Jump to content

polemarque

Members
  • Posts

    3
  • Joined

  • Last visited

polemarque's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

0

Reputation

  1. Bonjour Sicerabibax et bonjour Raoul, Je vous remercie grandement des réponses que vous m’apportez d’autant plus qu’elles m’inspirent des idées venant préciser mon projet. « Faceto modo » me convient à la perfection ! Bref, je vous soumets mon projet à la fois pour répondre à la demande de Sicerabibax ainsi qu’à l’interrogation de Raoul concernant l’humour comme méthode. Je ne travaille sur ce projet que depuis deux semaines, je vous prie donc de me pardonner les incohérences et les anachronismes dont il est porteur. Ce projet se veut le pastiche d’un essai de théodicée, d’où ma recherche d’un pendant aux leitmotive lexicaux propres aux démonstrations mathématiques. La voix de mon narrateur est celle d’un doctorant en théologie étudiant des textes anciens et méconnus de deux moines. L’un (Infrapaginus) est versé dans l’étude de la littérature et de la théologie proprement dite, l’autre (Demris) est tourné vers la métaphysique et la morale. Le récit débute par mon narrateur arrêté dans sa lecture du Grand traité de la note en bas de page d’Infrapaginus. Il s’avère qu’au premier mot référé par un numéro, aucune note en bas de page n’existe. Soucieux de la retrouver, après une longue recherche des plus burlesques, il réalise que la note se situe à la fin de l’ouvrage et non en bas de page comme le nom « note de bas de page » le lui indiquait pourtant (erreur de l’éditeur ?). Il parvient à achever sa lecture. Le récit poursuit avec l’exposition de la thèse d’Infrapaginus qui, étrangement, donne sens à l’expérience burlesque de mon narrateur. Le moine (que je situe pour le moment au Xe siècle) remarque qu’il n’y a aucune note en bas de page de la Révélation. Il prédit, que de cette absence, des interprétations multiples naitront et qu’elles s’affronteront dans des bains de sang (les futures guerres de religion). A partir d’une analogie avec les calculs de puissance en mathématique, il affirme que la note en bas de page est un facteur de pacification des relations humaines en tant que ces notes assurent une plus grande précision dans le sens des mots. Appliqué à la Révélation (qui gouverne le sens de l’existence des hommes), dont la Création du monde est l’un des thèmes, la note en bas de page, si elle avait été présente, aurait assuré une précision du sens de l’existence des hommes. Si la Bible, ce livre du monde, est le symbole du monde lui-même, l’eschatologie individuelle (le Salut) ou collective (le Jugement dernier) quant à elle serait alors l’expression de l’échec quant à la possibilité pour l’homme de trouver la note en bas de page de la Révélation, c'est-à-dire en bas du monde, autrement dit sur terre. D’où l’espoir de la rencontrer en fin d’ouvrage, en fin de l’ouvrage de Dieu, c'est-à-dire, à la fin du monde (millénarisme). S’ensuit (consécution logique que j’explique dans mon récit) un retour aux premiers mots prononcés par Dieu : « Que la lumière soit ! ». Mon narrateur expose alors les thèses avancées par Demris à la lumière de celles d’Infrapaginus. Tout le long, une critique des croyances contemporaines (les extra-terrestres, la théorie du complot, les eschatologies modernes, certaines idéologies politiques) s’élaborent au travers d’une disqualification de l’irreligiosité et de l’anti-intellectualisme propres à notre époque. Je tourne en dérision un certain type d’intelligences, un certain type de croyances afin de démontrer par l’absurde combien ces types d’intelligence, de croyances ne sont pas si différents de l’objet auquel ils s’attaquent. Ces différentes critiques ne sont cependant pas le centre de mon sujet qui relève bien quant à lui d’une explication du mal, partant, d’une explication de la nature de Dieu (sous un angle tragico-comique) qui intègre une vision très bergsonienne et whiteheadienne de ce dernier. Ce sont là les grandes lignes et résumé ainsi, je manque assurément le comique de mon récit qui se situe dans la particularité des agencements de mes mots ainsi que dans la singularité des mises en situation de mes personnages. A tout le moins, comprendrez-vous l’esprit de mon projet. C’est la raison pour laquelle, je tiens à vous remercier de l’aide que vous m’apportez. Un simple « merci » que j’exprime du haut de mon insolvabilité culturelle, que j’exprime avec le regret de ne jamais pouvoir répondre de cette dette que je vous dois si ce n’est, dans l’hypothèse que ce projet aboutisse, de vous contacter à nouveau afin de placer vos noms sur la page des remerciements. Ce que je ne manquerais pas. Merci Sicerabibax et merci Raoul. Bien à vous, Polémarque
  2. Merci beaucoup Sicerabibax! C'est une honte pour moi que de n'avoir pas su continuer le latin après la cinquième... Je dispose d'un manuel "apprendre le latin en 25 leçons" et je pense sérieusement m'y remettre... J'aurais une question concernant une autre traduction en espérant que je n'abuse pas de votre temps. "more geometrico" signifie "de manière géométrique", sous-entendu selon la méthode géométrique; j'aimerais signifier "selon la méthode humoristique". L'expression "more ridiculi" conviendrait-elle ? En vous remerciant une nouvelle fois, Polémarque
  3. Bonjour à tous, Je suis étudiant en philosophie et occupe mon temps parfois à écrire. J'aurais besoin de votre aide concernant une expression. Si l'expression "ce qu'il fallait démontrer" se traduit par "quod erat demonstrandum", l'expression "ce dont il fallait rire" composée sur le même modèle pourrait-elle se traduire par "quod erat riderum"? Bien à vous, Polémarque.
×
×
  • Create New...