Jump to content

traduction phrase latine peu lisible


Recommended Posts

Bonjour,

Nouveau sur ce forum, ni collègien, ni lycéen, ni étudiant, mais retraité ayant pratiqué le latin il y a fort longtemps, j'ai choisi ce forum n'ayant pas trouvé celui de retraité, merci de votre compréhension.

J'en viens au fait, sur un document ancien une inscription latine peu lisible que je pense être :

regnum cæli violentia petet

(ou moins probable regnum cæli violentia petat)

que je traduis par

"le royaume du ciel requiert la violence"

Mais j'ai des doutes

merci de votre aide

J Degun

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Merci de cette réponse rapide.

Je voulais mettre une copie png du texte dans sa forme initiale, mais le site me répond :

Vous n'êtes pas autorisé(e) à utiliser cette extension d'image sur cette communauté.

 

La typographie ne permet pas petit, mais plutôt petet ou petat et je penchais donc pour un futur qu'en pensez vous.

Pour essayer de raviver mes connaissances de la langue latine, regnum étant soit un nominatif, soit un accusatif comment décisez vous de choisir le sujet il?

Il n'y a malheureusement aucun contexte pour cette phrase isolée.

Merci de l'attention que vous prétez à cette petite phrase.

Cordialement

J Degun

 

Link to post
Share on other sites

Ne connaissant pas en effet le contexte de la phrase, quelques interprétations sont possibles.

J'ai raisonné ainsi :

 

Le verbe peto doit être suivi d'un accusatif. Un seul mot peut être à l'accusatif : regnum. Ce mot ne sera donc pas au nominatif. Il me reste deux possibilités pour le nominatif :

- violentia

- le pronom "il"

 

Si le mot violentia était au nominatif, l'auteur l'aurait sans doute placé en tête de phrase, selon l'usage habituel.

Le mot violentia peut aussi être à l'ablatif. Ce serait alors un ablatif de moyen. Cette solution est viable.

 

Aucun nominatif, donc, dans cette phrase. Il me reste à appeler le pronom "il".

Link to post
Share on other sites

Bonjour Ambroise, bonjour degun, sur le site suivant on peut lire:Caius Vettius Aquilinus Juvencus, Favstinvs Arevalo - ?1792 - Bible

540 Sed minor hoc caeli fiet sublimior aula. Huius ab exortu vim caeli regia sentit , Et caeli regnum violentia diripit atrox . Lex omnis summam Baptistae a ...

cela ouvrirait-il un autre piste? Dans ce cas, violentia atrox est au nominatif, diripit à l'ind. présent.

Mais sans certitude...

Cordialement

Link to post
Share on other sites

Bonjour Bill,

Merci de venir vous joindre à nous.

Vous écrivez "sur le site suivant", mais il n'y a pas de lien.

Je suis intéressé par site ou vous avez trouvé cet extrait, cela permettra certainement d'éclairer le sens et le contexte de cette phrase.

Merci par avance

J Degun

Link to post
Share on other sites

Bonjour Bill,

Merci de venir vous joindre à nous.

Vous écrivez "sur le site suivant", mais il n'y a pas de lien.

Je suis intéressé par site ou vous avez trouvé cet extrait, cela permettra certainement d'éclairer le sens et le contexte de cette phrase.

Merci par avance

J Degunhttp://www.google.be/search?client=safari&rls=en&q=regnum+caeli+violentia&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&ei=1SXOVfnOD-Tt8wfDprLQCg

 

Cela marche-t-il?

Link to post
Share on other sites

Bonjour, tout le monde.

Avec l'accusatif en tête, il peut y avoir le gallicisme: "c'est ...que". --> c'est le royaume des cieux que la violence cherchera à atteindre.

On peut aussi penser à une devise accompagnant un blason: "Il cherchera à atteindre le royaume céleste par la violence".

Bonne journée

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Malheureusement cette phrase est seule, isolée du contexte.

Cette dernière traduction est intéressante, car elle inverse le sens d'application de la violence.

Je retiens la dialectique introduite par ces deux possibilités.

Encore merci

Cordialement

Jacques

Link to post
Share on other sites

Ce n'est peut-étire pas la réponse à la question, mais ce texte m'a immédiatement rappelé Matthieu 11,12 : A diebus autem Joannis Baptistae usque nunc, regnum caelorum vim patitur, et violenti rapiunt illud (vulgate).

N'y a-t-il pas un contexte à ce texte ?

Link to post
Share on other sites

Merci Blackstone et Raoul,

Comme je l'ai dit, Il n'y avait pas de contexte, juste un papier, comme un signet avec cette phrase dans les pages d'un vieux livre d'Anatole France (La révolte des anges)

Je viens d'essayer à nouveau de joindre le scan en jpg (5ko) mais c'est refusé par le blog.

De toute façon je ne pense pas que ça apporterait grand-chose sinon que c'est produit avec une machine à écrire, il y a surement fort longtemps.

Merci à tous

Cordialement

Link to post
Share on other sites

Très heureux de retrouver Raoul... J'avoue que les précédentes et rares questions ne me motivaient plus beaucoup pour fréquenter ce site... Mais ce n'est pas de la faute de Salinator !

Bref, je pense que ce n'est pas un hasard si ce papier se trouve à l'intérieur de cet ouvrage que je n'ai malheureusement pas lu. Anatole France faisait partie de ces anticléricaux qui connaissent le catholicisme sur le bout du doigt... Si je n'ai pas lu la Révolte des Anges, j'ai lu, en revanche, avec beaucoup de plaisir, l'Ile des pingouins, et je suppose que la révolte des anges doit être du même tonneau... Cette citation approximative de l'évangile se rapporterait à une page de ce livre que cela ne m'étonnerait pas... Avez-vous noté la page où se trouvait ce papier ?

Je pense en tout cas qu'il y a un rapport entre le contenant et le contenu...

Bien cordialement

Link to post
Share on other sites

Bonjour Blackstone,

Malheureusement non, en feuilletant l'ouvrage avant de le lire, je n'ai pas relevé la page où je l'ai pris.

Si vous avez lu avec plaisir l'ile des pingouins, je vous conseille "les dieux ont soif" sur la révolution qui me parait une des oeuvres majeures d'Anatole France.

Quant à la révolte des anges, il relève plus d'une vision athée qu'anticléricale, ou plutôt il traite pour moi des conséquences de la révélation et de l'humanisation d'un impensable qui pour reprendre une phrase entendue récemment ne doit pas devenir un impensé.

Du point de vue strictement littéraire c'est pour moi l'une des écritures lumineuses de cette époque, son prix nobel de littérature n'est pas usurpé.

Cordialement

Link to post
Share on other sites

Bonjour Degun,

Merci beaucoup pour cette réponse. Ce livre ma parait tout à fait passionnant et, hélas, plus que jamais d'actualité. Je parle de "les dieux ont soif". Mais cela me donne envie aussi de lire "la révolte des anges". Athée ou agnostique... je ne prendrai pas partie, d'autant plus qu'on peut glisser facilement de l'un à l'autre et vice versa... Mais j'y verrai sûrement plus clair quand j'aurai lu ces deux ouvrages ! Et peut-^tre trouverai-je dans "la révolte des anges" une réponse à cette étrange citation (infidèle) de l'évangile de Matthieu. En latin... Mais si votre livre est ancien, ce texte dactylographié date peut-être d'une époque où on connaissait sa Vulgate quasiment par coeur...

Bien cordialement

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...