Jump to content

Coccyx

Members
  • Content Count

    22
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About Coccyx

  • Rank
    Colonus
  1. Le texte, même traduit au plus près, n'est pas d'une clarté lumineuse. Quelques lignes avant, il explique que le coccyx de l'enfant et des "jeunes gens" est fait d'os séparés alors que pour celui de l'adulte, il y a une "progression de l'os sacré qui se continue"... Ce phénomène serait dû à un changement de nature des sucs osseux... Il n'y a rien d'exact dans ces deux propositions, mais le texte a 250 ans et son auteur n'a pas laissé de trace dans les annales de la médecine !
  2. Bonjour à tous Il pleut, c'est un temps propice pour le latin... J'ai retravaillé cette phrase difficile. Je propose : "maintenant, en effet, une partie (une partie de coccyx = une pièce osseuse, une vertèbre) reproduit telle quantité à un autre moment, à l’instant deux, un autre jour trois, dont (quel est l’atcd de cujus ?) la cause de la différence est à aller chercher dans une élaboration différente des sucs des os qui n’est accomplie qu’avec le temps". Qu'en pensez vous (j'ai bien conscience que l'on est en pleines vacances. Je peux attendre !) ?
  3. C'est gentiment dit ! Passées quelques difficultés mineures, en voici une plus importante, page 2, sur la dernière phrase. Je donne le contexte : Quatuor aut quinque partibus constituitur, quae cartilaginibus inter se juguntur, Cartilagines sunt numero duae : vel tres ; duae scilicet quando sunt quatuor partes osseae & tres quando sunt quinque. Partes illae non semper a se invicem separantur, nec semper omnes inter se coadunantur ; nunc enim una tantum pars alias accurate assimilat (adsimulat), modo duae, aliquando tres, cujus differentiae causa repetenda est a diversa succorum osseor
  4. Merci ! Que dites vous de : non seulement elle répand la lumière sur (elle éclaire) les souffrances du genre humain, mais elle ouvre assez souvent la voie pour décrire des choses secrètes de l’état physiologique ?
  5. Bonjour à tous Après avoir traduit une première thèse (lire ci-dessus), j'en ai trouvé une deuxième sur le même thème : "De osse coccygis" d'un certain Claude Dupont écrite en 1762 et consultable à : https://play.google.com/books/reader?id=8gOyQYbTBhAC&printsec=frontcover&output=reader&hl=fr&pg=GBS.PP1 Je reprends donc le même fil de discussion. Dès la première page, je bute sur des difficultés typographiques. Minorum corporis humani partium usus non semper elucet ; suam tamen quaeque particula agnoscit utilitatem : cave ergo ne conclud(manque une lettre)s aliquam inutilem. Si
  6. L'original est disponible sur GoogleBook mais aussi sur le deuxième lien ci-dessus : http://sofmmoo.org/a...il-histoire.htm Un remerciement tout particulier à vous...
  7. Un grand merci à tous ceux qui m'ont aidé et aux nombreux visiteurs de ce fil de discussion. La traduction de cette thèse est maintenant en ligne pour ceux qui sont intéressés : http://www.coccyx.org/medabs/maigne13.pdf http://sofmmoo.org/accueil-histoire.htm
  8. Bonsoir à tous Bonne nouvelle pour moi : j'ai terminé ma traduction. Reste 2-3 passages obscurs que j'avais mis "de côté". En voici un, qui comporte des mots grecs que je ne sais pas traduire. Il s'agit d'expliquer pourquoi le coccyx s'appelle ainsi. La deuxième raison est franchement farfelue et fait sourire. Ossis sacri extremo adtexitur os parvum, quod a similitudine rostri cuculi avis Coccyx dicitur, vel à voce de sono factâ, eo quòd crepitus qui inde per sedimentum exeunt ad id os allisi, cuculi vocis similitudinem effingunt, sive tandem quòd tale os ossi sacro sit agglutinatum, quo
  9. Je crois que votre première traduction colle mieux au contexte, car l'auteur ne parle pas, dans les lignes qui suivent, d'une variété "suivante" de luxation, mais le contexte fait allusion à une variété déjà définie plus haut (beaucoup plus haut). Cordialement
  10. Merci mille fois ! Pour vel minimis remediis, peut-être pourrait on traduire par "puisqu’elle ne peut être contenue par les moindres remèdes" sous entendu : on les a tous essayé, aucun ne marche ? Pour le sens général, en remontant plus haut dans la thèse, on constate que l'auteur parle bien des luxations internes du coccyx, les plus sévères d'après lui. Ceci éclaire les mots : "2°. (que) ce type de luxation ayant été supposé"... Une relecture rapide m'avait fait penser qu'il parlait des externes, moins graves et n'ayant aucune raison d'entraîner inflammation et abcès. Vu avec le recul du tem
  11. Je précise que les trois points de suspension qui suivent "cum iis tamen diferentiis" n'existent pas dans le texte original. J'ai "suspendu" la phrase, qui reprend avec 1°. quod minus fortis sit...
  12. Bonjour à tous et particulièrement à Nobilissimus... Ma traduction a progressé un peu lentement en novembre, du fait d'un manque de temps. Voici une longue phrase de dix lignes où j'ai eu des difficultés. Praeter dolorem a contusione prodeuntem, alius adhuc ab aegro persentitur, e violenta ligamentorum extensione necessario secutus : qui vero dolor duabus coccygis luxationibus communis est, cum iis tamen differentiis... Ma traduction : Outre la douleur (pourquoi un accusatif et pas un nominatif ?) induite par la contusion, une autre encore est perçue par le malade, ayant succédé inéluctab
  13. Gratias tibi ago! Mais comment expliquez vous le redoublement du D ("D.D".) ? On le retrouve dans le texte, à 2-3 reprise lorsque l'auteur parle de son maître en médecine, J-L Petit, sous la forme "D. Petitus" (D. que je pensait vouloir dire Doctor), donc d'un D unique...
  14. Je pense que ce ne peut être que lui. Les dates et les fonctions correspondent parfaitement avec celles de la dédicace. Voici ce qu'en dit Wikipedia : Il est avocat du roi en 1748, avocat général au Grand Conseil en 1751, puis au Parlement de Paris en 1755. Protégé de Louis XV, il est élu membre de l'Académie française en 1757, mais il n'a laissé que quelques discours, mémoires et réquisitoires. Adversaire des philosophes des Lumières, qu'il qualifie de « secte impie et audacieuse » et dont il dénonce la « fausse sagesse ». Il est reçu dans la Confrérie des Pénitents blancs de Montpellier en
  15. Impossible d'insérer une image dans ce texte... Voici le lien sur Google Books (on peut aussi trouver le texte en entrant le titre de la thèse : "de coccygis luxatione") : https://books.google.fr/books?id=gELo7xjq32QC&pg=PA16&lpg=PA16&dq=de+coccygis+luxatio&source=bl&ots=H9MgfF3Duh&sig=IVm0VtRHs8qIKjVM_X_880Jkeng&hl=fr&sa=X&ved=0CCEQ6AEwAWoVChMIgbecgszbyAIVzAoaCh3-4wnl#v=onepage&q=de%20coccygis%20luxatio&f=false La page en question est la page 2 de la thèse, le mot grec est en bout de 3eme ligne Cordialement
×
×
  • Create New...