Jump to content

traduction des phrases à rendre pour mardi 14/12/2010


Recommended Posts

Bonjour,

J'ai la même version à rendre que marinus 75 ( sujet précédent ) .

J'ai analysé chaque mot mais j'ai tout de même des problèmes de syntaxe et de traduction de certains mots de vocabulaire

Voici le sujet :

 

1. Amici quidam Hannibalis, cum Carthagine pulsus Ephesi apud Antiochum regem viveret, ab eo quaesiverunt num philosophi cujusdam Graeci de re militari oartionem audire vellet.

 

2. Qui non noluit.

 

3. Ea oratione habita, quidam Hannibalem interogavit quid ipse de illo philosopho sentiret.

 

4. "Multos jjam insanos senes vidi inquit, sed neminem adeo insanientem (insanire) vidi."

 

5. Quomodo enim ille philosophus, qui numquam hostem, nunquam castra viderat, aliquid de re militari scire poterat ?

 

Voici ma traduction:

 

1. Certains amis d'Hannibal, ayant été chassé de Carthage ( je l'ai traduit par un ablatif absolu mais je ne pense pas que pulsus soit à l'ablatif),il ( Hannibal ) vivait ( comment mettre vivre au subjonctif imparfait ? ) auprès du roi Antioche à Ephèse , puis, ( ab eo ? ), ils ( ses amis ) lui demandèrent s'il voulait ( comment mettre vouloir au subjonctif imparfait ? ) entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

 

2. Il ne voulut pas ( ou il refusa la proposition je ne sais pas comment affiné ma phrase !! )

 

3. Après que ce discours eut lieu, quelqu'un interrogea Hannibal à proppos de ce qu'il pensait ( subjoncif imparfait ??? ) à propos dde ce philosophe.

 

4. " J'ai vu de nombreux viellard, dit-il, mais je ne vis personne d'aussi insensé . "

 

5. En effet, comment ce philosophe, qui n'avait jamais vu de camps, pouvait savoir quelque chose au sujet de l'art militaire ??

 

J'espere que vous pourrez me corriger assez rapidement

J'ai tout de même besoin d'explication grammatical car mon but est de comprendre mes fautes.

Regardez surtout le temps des verbes svp !

C'est là où je perds le plus de point dans mes versions en général !!!

Link to post
Share on other sites

C'est tout simplement parce que tu fais une erreur de construction.

 

Le début est correct :

Certains amis d'Hannibal,

 

et ensuite, il faut immédiatement traduire la conjonction de subordination "cum"

alors que,

Carthagine pulsus, ayant été chassé de Carthage

viveret = il vivait. Le latin a mis un subjonctif parce que cum ne signifie pas simplement lorsque mais introduit une nuance causale, difficile à rendre en français. Le français utilise ici l'indicatif.

auprès du roi Antiochus (attention : "Antioche" est une ville, et pas le nom d'un roi)

lui demandèrent = demander à quelqu'un se dit en latin : quaerereab aliquo

vellet : le latin utilise toujours le subjonctif dans l'interrogation indirecte, le français utilise l'indicatif. Donc "voulait" convient parfaitement.

Si tu as d'autres questions, n'hésite pas.

Link to post
Share on other sites

C'est tout simplement parce que tu fais une erreur de construction.

 

Le début est correct :

Certains amis d'Hannibal,

 

et ensuite, il faut immédiatement traduire la conjonction de subordination "cum"

alors que,

Carthagine pulsus, ayant été chassé de Carthage

viveret = il vivait. Le latin a mis un subjonctif parce que cum ne signifie pas simplement lorsque mais introduit une nuance causale, difficile à rendre en français. Le français utilise ici l'indicatif.

auprès du roi Antiochus (attention : "Antioche" est une ville, et pas le nom d'un roi)euh...pardon, Blackstone, mais ici, c'est bien du roi qu'il s'agit (c'est à Ephèse que ça se passe...

lui demandèrent = demander à quelqu'un se dit en latin : quaerereab aliquo

vellet : le latin utilise toujours le subjonctif dans l'interrogation indirecte, le français utilise l'indicatif. Donc "voulait" convient parfaitement.

Si tu as d'autres questions, n'hésite pas.

 

Bonne soirée.

Link to post
Share on other sites

Salut, merci pour ton aide,

 

Voici ma corrdction pour la première phrase :

 

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage, il vivait aup^rès du roi Antiochus

puis,ils lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

 

Pouvez me corriger celle ci et passer assez rapidement à la suite svp

Je dois rendre cette version pour mardi et je suis assez presser

 

Merci d'avance

Link to post
Share on other sites

Salut, merci pour ton aide,

 

Voici ma corrdction pour la première phrase :

 

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage, il vivait auprès du roi Antiochus

puis,ils lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

 

Pouvez me corriger celle ci et passer assez rapidement à la suite svp

Je dois rendre cette version pour mardi et je suis assez presser

 

Merci d'avance

Link to post
Share on other sites

Bonjour, Auré75.

 

Je crains que ton problème soit plus un problème de français que de latin. Tu as écrit :

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage, il vivait auprès du roi Antiochus

puis,ils lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

Or, telle quelle, n'est pas française. "Certains amis d'Hannibal" qui est manifestement le sujet de la proposition principale, reste "en l'air" et tu éprouves le besoin de faire une deuxième proposition commençant par "puis ils...". Le texte latin est parfaitement construit. Un texte latin ne peut donner lieu à une construction fautive en français.

Faisons l'analyse logique, c'est à dire la construction, de la phrase latine :

Amici quidam Hannibalis, cum Carthagine pulsus Ephesi apud Antiochum regem viveret, ab eo quaesiverunt num philosophi cujusdam Graeci de re militari oartionem audire vellet.

Amici quidam Hannibalis = Certains amis d'Hannibal, = début de la proposition principale

cum Carthagine pulsus, Ephesi apud Antiochum regem viveret = alors que, ayant été chassé de Carthage, il vivait chez le roi Antiochus = proposition subordonnée conjonctive de temps avec nuance causale ou adversative ce qui explique le subjonctif

ab eo quaesiverunt = lui demandèrent = reprise de la principale après la subordonnée enclavée

num vellet audire orationem de re militari philosophi cujusdam graeci = s'il voulait entendre la conférence sur l'art militaire d'un certain philosophe grec = proposition complétive interrogative indirecte (ce qui explique le subjonctif, obligatoire en latin, vellet), complément du verbe quaerere

 

Je t'ai fait toute la construction pour que tu comprennes que je n'ai pas cherché à "construire le sens" (expression qui, pardonne-moi, ne veut rien dire) mais tout simplement à suivre la construction de la phrase latine qui me donne, en français, une construction et une traduction parfaitement correctes.

 

Je continue demain pour la suite, où tu as eu beaucoup moins de problèmes.

 

A demain

Link to post
Share on other sites

Merci pour ton aide.

Comme tu l'as dit j'ai un problème de français et non de latin.

 

Je réessaye pour la phrase 1 en soulignant la proposition principal :

 

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage il vivait auprès du roi Antiochus à Ephèse,

ils lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire

 

Voila j'attends la suite

Merci d'avance

Link to post
Share on other sites

2. Qui non noluit.

2. Il ne voulut pas ( ou il refusa la proposition je ne sais pas comment affiné ma phrase !! )

 

Attention, ce que tu as traduit correspond à "noluit" = il ne voulut pas. Mais il y a une négation devant noluit : "non noluit". Deux négations valent une affirmation... Situ regardes ton dictionnaire (gros Gaffiot), tu verras qu'il traduit "non nolle" par "vouloir bien, ne pas faire d'objection. On peut aussi traduire "nolle" par "refuser".

 

3. Ea oratione habita, quidam Hannibalem interogavit quid ipse de illo philosopho sentiret.

 

3. Après que ce discours eut lieu, quelqu'un interrogea Hannibal à proppos de ce qu'il pensait ( subjoncif imparfait ??? ) à propos dde ce philosophe.

 

Attention, "après que suppose plutôtun passé comùposé : "Après que ce discours a eu lieu..." Le reste est bon.

 

4. "Multos jjam insanos senes vidi inquit, sed neminem adeo insanientem (insanire) vidi."

 

4. " J'ai vu de nombreux viellard, dit-il, mais je ne vis personne d'aussi insensé . "

 

N'oublie pas de traduire "jam" : J'ai déjà vu...Le deuxième "vidi" : traduis aussi par un passé composé français : il faut être logique par rapport au début : mais je n'ai vu...

 

5. Quomodo enim ille philosophus, qui numquam hostem, nunquam castra viderat, aliquid de re militari scire poterat ?

 

5. En effet, comment ce philosophe, qui n'avait jamais vu de camps, pouvait savoir quelque chose au sujet de l'art militaire ?

C'est bien.

 

Bon courage !

Link to post
Share on other sites

Nos messages se sont croisés...

Dans une proposition (qu'elle soit en français ou en latin), on n'a pas besoin d'exprimer deux fois le même sujet :

 

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage il vivait auprès du roi Antiochus à Ephèse,

ils lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire

Dans ta phrase française, le "ils" fait double-emploi. Il faut donc le supprimer :

Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage il vivait auprès du roi Antiochus à Ephèse,

lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

Ceci est la seule manière correcte grammaticalemnt d'écrire cette phrase.

Surtout, n'hésite pas à demander des détails sur ce que tu n'as pas compris.

 

Je t'aiderai aussi volontiers en grammaire française si tu le désires.

Link to post
Share on other sites

Ta corrections et tes explications sont parfaites .

Voici la version complète d'après tes indications;

 

1. Certains amis d'Hannibal, alors qu'ayant été chassé de Carthage il vivait auprès du roi Antiochus à Ephèse,

lui demandèrent s'il voulait entendre le discours d'un certain philosophe grec au sujet de l'art militaire.

 

2. Il ne refusa pas

 

3. Après que ce discours a eu lieu, quelqu'un interrogea Hannibal à proppos de ce qu'il pensait à propos dde ce philosophe.

 

4. J'ai déjà vu de nombreux viellard, dit-il, mais je n'ai vu personne d'aussi insensé

 

5. En effet, comment ce philosophe, qui n'avait jamais vu de camps, pouvait savoir quelque chose au sujet de l'art militaire ?

 

Il ne devrait y avoir plus baucoup de fautes

Merci beaucoup BLACKSTONE .

Peux tu finir de m'aider à corriger stp ??

Je te tiendrai au courant de ma note quand la professeur nous aura rendu la version.

Link to post
Share on other sites

Bonsoir, Auré 75,

 

Il n'y a effectivement plus grand chose à dire sur ta version. Pourtant, il y a encore une faute de temps dans la phrase 3 :

3. Après que ce discours a eu lieu, quelqu'un interrogea Hannibal à proppos de ce qu'il pensait à propos dde ce philosophe.

Les temps latins sont : un participe passé et un parfait.

L'ablatif absolu indique bien une antériorité par rapport à la principale.

Si tu traduis par un "passé composé" français, et ensuite par un passé simple, les deux phrases se trouvent temporellement sur le même plan, ce qui n'est pas.

Si on garde la transformation du participe absolu en proposition de temps, il va falloir, en français, utilisé un temps du passé antérieur au passé simple. C'est précisément le temps qu'on appelle en français : "passé antérieur", et qui n'existe pas en latin.

 

En résumé :

Présent : le discours a lieu

Passé simple : le discours eut lieu

Passé composé : le discours a eu lieu

Passé antérieur : le discours eut (passé simple de "avoir") eu lieu. C'est la seule possibilité ici.

Tu peux aussi recourir à d'autres formules qui évitent cette tournure un peu lourde.

Par exemple : Une fois le discours tenu,...

 

N'oublie pas le "s" à vieillards (de nombreux vieillards)

 

Rien à dire pour le reste. Bravo. Tiens-moi au courant de ton devoir !

Link to post
Share on other sites

Comme tu l'as dit il serait préférable que j'utilise une formule moins lourde donc pour la 3, je traduirais donc la phrase par :

 

Après que ce discours eut été tenu, quelqu'un interrogea Hannibal à proppos de ce qu'il pensait à propos de ce philosophe.

 

Je te tiendrai au courant de ma note et de celle de marinus75

Merci beaucoup pour ton aide BLACKSTONE

Tu es très sympathique !!

Je suis content que des gens comme toi aide les jeunes dans leurs débuts pour le latin.

Link to post
Share on other sites

Bonjour, Auré75,

 

D'abord, merci pour tes remerciements. Cela fait vraiment plaisir !

Quand je parlais de tournure moins lourde, je voulais justement dire une tournure qui évitait une proposition conjonctive de temps. Mais telle que tu l'as écrite, ta phrase convient tout à fait.

Attendons de voir ce que ton professeur dira. Je serai très content d'avoir vos résultats, à Marinus et à toi.

N'hésitez pas à poser vos questions : c'est très agréable de travailler avec des gens qui cherchent à comprendre et pas qui demandent qu'on fasse le travail à leur place.

A bientôt !

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...