Jump to content

Vérification traduction


Recommended Posts

Bonsoir !

 

J'ai traduit quelques phrases mais comme je ne suis pas une lumiere en traduction, pouvez-vous vérifier ma traduction et m'indiquer mes erreurs pour que je progresse s'il vous plait ?

 

Voici mon travail :

 

 

1) Quia apud lacum sunt flores uarii pulchrique, cottidie multi ex urbe ueniunt.

 

2) Postquam, puella, matri raptum Proserpinae nuntiauisti, ad tuos effugisti.

 

3) Virgo ex amore pulchrior facta est.

 

4) Lacus amoenitas ex arboribus floribusque nascitur.

 

5) Cum puellae omnes uehementer clamarent, homines armati a ciuitate succurrerunt.

 

6) Quia milites cum strepitu ac tumultu castra irruperant, dux centuriones ad se uocauit.

 

7) Caesar, cum morari non posset, equitatem praemisit exercitumque ad oppidum ipse duxit.

 

J'ai traduit par :

 

1) Chaque jour, beaucoup [de personnes] hors de la ville sont venues parce qu'auprès du lac les fleurs sont belles et variées.

 

2) Quand l'enlèvement de Proserpine a été annoncé par sa mère, la jeune fille s'enfuit pour ses biens.

 

3) D'après la jeune fille, l'amour est une action très belle.

 

4) Que du lac naquît des agréments d'arbres et de fleurs.

 

5) Les hommes armés courraient au secours à la cité avec chaque jeune fille qui crie avec violence.

 

6) Le chef fit appel aux centurions parce que le service militaire avait fait irruption dans le camp avec du bruit et du désordre.

 

7) César, quand il ne pouvait pas rester, envoyait en avant la cavalerie et l'armée et il dirigeait même jusqu'à la ville.

 

Voila, j'espere n'avoir pas fait de fautes énormes.

 

Merci de votre réponse svp ..

 

Bonne soirée !

Link to post
Share on other sites

Il est un peu tard ce soir... ja devrais presque dire "ce matin", aussi je ne corrige que le début.

Quia apud lacum sunt flores uarii pulchrique, cottidie multi ex urbe ueniunt.

Chaque fois qu'on le peut, il vaut mieux garder le mouvement de la phrase latine. Il convient donc de commencer par la subordonnée :

Parce qu'auprès du lac...

sunt flores : et pas "flores sunt". C'est le cas de traduire par le gallicisme : il y a des fleurs...

Pour la suite : attention au temps de veniunt (ce n'est pas venerunt) Quel temps est-ce ? Et si le latin met en général le verbe à la fin de la phrase, ce n'est pas l'habitude du français.

2) Postquam, puella, matri raptum Proserpinae nuntiauisti, ad tuos effugisti.

Là, tu as inventé et pas construit c'est à dire analysé.

As-tu remarqué que "puella" est entre deux virgules ? Quelle est la personne des verbes nuntiavisti et effugisti ?

 

Essaie de corriger ces deux phrases et nous continuerons demain.

Bonne nuit !

Et ne t'inquiète pas, petite souris (mimimouse... je suppose que c'est cela que tu veux signifier) : les fautes, même énormes, sont toujours source de progrès si on les comprend et qu'on les corrige...

Link to post
Share on other sites

Bonjour, merci de votre attention et de vote aide.

 

J'ai modifié mes phrases :

1) Chaque jour, beaucoup [de personnes] viennent de la ville parce qu'auprès du lac les fleurs sont belles et variées.

 

2) Après que, jeune fille, tu as annoncé l'enlèvement de Proserpine à sa mère, tu t'es réfugiée vers les tiens.

 

3) L'amour rend une fille plus belle.

 

4) La beauté du lac est née des arbres et des fleurs. ( Le sujet de "nascitur" est "amoenitas")

 

5) comme toutes les jeunes filles criaient, des hommes armés ont couru de la cité à leur secours.

 

6) Le chef fit appel aux centurions chez lui parce que des militaires avaient fait irruption dans le camp avec du bruit et du désordre.

 

7) César, comme il ne pouvait pas attendre, envoya en avant la cavalerie et il dirigea lui-même l'armée jusqu'à la ville.

Link to post
Share on other sites
1) Chaque jour, beaucoup [de personnes] viennent de la ville parce qu'auprès du lac les fleurs sont belles et variées.

Oui, c'est bien. Mais pourquoi bousculer la phrase latine ?

"Parce qu'auprès du lac les fleurs sont belles et variées, chaque jour beaucoup de gens viennent (ou "y viennent") de la ville.

 

2) Après que, jeune fille, tu as annoncé l'enlèvement de Proserpine à sa mère, tu t'es réfugiée vers les tiens.

C'est presque parfait ! ad a souvent le sens de "auprès de" "chez". On dira donc : auprès des tiens.

Peut-être pourrait-on mettre "jeune fille" entre tu as et annoncé : Après que tu as, jeune fille, annoncé...

 

3) L'amour rend une fille plus belle.

 

C'est le sens. Il est difficile de respecter la construction à cause de la traduction de "ex". Mais il faut quand même éviter de trop bousculer le latin.

Une jeune fille (virgo) devient plus belle en raison de l'amour... Je ne suis pas content de cette traduction, mais c'est plus proche de la construction latine. Décidément, gardons ta traduction !

 

4) La beauté du lac est née des arbres et des fleurs. ( Le sujet de "nascitur" est "amoenitas")

Ce serait parfait si... Attention à nascitur qui est tout simplement le présent de nascor déponent. La beauté (le charme) du lac nait...

 

5) comme toutes les jeunes filles criaient, des hommes armés ont couru de la cité à leur secours.

Presque parfait aussi : n'oublie pas "vehementer" (avec force)

Attention au fait que le passé simple n'a pas cessé d'exister en français, et que dans le récit, il est de beaucoup préférable au passé composé. "coururent à leur secours " ou "vinrent à leur secours"

 

Le chef fit appel aux centurions chez lui parce que des militaires avaient fait irruption dans le camp avec du bruit et du désordre.[/color]

 

Quia milites cum strepitu ac tumultu castra irruperant, dux centuriones ad se uocauit : gardons le mouvement du texte ! Parce que des soldats (militaire, ça fait un peu comique troupier...) avaient fait irruption dans le camp avec du bruit et du désordre (c'est ça, mais ça peut s'améliorer...), le chef "vocavit" : "appela" ou mieux "convoqua" les centurions chez lui (ou "auprès de lui")

 

7) César, comme il ne pouvait pas attendre, envoya en avant la cavalerie et il dirigea lui-même l'armée jusqu'à la ville.

 

Caesar, cum morari non posset, equitatem praemisit exercitumque ad oppidum ipse duxit.

Bien vu. Ici, le français est moins à l'aise avec la prolepse du sujet. On écrira plutôt :

Comme César ne pouvait pas s'attarder, ... oppidum : plutôt une "place forte". Là, il faudrait le contexte... Mais on s'en passera !

 

Très bon travail ! Bon courage et à bientôt !

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...