Jump to content
lilousky

un coupable sauvé in extremis

Recommended Posts

Bonjour !! C'est encore moi ! Je n'arrive pas à traduire ce texte et je ne sais pas comment je vais faire pour mon examen en janvier qui portera sur une version! :o

 

voici le texte:

 

L.Piso, a L.Clodio Pulchro accusatus, quod graues et intolerabiles iniurias sociis intulerat, haud dubiam ruinam fortuito auxilio uitauit. Namque per id ipsum tempus, in quo tristes de eo sententiae ferebantur, repentina uis nimbi incidit; prostratus humi pedes iudicum osculabatur, osque suum caeno repleuit. Quod conspectum totam quaestionem a seueritate ad clementiam et mansuetudinem transtulit, quia satis iam graues eum poenas sociis dedisse arbitrati sunt deductum ad tam ignobile factum. Sic homo maxima malitia non multatus est ob iram caeli: num haec deos ipsos non seueros in pessimos fuisse significant? Ego autem puto L.Pisonem eadem fortuna qua alii mali uiri seruatus est at post mortem mihi certum est istum plurima supplicia passurum esse, quod eius facinus horribile fuit.

 

Voila pour les deux premières phrases : "L.Piso, a L.Clodio Pulchro accusatus, quod graues et intolerabiles iniurias sociis intulerat, haud dubiam ruinam fortuito auxilio uitauit. Namque per id ipsum tempus, in quo tristes de eo sententiae ferebantur, repentina uis nimbi incidit; prostratus humi pedes iudicum osculabatur, osque suum caeno repleuit."

Que j'ai tenté de traduire, je ne comprends pas mon problème ! J'ai trouvé le vocabulaire, les déclinaisons mais impossible de mettre tout cela en place!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut décomposer le tout et traduire par fragments, je vous aide pour la première phrase.

 

L.Piso -> sujet

accusatus -> nominatif apposé au sujet

a L.Clodio Pulchro -> complément d’accusatus

quod -> explique accusatus (accusatus quod)

intulerat -> verbe de la subordonnée introduite par quod (plus-que-parfait d’infero)

graues et intolerabiles iniurias -> complément d’intulerat

sociis -> autre complément au datif pluriel

uitauit -> verbe de la principale

ruinam -> complément de uitauit

haud dubiam -> va avec ruinam (haud dubiam=certam)

fortuito auxilio -> complément circonstanciel de uitauit

 

Ægidius REX

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut décomposer le tout et traduire par fragments, je vous aide pour la première phrase.

 

L.Piso -> sujet

accusatus -> nominatif apposé au sujet

a L.Clodio Pulchro -> complément d’accusatus

quod -> explique accusatus (accusatus quod)

intulerat -> verbe de la subordonnée introduite par quod (plus-que-parfait d’infero)

graues et intolerabiles iniurias -> complément d’intulerat

sociis -> autre complément au datif pluriel

uitauit -> verbe de la principale

ruinam -> complément de uitauit

haud dubiam -> va avec ruinam (haud dubiam=certam)

fortuito auxilio -> complément circonstanciel de uitauit

 

Ægidius REX

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait ce que j'ai pu grâce à vos informations: Lucius Pison accusé par Lucius Clodius Pulchro parce-qu'il avait porté vers son allié de lourdes et intolérables injustices, évita la catastrophe fortuitement par le Secours ce qui n'est pas certain.

 

Pour la deuxième phrase pourriez vous m'aider ? merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas mal déjà mais ce n'est pas tout à fait cela :

 

vers son allié : non, sociis est au pluriel et on dira plutôt "à".

haud dubiam va avec ruinam : traduisez comme si vous aviez "certam ruinam"

fortuito va avec auxilio : traduisez ce groupe à l'ablatif

 

Je ne vais pas vous aider pour la deuxième, à vous de vous inspirer de cette méthode pour trouver les mots qui vont ensemble comme je l'ai fait pour la première phrase. Proposez vos groupes de mots en faisant bien attention aux cas et aux verbes et quelqu'un du site regardera. Sinon cela revient à faire le devoir à votre place, ce qui n'est pas le but de ce site.

 

Ægidius REX

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'ai tenté de traduire jusqu'à "ignobile factum". j'ai du mal avec la phrase "quia satis iam graues eum poenas sociis dedisse arbitrati sunt deductum ad tam ignobile factum" plus particulièrement les verbes que j'ai mis en rouge pourriez vous m'expliquer ses temps, j'ai beaucoup de mal, entre infinitif parfait, participe parfait ...

 

Bref voici ma traduction :unsure:

Lucius Pison accusé par Publius Clodius Pulchro parce qu'il avait porté à ses alliés de lourdes et intolérables injustices, évita certainement la catastrophe par le Secours fortuit. Le fait est que par cette même occasion, dans laquelle la triste opinion de lui avait été rapportée, arriva soudain la force des nuages (la tempête ?);terrassé, le piéton jugé embrassait le sol, et de la boue couvrait son visage. Et son regard tout entier transcrivait la recherche à partir du sérieux vers la clémence et la douceur, parce-qu'il donnait déja suffisament des chatiments sérieux aux alliés qui ont été témoins... vers un fait obscur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
évita certainement la catastrophe par le Secours fortuit.

Pourquoi ne pas traduire littéralement :

 

certainement : ne pas remplacer un adjectif qui porte sur un nom par un adverbe qui porte… sur le verbe. C’est le « faux sens » assuré.

 

évita

ruinam non dubiam = une ruine non douteuse = une ruine qui ne faisait pas de doute. On peut traduire effectivement : une ruine certaine.

 

fortuito auxilio = pourquoi un « Secours » avec une majuscule ? Rien à voir avec le Secours Populaire, ou le Secours National !

 

auxilio = par une aide (ablatif complément de moyen)

fortuito = fortuite, accidentelle.

 

Pour la suite, il ne faut pas « tenter » de traduire.

Il faut commencer par suivre à la lettre le conseil d’Aegidius : nous essayons de vous donner une méthode, et vous essayez toujours plus ou moins de jouer aux devinettes.

Le latin est un puzzle où chaque pièce a sa place, et il faut d’abord mettre les pièces en place avant d’essayer de trouver la traduction.

 

Namque : traduisez tout simplement par « Car », « En effet ». Traduire par « Le fait est que » peut se concevoir, mais vous éloigne d’emblée de la construction latine. Restez d’abord au plus près du texte et de sa construction.

 

La phrase : Namque per id ipsum tempus, in quo tristes de eo sententiae ferebantur, repentina uis nimbi incidit; prostratus humi pedes iudicum osculabatur, osque suum caeno repleuit.

 

per id ipsum tempus = vous me direz que « tempus » peut se traduire par « occasion ». Mais pourquoi aller chercher un sens dérivé sans avoir essayé le sens propre ?

"per" marque d’abord le lieu ou le temps. Avec « tempus », il marque le temps.

Traduisons-le par : « pendant » « durant »

id ipsum tempus = ce temps même. En français, l’article défini suffit souvent pour traduire « id » : donc « pendant le temps même » « pendant le moment même »

etc…

Essayez de continuer pareil en justifiant à chaque fois votre traduction comme je l’ai fait ci-dessus, et enmettant en regard le latin, l'analyse de la forme et sa fonction puis la traduction française et sa justification si elle s'éloigne du latin.

C’est seulement si vous nous donnez ces informations que nous pourrons vraiment vous aider à progresser : le but n’est pas de vous traduire le texte mais de vous préparer à la version de janvier. Et pour y réussir, il faut absolument que vous acquériez une méthode.

 

Bon courage, et à bientôt !

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que votre silence n'est pas dû au découragement ! Pardonnez nos remarques mais, comme on dit en latin : "Qui bene amat, bene castigat !" Nous n'avons qu'un souhait : c'est que votre examen de janvier se passe bien...

Alors, à bientôt ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que votre silence n'est pas dû au découragement ! Pardonnez nos remarques mais, comme on dit en latin : "Qui bene amat, bene castigat !" Nous n'avons qu'un souhait : c'est que votre examen de janvier se passe bien...

Alors, à bientôt ?

 

j'avoue que je suis un peu découragé, j'y passe du temps, je regarde bien les déclinaisons, les fonctions des mots, leurs traductions, mais je ne sais pas pourquoi, je ne parviens pas à trouver le sens, je ne sais pas comment vous l'expliquer !!!

 

Par exemple avec la phrase "prostratus humi pedes iudicum osculabatur, osque suum caeno repleuit"

 

voici mon étude: -prostratus est un participe passé, du verbe prosterno,is, ere, stravi, stratum: coucher en avant, jeter bas, renverser, terrassé.

 

- humi est un nom au génitif sing ou au nominatif pl. du nom humus,i m: terre, sol

 

- pedes est un nom au nominatif sg de pedes, peditis, m : le fantassin [d'ailleurs j'ai du mal avec cette déclinaison c'est laquelle? ]

 

-iudicum alors je pense que mon prof a du faire une erreur de frappe, je pense que ce doit être plutôt "iudicium" de iudicium, i, n: le procès donc sa déclinaison serait soit au nominatif ou à l'accusatif sing.

 

- osculabatur: je le comprends comme un verbe déponent, donc conjugué au passif mais a un sens actif: donner des baisers, choyer, caresser

 

-os: au nominatif sing ; le visage, la bouche...

 

-suum: de suus, a, um :il est soit un adj: son ou bien un pronom: le sien, le leur, (ici je l'aurai traduit par "son")

 

-caeno: datif ou ablatif sing : vient de caenum, i, n : boue, fange, ordure

 

-repleuit: parfait 3eme pers sing veut dire: remplir, emplir ( abl)

 

donc j'aurais commencé par traduire le participe passé: Terrassé (qui) le fantassin (que fait-il) embrassait/choyait (quoi -> je ne vois qu'un accusatif: iudicum) le procès (alors que j'aurais mieux vu "la terre" mais il est au génitif= complément du nom.)de la terre (complète le nom procès), et la boue couvrait son visage (le verbe repleuit engage l'ablatif).

 

Voilà mon raisonnement, j'espère que vous avez réussi à mon relire et à me comprendre!

Share this post


Link to post
Share on other sites
voici mon étude: -prostratus est un participe passé, du verbe prosterno,is, ere, stravi, stratum: coucher en avant, jeter bas, renverser, terrassé.

 

- humi est un nom au génitif sing ou au nominatif pl. du nom humus,i m: terre, sol

Il manque un cas dans votre analyse, qui est précisément très fréquent avec ce mot : c’est le locatif. Voyez grammaire du site page 9 § 26. C’est le sens qu’il a ici. Il est complément de lieu de « prostratus ».

L’expression « prosternere humi » se trouve dans le Gaffiot : se prosterner à terre.

prosternatus est apposé au sujet contenu dans le verbe « osculabatur ».

 

- pedes est un nom au nominatif sg de pedes, peditis, m : le fantassin [d'ailleurs j'ai du mal avec cette déclinaison c'est laquelle?
C'est la troisième déclinaison mais...

Non ! Certes, c’est une possibilité, mais le Gaffiot vous en donne deux autres :

2 – pedes pedum, pluriel de pes

3 – pedes pedum, pluriel de pedis.

On peut déjà éliminer le 3 : si je vais voir « pedis », je trouve un mot très rare. Aucune chance que ce soit le bon.

pes : pes pedis : j’en ai deux colonnes dans le Gaffiot, c’est ce mot que je dois privilégier. Et ainsi, je me trouve avec un nominatif, vocatif accusatif pluriel.

 

-iudicum alors je pense que mon prof a du faire une erreur de frappe, je pense que ce doit être plutôt "iudicium" de iudicium, i, n: le procès donc sa déclinaison serait soit au nominatif ou à l'accusatif sing.

Non, il n’y a pas d’erreur de frappe : judicium existe bien, mais la solution se trouvait en fait au tout début de l’article du Gaffiot : judicium –ii (judex), ce qui signifie que ce mot vient de « judex ».

Je cherche « judex » et je trouve judex judicis, qui fait au génitif pluriel « judicum ».

- osculabatur: je le comprends comme un verbe déponent, donc conjugué au passif mais a un sens actif: donner des baisers, choyer, caresser

Tout à fait. Prenez le sens premier = baiser. C’est un verbe transitifqui a normalement un COD à l'accusatif..

 

-os: au nominatif sing ; le visage, la bouche...

N’allez pas trop vite !!! Os oris est un nom neutre. Cela veut dire que le nominatif, le vocatif et l’accusatif singulier sont semblable. Os est ici un accusatif. Moralité : toujours bien regarder le genre des mots qu'on analyse.

 

-suum: de suus, a, um :il est soit un adj: son ou bien un pronom: le sien, le leur, (ici je l'aurai traduit par "son")

 

-caeno: datif ou ablatif sing : vient de caenum, i, n : boue, fange, ordure

 

-repleuit: parfait 3eme pers sing veut dire: remplir, emplir ( abl)

Non : le verbe « repleo » est un verbe transitif qui se construit très normalement avec l’accusatif. Je ne trouve aucune indication concernant l’ablatif dans le Gaffiot. Pouvez-vous me dire où vous avez trouvé cela ?

Le sujet de replevit est le même que celui de osculabatur. Et il n’y a pas de fantassin dans tout ça !

 

donc j'aurais commencé par traduire le participe passé: Terrassé (qui) le fantassin (que fait-il) embrassait/choyait (quoi -> je ne vois qu'un accusatif: iudicum) le procès (alors que j'aurais mieux vu "la terre" mais il est au génitif= complément du nom.)de la terre (complète le nom procès), et la boue couvrait son visage (le verbe repleuit engage l'ablatif).

A partir de mes explications, pouvez-vous essayer de traduire de nouveau ?

Attention à utiliser exclusivement le Gros Gaffiot : l’abrégé ou un quelconque lexique ne peut vous amener qu’à des erreurs. Profitez-en pour réviser le locatif à la première, la deuxième et la quatrième déclinaison.

Encore un indice : les noms en « ex » de la troisième déclinaison ont leur génitif pluriel en –um (voir tableau Grammaire page 12 § 36).

A apprendre par cœur !

Vous voyez que j'ai pris très au sérieux votre analyse. C'est ainsi que vous pourrez progresser et que nous pourrons vraiment vous aider.

Bravo !

 

Bon courage !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il manque un cas dans votre analyse, qui est précisément très fréquent avec ce mot : c’est le locatif. Voyez grammaire du site page 9 § 26. C’est le sens qu’il a ici. Il est complément de lieu de « prostratus ».

L’expression « prosternere humi » se trouve dans le Gaffiot : se prosterner à terre.

prosternatus est apposé au sujet contenu dans le verbe « osculabatur ».

 

C'est la troisième déclinaison mais...

Non ! Certes, c’est une possibilité, mais le Gaffiot vous en donne deux autres :

2 – pedes pedum, pluriel de pes

3 – pedes pedum, pluriel de pedis.

On peut déjà éliminer le 3 : si je vais voir « pedis », je trouve un mot très rare. Aucune chance que ce soit le bon.

pes : pes pedis : j’en ai deux colonnes dans le Gaffiot, c’est ce mot que je dois privilégier. Et ainsi, je me trouve avec un nominatif, vocatif accusatif pluriel.

 

 

Non, il n’y a pas d’erreur de frappe : judicium existe bien, mais la solution se trouvait en fait au tout début de l’article du Gaffiot : judicium –ii (judex), ce qui signifie que ce mot vient de « judex ».

Je cherche « judex » et je trouve judex judicis, qui fait au génitif pluriel « judicum ».

 

Tout à fait. Prenez le sens premier = baiser. C’est un verbe transitifqui a normalement un COD à l'accusatif..

 

 

N’allez pas trop vite !!! Os oris est un nom neutre. Cela veut dire que le nominatif, le vocatif et l’accusatif singulier sont semblable. Os est ici un accusatif. Moralité : toujours bien regarder le genre des mots qu'on analyse.

 

 

Non : le verbe « repleo » est un verbe transitif qui se construit très normalement avec l’accusatif. Je ne trouve aucune indication concernant l’ablatif dans le Gaffiot. Pouvez-vous me dire où vous avez trouvé cela ?

Le sujet de replevit est le même que celui de osculabatur. Et il n’y a pas de fantassin dans tout ça !

 

 

A partir de mes explications, pouvez-vous essayer de traduire de nouveau ?

Attention à utiliser exclusivement le Gros Gaffiot : l’abrégé ou un quelconque lexique ne peut vous amener qu’à des erreurs. Profitez-en pour réviser le locatif à la première, la deuxième et la quatrième déclinaison.

Encore un indice : les noms en « ex » de la troisième déclinaison ont leur génitif pluriel en –um (voir tableau Grammaire page 12 § 36).

A apprendre par cœur !

Vous voyez que j'ai pris très au sérieux votre analyse. C'est ainsi que vous pourrez progresser et que nous pourrons vraiment vous aider.

Bravo !

 

Bon courage !

 

 

J'ai trouvé repleuit dans le collatinus, mais j'ai compris , je ne dois plus m'en servir!! j'ai le Gaffiot mais de poche. Pour judex, je n'ai pas de renvoit à ce mot dans mon petit gaffiot...

 

"Prosterné à terre il baisait les pieds du juge, et son visage fut couvert de boue."

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai trouvé repleuit dans le collatinus, mais j'ai compris , je ne dois plus m'en servir!! j'ai le Gaffiot mais de poche. Pour judex, je n'ai pas de renvoit à ce mot dans mon petit gaffiot...

 

"Prosterné à terre il baisait les pieds du juge, et son visage fut couvert de boue."

 

 

j'ai essayé de chercher dans la grammaire du site l'infinitif parfait, je n'ai pas trouvé; pourriez vous m'expliquer son sens , comment le traduire, ce n'est pas expliqué dans mon manuel et il y a une occurence de cet infinitif dans l'une de mes phrases... Merci d'avance

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, il vaut mieux oublier le collatinus et le petit Gaffiot qui est une véritable escroquerie intellectuelle.

Le gros Gaffiot est entièrement en ligne... et quand je n'ai pas envie d'étendre le bras, je regarde sur mon écran...

Fin de la phrase : le sujet du verbe est l'homme, et non pas os suum qui est un accusatif. Le verbe est actif et non passif.

Infinitif passé (ou parfait) : mais ça existe aussi en français !

amavisse = avoir aimé.

A demain !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, il vaut mieux oublier le collatinus et le petit Gaffiot qui est une véritable escroquerie intellectuelle.

Le gros Gaffiot est entièrement en ligne... et quand je n'ai pas envie d'étendre le bras, je regarde sur mon écran...

Fin de la phrase : le sujet du verbe est l'homme, et non pas os suum qui est un accusatif. Le verbe est actif et non passif.

Infinitif passé (ou parfait) : mais ça existe aussi en français !

amavisse = avoir aimé.

A demain !

 

donc "et remplissait de boue son visage"

 

J'ai beaucoup de mal avec la phrase suivante, surtout la deuxième partie "Quod conspectum totam quaestionem a seueritate ad clementiam et mansuetudinem transtulit, quia satis iam graues eum poenas sociis dedisse arbitrati sunt deductum ad tam ignobile factum"

 

Cela étant le regard sur une plainte aussi grande se porta de la vérité vers la clémence et la bienveillance, parce que maintenant il est donné une assez lourde réparation aux alliés ... qu'ils ont été entendus vers une action aussi obscure

 

 

je ne comprend pas la fin de cette phrase :mellow:

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai beaucoup de mal avec la phrase suivante, surtout la deuxième partie "Quod conspectum totam quaestionem a seueritate ad clementiam et mansuetudinem transtulit, quia satis iam graues eum poenas sociis dedisse arbitrati sunt deductum ad tam ignobile factum"

 

Cela étant le regard sur une plainte aussi grande se porta de la vérité vers la clémence et la bienveillance, parce que maintenant il est donné une assez lourde réparation aux alliés ... qu'ils ont été entendus vers une action aussi obscure.

Encore une fois, c’est le manque d’analyse qui vous empêche de traduire.

 

Quod conspectum : analysez ces deux mots. Attention à « conspectum ». Le latin est une langue très concise qui dit beaucoup de choses en peu de mots… (comme Covielle, le truchement du Grand Turc dans le Bourgeois !).

Quel est le sujet de transtulit ?

totam quaestionem : d’où sortez vous le « sur » ? Quelle est la fonction de cette expression ?

sens et temps de « arbitrati sunt ».

deductum : quel est le seul mot de la phrase auquel puisse se rattacher deductum ?

 

Dans tout cela, je n’ai pas vu reprise la traduction de «vis nimbi incidit ». Ne cherchez pas midi à quatorze heures… Cela explique le visage couvert de boue…

 

donc "et remplissait de boue son visage"

A quel temps est "replevit" ? Un imparfait n'est pas un parfait.

 

J’attends vos réponses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(comme Covielle, le truchement du Grand Turc dans le Bourgeois !).

 

Cléonte: -Bel men!...

Covielle: -Il dit que vous alliez promptement afin de préparer toutes choses pour la cérémonie qui se doit tenir tantôt, car son amour ne peut souffrir aucun retard...

Mr Jourdain: -Tant de choses en deux mots???

Covielle: -Euh...oui, la langue turque est comme cela: elle dit beaucoup en peu de mots...

 

Désolé!...je n'ai pas pu résister!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cléonte: -Bel men!...

Covielle: -Il dit que vous alliez promptement afin de préparer toutes choses pour la cérémonie qui se doit tenir tantôt, car son amour ne peut souffrir aucun retard...

Mr Jourdain: -Tant de choses en deux mots???

Covielle: -Euh...oui, la langue turque est comme cela: elle dit beaucoup en peu de mots...

 

Désolé!...je n'ai pas pu résister!

 

 

 

nimbus, i : pluie d'orage, averse; nuage de pluie; nuage enveloppant les dieux; pluie, grêle; nuage; orage malheur

 

je ne comprend strictement rien au texte mais je l'ai traduit par "car dans le même temps, où ces tristes opinions de lui avaient été rapportées, arriva soudain un violent orage; prosterné à terre, il baisait les pieds du juge, et remplissa de boue son visage"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cléonte: -Bel men!...

Covielle: -Il dit que vous alliez promptement afin de préparer toutes choses pour la cérémonie qui se doit tenir tantôt, car son amour ne peut souffrir aucun retard...

Mr Jourdain: -Tant de choses en deux mots???

Covielle: -Euh...oui, la langue turque est comme cela: elle dit beaucoup en peu de mots...

 

Désolé!...je n'ai pas pu résister!

J'étais pressé par le temps... sinon, je n'aurais pas résisté non plus !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais il ne vous est pas possible de traduire avant d'avoir répondu à mes questions. Ce ne sont d'ailleurs pas "mes" questions, mais les questions qu'on se pose naturellement lorsqu'on lit ce texte. A partir de vos réponses, je pourrai vous aider pour la traduction. Mais c'est d'abord de savoir analyser tout seul qui vous aidera pour janvier... Sinon, ce sera de la devinette, et en version cela ne fonctionne jamais.

 

Je renouvelle donc mes questions :

 

Quod conspectum : analysez ces deux mots. Attention à « conspectum ». Le latin est une langue très concise qui dit beaucoup de choses en peu de mots… (comme Covielle, le truchement du Grand Turc dans le Bourgeois !).

Quel est le sujet de transtulit ?

totam quaestionem : doù sortez vous le « sur » ? Quelle est la fonction de cette expression ?

sens et temps de « arbitrati sunt ».

deductum : quel est le seul mot de la phrase auquel puisse se rattacher deductum ?

A quel temps est "replevit" ? Un imparfait n'est pas un parfait.

 

Je vous traduit quand même, à titre d'exemple la phrase sur la pluie : repentina uis nimbi incidit

vis repentina = unepuissance soudaine

nimbi = de la plui

incidit = se produisit. Pour le coup, on peut traduire un peu librement : il plut soudain avec une grande violence.

Allons, courage ! (et revoyez le passez simple français...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais il ne vous est pas possible de traduire avant d'avoir répondu à mes questions. Ce ne sont d'ailleurs pas "mes" questions, mais les questions qu'on se pose naturellement lorsqu'on lit ce texte. A partir de vos réponses, je pourrai vous aider pour la traduction. Mais c'est d'abord de savoir analyser tout seul qui vous aidera pour janvier... Sinon, ce sera de la devinette, et en version cela ne fonctionne jamais.

 

Je renouvelle donc mes questions :

 

Quod conspectum : analysez ces deux mots. Attention à « conspectum ». Le latin est une langue très concise qui dit beaucoup de choses en peu de mots… (comme Covielle, le truchement du Grand Turc dans le Bourgeois !).

Quel est le sujet de transtulit ?

totam quaestionem : d’où sortez vous le « sur » ? Quelle est la fonction de cette expression ?

sens et temps de « arbitrati sunt ».

deductum : quel est le seul mot de la phrase auquel puisse se rattacher deductum ?

A quel temps est "replevit" ? Un imparfait n'est pas un parfait.

 

Je vous traduit quand même, à titre d'exemple la phrase sur la pluie : repentina uis nimbi incidit

vis repentina = unepuissance soudaine

nimbi = de la plui

incidit = se produisit. Pour le coup, on peut traduire un peu librement : il plut soudain avec une grande violence.

Allons, courage ! (et revoyez le passez simple français...)

 

et si je traduit repentina uis nimbi incidit par: "soudain une forte averse s'abattit" c'est juste?

 

je suis en train de faire des recherches sur la phrase suivante, "conspectus" et "satis" me posent problème

Share this post


Link to post
Share on other sites

et si je traduit repentina uis nimbi incidit par: "soudain une forte averse s'abattit" c'est juste?

 

je suis en train de faire des recherches sur la phrase suivante, "conspectus" et "satis" me posent problème

 

quod conspectum: accusatif sing : A cause de ceci il s'offrit à la vue de (qqn)

 

le sujet de transtulit: l'homme

 

totam quaestionem: accusatif sing cod du verbe transtulit

 

arbitrati sunt: verde déponent de "arbitror": sont témoins de

 

deductum va avec factum : nominatif, accusatif sing

 

repleuit est au passé simple

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quod conspectum totam quaestionem a seueritate ad clementiam et mansuetudinem transtulit,

 

quod conspectum: accusatif sing : A cause de ceci il s'offrit à la vue de (qqn)

Il faut envisager toutes les hypothèses. Ici, conspectum n’est pas l’accusatif de conspectus –us, mais le participe passé passif de conspicio. Quod est ici un pronom relatif de liaison équivalent en gros à Et id. Comme il est au neutre, ce peut être aussi un nominatif singulier, et conspectum, participe passé qui est en même temps épithète de « quod » s’accorde au neutre singulier avec quod et est donc un nominatif (modèle « bonus bona bonum »).

Quod conspectum est donc le véritable sujet de transtulit.

Pour vous expliquer ma démarche, je peux vous dire que j’ai fait au départ, à première vue, la même analyse que vous. Mais je me trouvais à la tête de deux séries d’accusatifs : « Quod conspectum » et « totam quaestionem ». Ce dernier ne pouvant être autre chose que le COD de transtulit, « quod conspectum » était en trop. C’est donc que je faisais une erreur d’analyse. Un sujet neutre en tête avec un relatif de liaison sujet, c’était donc la seule solution grammaticalement possible. Vous remarquerez que jusque là, je n’ai rien traduit. Maintenant que j’ai construit, je peux traduire. Ou plutôt, je vous laisse traduire. Faites-le littéralement. Ne vous tourmentez pas si vous ne trouvez pas : ce n’est pas facile, mais c’est une construction typiquement latine.

 

le sujet de transtulit: l'homme
Non (voir ci-dessus).

 

totam quaestionem: accusatif sing cod du verbe transtulit

oui, tout à fait.

 

arbitrati sunt: verde déponent de "arbitror": sont témoins de
Non ! Vous avez pris le premier sens venu, qui est un sens rare. Si vous regarder votre Gaffiot, vous verrez quer le sens courant est « penser », « juger ».

 

deductum va avec factum : nominatif, accusatif sing
L'analyse est bonne, mais « deductum » ne peut pas aller avec factum car factum dépend de « ad » et pas deductum.

 

repleuit est au passé simple
Donc, il faut le traduire par un passé simple et pas par un imparfait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut envisager toutes les hypothèses. Ici, conspectum nest pas laccusatif de conspectus us, mais le participe passé passif de conspicio. Quod est ici un pronom relatif de liaison équivalent en gros à Et id. Comme il est au neutre, ce peut être aussi un nominatif singulier, et conspectum, participe passé qui est en même temps épithète de « quod » saccorde au neutre singulier avec quod et est donc un nominatif (modèle « bonus bona bonum »).

Quod conspectum est donc le véritable sujet de transtulit.

Pour vous expliquer ma démarche, je peux vous dire que jai fait au départ, à première vue, la même analyse que vous. Mais je me trouvais à la tête de deux séries daccusatifs : « Quod conspectum » et « totam quaestionem ». Ce dernier ne pouvant être autre chose que le COD de transtulit, « quod conspectum » était en trop. Cest donc que je faisais une erreur danalyse. Un sujet neutre en tête avec un relatif de liaison sujet, cétait donc la seule solution grammaticalement possible. Vous remarquerez que jusque là, je nai rien traduit. Maintenant que jai construit, je peux traduire. Ou plutôt, je vous laisse traduire. Faites-le littéralement. Ne vous tourmentez pas si vous ne trouvez pas : ce nest pas facile, mais cest une construction typiquement latine.

 

Non (voir ci-dessus).

 

 

oui, tout à fait.

 

Non ! Vous avez pris le premier sens venu, qui est un sens rare. Si vous regarder votre Gaffiot, vous verrez quer le sens courant est « penser », « juger ».

 

L'analyse est bonne, mais « deductum » ne peut pas aller avec factum car factum dépend de « ad » et pas deductum.

 

Donc, il faut le traduire par un passé simple et pas par un imparfait.

 

je n'en peux plus!Pourquoi notre prof nous donne des sujets si complexes alors que nous sommes en niveau débutant! Ou bien c'est moi qui est un sérieux problème...

 

Conspectum je ne parviens pas à le traduire, je trouve qu'il ressemble au verbe transtulit ! "porter ses regards" et "porter d'un lieu à un autre"...

 

pour arbitrati sunt, c'est un présent passif

 

deductum va avec "eum"

Share this post


Link to post
Share on other sites

je n'en peux plus!Pourquoi notre prof nous donne des sujets si complexes alors que nous sommes en niveau débutant! Ou bien c'est moi qui est un sérieux problème...

 

Conspectum je ne parviens pas à le traduire, je trouve qu'il ressemble au verbe transtulit ! "porter ses regards" et "porter d'un lieu à un autre"...

 

pour arbitrati sunt, c'est un présent passif

 

deductum va avec "eum"

 

 

j'ai traduit la phrase suivante, comme je bloque sur la précédente... "Sic homo maxima malitia non multatus est ob iram caeli: num haec deos ipsos non seueros in pessimos fuisse significant?"

 

Ainsi l'Homme de très grande méchanceté n'a pas été puni par la colère du ciel: est-ce-que par cela les dieux ne se montrent t'ils pas eux-mêmes sévères dans des situations si mauvaises?

 

L'infinitif parfait "fuisse" je ne sais pas comment le traduire " vous m'aviez dit avoir ... donc ici "avoir été" mais en français comment le traduire dans une phrase?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...