Jump to content

Michel Disdero

Members
  • Content Count

    25
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About Michel Disdero

  • Rank
    Colonus
  • Birthday 10/18/1953

Contact Methods

  • Website URL
    https://ensta.academia.edu/MichelDisdero

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. oui, et un latiniste averti fait remonter ensemble dans le corps de la phrase le verbe et son adverbe, là où l'amateur n'identifie pas ce couple,et ne déplace que le verbe comme s'il faisait platement de l'allemand
  2. Merci Beaucoup @Bill Je ne savais pas comment gérer ce mirifice, qui finalement ne demandait qu'à remonter d'une vingtaine de mots, avec son composuit ... Bien cordialement
  3. Bonjour [et meilleurs voeux à tous les latinistes!] Pourriez-vous corriger/commenter la traduction de deux évènements des années 1092-1095, relatés par les Chroniques de Liège? Kal. Augusti vespertina hora diei stella clara & velut trabes magna ab oriente in occidentem visa est transcurrisse per aquilonem. Le premier jour d’août à l’heure vespérale, a été vue une étoile brillante traversant le ciel comme une torche d’orient en occident, vers le nord. Obiit Robertus Abbas Ecclesiae S. Jacobi in Leodio quartus succedit Stephanus, vir magnae scientiae et summae hone
  4. Bonjour Ce "ces mots" pour haec qui permet le "ne les juge" est très intéressant... et l'ensemble de la traduction sonne mieux, y compris "les destins" qui rappellent les astres
  5. Pour l'amateur que je suis, il est presque rassurant de voir que même les experts ont du fil à retordre avec ce latin médiéval... En ce qui concerne castrum, le débat est souvent ouvert (comme pour burg, burgus) entre ville et château; débat de poule et d'oeuf pour savoir qui a commencé. Pour Salon de Provence, il est à peu près certain que la fortification (sur le "Puech" = puy = podium) a été à l'origine de la ville, suite aux tendances à habitat perché avec les diverses invasions du haut moyen âge. Il s'agit bien d'un mur du château fortifié, que l'on a agrandi ensuite pour e
  6. Merci Bill: Voici une combinaison de vos remarques et de celles de Jacques (vous êtes en phase), je suis juste embarrassé par ce structum qui arrive en plus de in lapide inscriptum... et je vois qu'un des sens, lié à disposé en ordre, est "enchassé" qui aurait un certain charme pour un mur? J'ai cru bon de ne pas devoir cacher une épitaphe qui est parvenue entre nos mains, gravée dans la pierre, dit-on, disposée sur un mur antique du palais épiscopal bâti à Salon, appelé vulgairement le château de Salon; celle-ci fut découverte dans la neuf cent quatre-vingt septième année du
  7. Merci Jacques! Pour tenter de clarifier, je travaille en ce moment sur les Chroniques de Salon de Provence, publiées par Louis Gimon en 1882 (et récemment rendues disponibles en scan par Google) ... lequel Gimon cite Honoré Burle (probablement le Provinciae Narbonensis braccatae, vulgo Provence, exacta ac brevis chorographica descriptio, in quinque tractatulos divisa, ut retroscripta pagina indicabit. Studio et labore nobilis Honorati de Burle, scutiferi, ac regiorum consiliorum consiliarii, necnon generalis curiae senescalli ejusdem Provinciae regii consiliarii decani , du XVIIe ...
  8. Bonjour à tous Pourriez-vous "auditer" ma traduction du texte suivant (inscription trouvée en l'an 987, sur un ancien mur du château de Salon) Nec celandum credidi quoddam epitaphium ad nostras manus perventum in lapide inscriptum, ut aiunt, in quodam muro antiquo palatii archiepiscopalis Sallonæ structum, vulgo nuncupatum Castrum Sallonæ, istudque repertum fuisse anno Christiano nonies centesimo octogesimo septimo. Tenor epitaphii, si verum sit, sic se habet: Audi viator, nobilis eram Sciciliano sanguine oriundus, vocabar Roccaperta, miles eram regis, stipendia administrabam; t
  9. Bonjour, je vous soumet ce texte de dédicace moderne (1902) écrit par l'helléniste Victor Bérard. Amicis carissimis Max Leclerc & Henri Bourrelier qui hoc corpus summa benignitate immo fraterno studio foverunt et ediderunt DDD. L'original est visible ici sur Gallica. Je pense traduire en À mes amis très chers ML & HB, qui, avec la plus haute bienveillance, ou mieux, un fraternel dévouement, ont couvé et publié cette oeuvre. En dehors de la lourdeur de mon texte, pensez-vous que c'est traduit correctement? Et ce DDD, qui dans d'autres circonstances, aurait
  10. Très intéressant! Et cohérent avec le fait que apparemment il n'y avait pas de distance affichée sur cette borne, donc qu'elle pouvait être "propriété" de la ville plutôt que faisant partie d'une voie "payée par l'état" En réfléchissant à la motivation de cette inscription, je n'arrive pas à retrouver un papier que j'avais vu sur les villes ou colonies qui "fayotaient" un peu sur des inscriptions, par exemple en se déclarant "felix" etc Encore merci pour votre aide, et vale
  11. Bonjour, et merci pour vos remarques À la base, je savais qui était le dédicataire, car Renan sans donner de traduction (son audience parlant forcément latin, grec, aramaïque, hébreu, etc), précise “L'inscription est donc en l'honneur de Caracalla, et de l'an 213” Ce qui se recoupe bien avec “Caracalla's first trib. pot. extended from fall of 198 to Dec. 9; 198” in Studies in the History of the Roman Province of Syria; 198 + XVI = 213 Donc c’est bien Marcus Aurelius Antoninus Pius Augustus, le fils de Lucius Septimius Severus Pius Pertinax Augustus, qui est honoré, et son nom apparaî
  12. Bonjour J'étudie actuellement le contenu d'une borne milliaire (Corpus inscr. lat. n° 202), restituée comme suit par Renan et Mommsen: Imperatori Caesari divi Luci Septimi Severi Pii Pertinacis Augusti Arabici Adiabenici Parthici maximi Britannici maximi filio divi Marci Antonini Pii Germanici Sarmatici nepoti divi Antonini Pii pronepoti divi Hadriani abnepoti divi Traiani Parthici et divi Nervae adnepoti Marco Aurelio Antonino Pio Augusto Parthico maximo patri patriae Britannico maximo pontifici maximo tribunicia potestate XVI consuli IIII proconsuli vias et miliaria per Decimum Piu
  13. Un grand merci à tous ceux qui font vivre et animent!
×
×
  • Create New...