Jump to content

Avis sur deux traductions


Recommended Posts

Bonjour,

Toujours dans mes petits textes latins, j'aurais voulu savoir si mes traductions de deux passages de deux poèmes de Jean Visagier avait du sens : (cela concerne toujours mon ancêtre Jacques de Vintimille, Rhodien, qui parlait grec et latin couramment et un certain Robertet)

1/

« Non aurum, nec opes locupletum, castra, nec arces,

Nec segetes tibi, nec pinguia rura precor.

Non merces varias, non ditis munera Croesi,

Non regum mensas, Pontificumque dapes,

Non armenta, greges, mollis non gaudia lecti,

Sed rectum in valido corpore mentis opus. »
-->
Pas de richesse ou de fastes, de château ou de citadelle, ni souhaiter des champs fertiles, ou de bonnes moissons, pas de récompense variée, ni de dons du riche Crésus, pas de tables de Rois, ou de banquets pontificaux, pas de grégaires troupeaux, pas de molles joies au lit?, mais un travail de l’esprit droit dans un corps valide
 » (je n'ai délibérément pas voulu mettre "un esprit sain dans un corps sain")

2/

"Post hunc, si memini, ordinem secundum

Sedebat Rhodius, peritiorum

Unus de numero, oppidoque doctus.

Doctus haud dubie utriusque linguae.

Obiectus Rhodio puer tenellus

Robertetus erat venustulus, quem

Perdocte sibi creditum, pieque

Format, perpolit, excolitque ad artes

Romanas simul, Actaeas simulque. "

--> Par la suite, si tu te souviens, siégeait ensuite le Rhodien, comptant parmi les savants les plus doués. Savant maniant tout aussi bien les deux langues. Le tendre et gentil garçon Robertet était instruit par ledit Rhodien qu’il façonnait pieusement, perfectionnait et affinait simultanément aux arts attiques et romains.

Merci pour l'aide apportée !

Cordialement,

KM

 

Link to post
Share on other sites

Si je puis me permettre et devançant Jacques, voici une proposition qui en appelle d'autres!

1)Ni l’or ni la puissance des riches ni les camps ni les citadelles

Pas plus que les moissons ou les grasses terres, je ne les souhaite pour toi.

Pas de marchandises variées, pas de présents du riche Crésus,

pas de tables royales ni les banquets des Pontifes,

ni troupeaux de gros ou de petit bétail, pas de plaisirs

d’un lit agréable.

Non. Mais bien une pensée droite dans un corps robuste.

2)Derrière celui-ci , si je me souviens bien,était assis, selon le rang, le Rhodien, compté au nombre des personnes très expérimentées, et fort savant, versé à coup sûr dans les deux langues. En face du Rhodien se tenait Robertet, un garçon tendre et gentil qui lui était confié et que très savamment et pieusement il façonne, affine et  perfectionne en même temps dans les arts romains et attiques. (Tiré de AD MELLINUM SANGELASIUM.(vers 53-61)

 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Bonjour,
Un grand merci Bill pour cette aide. Je suis assez content de voir que votre proposition est très proche de la mienne (je progresse un peu !). Je suis content de voir qu'en effet, ce passage valide bien que mon ancêtre était le précepteur du jeune Robertet.
Je prends tout ça en note, je compare et vous remercie encore pour cette aide !
Bien cordialement,
Kevin Muret

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...