Jump to content

Itinera

Members
  • Content Count

    6
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About Itinera

  • Rank
    Servus
  1. A force de retourner ces phrases dans ma tête, je commence à faire des suppositions de plus en plus farfelues... et j'allais oublier la traduction de Shackleton Bailey ! Elle est disponible en ligne sur Jstor. Si vous n'y avez pas accès et que cela vous intéresse, je peux vous envoyer le pdf. En attendant, voilà comment il traduit ce passage : Il fait de revolutus un complément de gurges et non axis, ce qui est peut-être plus logique ! Par contre il faudrait que je ressorte ma grammaire, car je ne pensais pas que inexpletum pouvait être un adverbe... cela me plaisait mieux
  2. Merci pour ces quelques suggestions Cela m'aide déjà à y voir plus clair ! Mhhh, pourquoi pas ? Entretemps il m'est venu une autre idée : est-ce que que gurges ET vada pourraient être sujet de feriat, qui ne s'accorderait qu'avec le premier ? Je pensais que le marbre blanc devait plutôt représenter l'aspect de l'écume blanche produite par les vagues, quand elles frappent les rochers par exemple...
  3. Bonjour à tous ! Je suis actuellement en train de traduire une déclamation en vers de l'Anthologie latine (Riese, carm. 21), où un pêcheur est accusé d'avoir volé de l'or dans le temple de Neptune. Voici le thème : En plus de multiples problèmes mineurs, certains passages restent assez obscurs pour moi, et un peu d'aide serait la bienvenue ! Je vous donne mes traductions littérales. 1. Lors de la narratio, le déclamateur décrit l'activité du pêcheur (vv. 50-55) : Illic sollicite <per> saxa madentia curas Disponens imoque trahens animalia fundo Serus furtivum refe
  4. Merci Beaucoup! Je comprends mieux maintenant! J'ai encore quelques phrases à vous soumettre: Ad quae colloquia tristitia respiraret? Par quelles conversations se remettrait-on de sa tristesse? Je ne suis pas vraiement convaincue... le Gaffiot donne respirare a metu "se remettre de sa crainte". Mais ici il n'y a pas de ab devant tristitia. Et puis je ne vois pas comment ad peut se traduire par "par". "hoc est ergo, inquit, quod de te praecipue queror: moriturum mihi praetulisti." Quaeso, iuvenis, ne nobis putes tantum inesse feritatis ut illum potuerimus aestimare morituru
  5. Bonjour! Je serais curieuse d'avoir votre avis sur un passage assez problématique d'une déclamation . Hoc erat, ubi iacebat aeger, illud tot annorum, ex quo coepit pirata grassari, idem cubile. Corpus, quod gravatur assidentium sedulas manus, iacet inter vincula, quibus instrinxerat adhuc recentem pirata captivum, et quamvis tenuata de nexibus membra labantur, rursus in modum stringentium tenent, quae nullo suspensa nisu velut victo homine sederunt. voilà la traduction donnée en classe: Voilà la couche où était étendu mon fils malade, la même depuis tant d'années, depuis que
×
×
  • Create New...