que moi sur ce site. C'est pour un tatouage ?
  18. Hum... 2. Pour moi, « les jardins de Rome » ce sont « horti Romae » (donc « in … hortis Romae »). C'est le génitif qu'il faut ici, et le génitif de Roma, c'est Romae. 3. Oui, c'est « mali », et c'est bien cela qu'il faut écrire. 4. Oui, l'ablatif. 6. Oui, c'est un adjectif possessif : "noster, nostra, nostrum". Il est le premier de la liste "Autre vocabulaire". Ajoutons-y "meus, a, um" : "mon", et "suus, a, um" : "son" et "leur". (Suivant le contexte, "son" et "leur" peuvent aussi se dire "ejus" et "eorum" qui sont les génitifs singulier et pluriel de "is".) 7. OK maintena
  19. Bonsoir, donc il s'agit d'un exercice de thème, et surtout de déclinaison, accord, etc., avec vocabulaire imposé. 1. OK 2. Ou il manque 3 mots dans l'original français, ou il y a 2 mots de trop dans le latin. Mais le plus grave est l'oubli de décliner « Roma » (de Rome). Par ailleurs, dans la liste, l'infinitif d' ambulare a perdu son r (ambulo, as, ae, avi, atum) 3. Il faut accorder « malus » au pluriel. 4. Quel cas demande la préposition « in » pour cette longue station dans le temple ? 5. OK 6. Je n'ai pas compris la question entre « nos » (nous) et « noster » (notre). De to
  20. Bonjour, Et pour cause : ce n'est pas du latin. "Galifrutas" se décompose en "Gali", qui est un prénom (hébreu, disent certaines sources [gal = onde, vague, ou même galli = gaulois]) et "frutas" qui signifie "fruits" en espagnol.
  21. Intéressant... Quel peintre, et peint par quel autre peintre ?
  22. Si je donne un sens passif à "lucrantur" (qui est normalement déponent, c. à d. actif) pour dire "les richesses sont gagnées", j'obtiens : "Maintenant par ces arts on gagne des richesses exigues." Cela me paraît un peu mystérieux... Ce qui m'étonne, ce sont les.points.que.vous.mettez.entre.les.mots. Où avez-vous trouvé ce texte ? Sur un monument antique ? Lequel, et pourrions-nous en avoir une photo ? Cela nous aiderait à comprendre le contexte.
  23. Bonjour, le site était en panne (depuis le 7 octobre dernier, semble-t-il), avec un souci de base de données. Le voici rétabli. Merci à Salinator ! Multas gratias !
×
×
  • Create New...