Jump to content

BLACKSTONE

Members
  • Posts

    524
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by BLACKSTONE

  1. Voici un premier essai de traduction au plus près du texte. J'ai gardé le terme d'empêchement dirimant, car c'est un terme juridique technique que le mariage est alors invalide et n'a pas d'existence : on pourra donc procéder à une déclaration en nullité "de facto". Art. 1 - De la licéité de l'acte conjugal 112 – Dans la reproduction de l’être humain une double action doit être distinguée : l’action humaine c’est-à-dire l’union charnelle, le coït ou acte conjugal, et l’action naturelle c’est-à-dire la reproduction. Pour exercer l’action humaine, des organes sont nécessaires. En ce qui concerne l’homme, deux testicules ou au moins un, où s’élabore la semence ou sperme, et une verge érectile (membre viril, pénis, organe sexuel) par laquelle la semence est éjaculée dans le vagin de la femme ; et de la part de la femme, uniquement le seul vagin, dans lequel la semence est reçue. Et maintenant il faut ajouter que dans cette action humaine, l’homme est le principe actif et la femme le principe passif. En ce qui concerne l’action de nature, sont requis dans la femme les ovaires, les trompes de Fallope et l’utérus. Certes, cette action de nature ou génération est au premier chef, à l’évidence, de la femme. Nous verrons plus bas n. 205, que l’impuissance à s’accoupler, autrement dit de faire l’acte conjugal ou de faire un accouplement, est un empêchement dirimant du mariage, mais pas l’impuissance d’engendrer. Puisque l’union seule appartient à la conscience des époux, on devra dire ce qui est permis soit en raison de l’acte lui-même, soit en raison des circonstances
  2. Si votre fils désire des choses plus consistantes, n'hésitez pas à exploiter toutes les ressources de ce site qui est bien plus qu'un simple forum. Vous pouvez notamment aller voir les différentes possibilités d'apprentissage du latin et explorer tous les onglets de la page d'accueil.
  3. Une suggestion : partir en postulant à un degré assez haut et expliquer en quoi on mérite d'être élu à partir de ce qu'on a fait dans les grades précédents... Je partage votre point de vue sur la pertinence et l'intérêt de ce travail... mais il ne faut pas le dire à votre fils ! Appeler cela de l'enseignement du latin, c'est se moquer du monde...
  4. Il faudrait savoir à quel grade du Cursus on veut être élu. On peut se servir utilement de l'article Cursus Honorum de Wikipédia... Désolé de ne pas pouvoir dire mieux. J'espère que d'autres serons plus efficaces...
  5. Voici les deux premières pages compressées... J'ai l'ensemble des 12 pages non compressées, mais impossible de les réduire à 500 Ko ! Je peux les envoyer par mail en PDF si ça vous intéresse, sinon, je continuerai de les envoyer en pièce détachée jpg compressées.
  6. Oui... Je vais essayer... mais je travaille sur le bouquin papier... Je vais essayer de vous scanner ça ! Pas difficile mais question de temps... Mais votre demande est tout à fait légitime !
  7. Voici un début de traduction. Je m'efforce de garder pour chaque mot latin une seule traduction française. En français, le mot homme est ambigu car il désigne à la fois l'humanité, homme et femme et l'homme mâle. Voilà pourquoi j'ai traduit "homo" par "être humain" et "vir" par homme. Cela vous convient-il ? Art. 1 - De la licéité de l'acte conjugal 112 – Dans la reproduction de l’être humain une double action doit être distinguée : l’action humaine c’est-à-dire l’union charnelle, le coït ou acte conjugal, et l’action naturelle c’est-à-dire la reproduction. Pour exercer l’action humaine, des organes sont nécessaires. En ce qui concerne l’homme, deux testicules ou au moins un, où s’élabore la semence ou sperme, et une verge érectile (membre viril, pénis, organe sexuel) par laquelle la semence est éjaculée dans le vagin de la femme ; et de la part de la femme, uniquement le seul vagin, dans lequel la semence est reçue. . Bien sûr, je continue !
  8. Voici un début de traduction. Je m'efforce de garder pour chaque mot latin une seule traduction française. En français, le mot homme est ambigu car il désigne à la fois l'humanité, homme et femme et l'homme mâle. Voilà pourquoi j'ai traduit "homo" par "être humain" et "vir" par homme. Cela vous convient-il ? Art. 1 - De la licéité de l'acte conjugal 112 – Dans la reproduction de l’être humain une double action doit être distinguée : l’action humaine c’est-à-dire l’union charnelle, le coït ou acte conjugal, et l’action naturelle c’est-à-dire la reproduction. Pour exercer l’action humaine, des organes sont nécessaires. En ce qui concerne l’homme, deux testicules ou au moins un, où s’élabore la semence ou sperme.
  9. Bon ! Je vais regarder ça. Je vous enverrai ma traduction au fur et à mesure, mais ça prendra forcément un peu de temps. Avez-vous un délai ? Envisagez-vous une réédition de ce texte avec une traduction française du passage latin, ou cela est-il pour vos études ?
  10. Le bouquin est arrivé. J'ai trouvé les dix pages en question. Si vous voulez m'envoyer votre traduction, je pourrai la relire intégralement. Le texte est en latin non pas parce qu'il est "scabreux" mais parce que seul le texte latin (tiré du droit canonique) fait autorité.
  11. Finalement, j'ai commandé le livre... Cordialement
  12. Essayons ! Je préfère les scans, si ça ne vous pose pas de problème.
  13. Merci pour cette réponse. Les dix pages de latin se trouvent-elles dans l'ouvrage de Martin ? Si c'est bien le cas, je vais me l'acheter... Cordialement
  14. Merci, Cloelia. c'est intéressant. Mais attendons Alex76... L'ouvrage qu'étudie Alex se trouve sans difficulté et à très bas prix sur le net. S'il répond et que ça l'intéresse, je ferai la dépense ! C'est si bon de faire un peu de latin...
  15. Pour donner une réponse plus précise, il faudrait que vous nous donniez un extrait plus important du texte et que vous nous disiez dans quel cadre vous étudiez ce texte. Le traité dont vous parlé date de 1945. Il s'appuie donc sur le droit canonique d'avant Vatican II.
  16. sponsorum : des époux, et pas des fiancés
  17. Merci, Jacques ! C'est effectivement plus élégant... et plus latin !
  18. Bien vu ! Je suis décidément rouillé ! Donc : morietur...
  19. Haec anima evanescet quando hoc corpus moretur. Sans garantie... Un collègue fera sans doute mieux !
  20. Bonjour. Je ne vais pas vous être d'un grand secours... Je suis plus latiniste que médiéviste. Un point, cependant, sur lequel je peux vous aider, c'est le mot "Podestate" : il s'agit vraisemblablement du mot technique désignant dans l'Italie du Nord au Moyen-Âge le "Podestat", l'équivalent du maire d'une ville. Je vous suggère, pour la fin du texte, la traduction suivante : Moi, Pierre, jadis juge par l’autorité impériale de Mellior et notaire j’ai écrit toutes ces choses en raison du commandement du dit Podestat et je l’ai publié et de même signé ci-dessous. J'attends qu'un collègue intervienne...
  21. Je vais regarder aujourd'hui.
  22. Faites-vous des études de latin ? Ce texte ne comporte aucune difficulté. Mettez-nous un brouillon, et nous vous aiderons bien entendu. Au fait, l'avant dernier mot ne serait-il pas "insanum" ?
  23. Bonne remarque... Je n'avais pas pensé à cette possibilité : dans ce cas, il s'agit sans doute des glands pour engraisser les porcs...
  24. Donne aux frères (moines) des pâturages et l'usufruit sur les terres et les bois, des pâturages de porcs, et aussi coupe et taille (?) sur toutes mes forêts. Je ne suis pas sûr de la fin (gladem et fagenam)...
×
×
  • Create New...