Jump to content

Bill

Members
  • Posts

    488
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bill

  1. Au cas où vous estimez utile de recourir encore à notre aide, j' aimerais personnellement connaître d'où vous tenez ce texte: manuel scolaire ( lequel)? texte proposé par votre professeur(e), composé par lui (elle)? est-ce une rétroversion? Et afin de mieux vous aider, pouvez-vous dire en quelle année de latin vous-êtes, à raison de combien d'heures/semaine? Merci.
  2. Bonjour, prenez le temps de bien lire le texte et d'analyser. Commencez par la seule première phrase: "Cum in regnum Dionysii venissem, uidi tyrannum": quel terme accompagne ce " cum"? A quel cas et nombre se trouve " tyrannum"?
  3. Bonjour, le texte que vous proposez est, vous le savez sans doute, biblique. Il s’agit du Psaume 119, verset 105. ( Certains le répertorient 118, 105). Il est aussi traduit de cette manière: “Ta parole est un flambeau pour mes pas, une lumière pour mon sentier” En cherchant ce Psaume et le verset sur le net, vous pouvez en lire la formulation latine. cordialement,
  4. Bonjour, voici un réponse peut-être trop longue? Bonne lecture! LʼArgienne aux bras blancs. Argienne : En fait « argienne, argien » qui viennent de « Argos, Argolide » sont des synonymes de «grec, grecque» chez un poète tel que Homère. Strabon, géographe grec qui a vécu aux environs de 60 a.C.n – 20 p.C.n écrit dans son ouvrage (Géographie, VIII,6,9) que « Homère appelle souvent du nom dʼ Argos tout le Péloponnèse, en voici de nouvelles preuves... Il dira par exemple lʼArgienne Hélène- Ἀργείη δ' Ἐλένη » Ainsi dans lʼ Iliade de Homère (VI, 323) : « Hélène dʼ Argos, au milieu de ses femmes, était assise, et à ses servantes commandait des travaux merveilleux ». « Hélène dʼ Argos » dit Homère, autrement dit « Hélène la Grecque » pour bien la distinguer dans ce passage des Troyens Hector et Pâris. Cela dit, Hélène, épouse de Ménélas, roi de Sparte ( cité grecque située en Laconie) est aussi la belle - sœur de Agamemnon, roi de Mycènes ( en Argolide) et chef des armées grecques durant la guerre de Troie). Le lien de Hélène avec Argos peut aussi sʼexpliquer ainsi mais je pense que Strabon est le plus fiable. Aux bras blancs : Il y a dans les épopées homériques (LʼIliade et lʼ Odyssée) de nombreux adjectifs appelés « épithètes de nature », ayant valeur de passe - partout et que lʼaède emploie pour improviser sur un sujet donné et/ou pour faciliter la mémorisation de passages entiers des épopées qui au début étaient de la poésie orale (non écrite donc). « Aux bras blancs », traduction de lʼadjectif grec λευκῶλενος est un de ces épithètes de nature. « Aux bras blancs » qualifie non seulement Hélène mais aussi des déesses telles que Héra, Perséphone ; des muses et des princesses telle que Nausicaa. Dʼautres poètes comme Hésiode ou Pindare y recourent également. Cʼest un adjectif qui colle uniquement à des personnages féminins et que lʼon peut interpréter comme des adjectifs de « qualité, noblesse, aristocratie » et de « beauté ». La blancheur de la peau était en effet une marque de beauté féminine dans la Grèce antique, ce qui nous éloigne du bronzage dʼaujourdʼhui ! Comprendre la mythologie : La question est vaste, et difficile. Pour faire très (trop) simple, les grands mythes peuvent être interprétés sous lʼangle moral, philosophique, psychanalytique etc et ne se laissent pas enfermer dans une seule et unique approche... ( Œdipe qui SANS LE SAVOIR, tue son père et épouse sa mère. Sisyphe qui pousse éternellement un rocher au sommet de la colline et retombe sans cesse. Prométhée, cloué sur une montagne et dont le foie est sans cesse dévoré par un vautour (aigle) et se reconstruit sans cesse...) Il me semble que si les mythes nous permettent de « rêver », dʼ imaginer, sʼils nous transportent « ailleurs », cʼest déjà très bien... Si cela vous plaît je vous suggère de lire les « Métamorphoses » de Ovide, vopire même des fables de « Phèdre » (fable 110) Cordialement,
  5. Bonjour, vous connaissez certainement l' ouvrage dont je vous mets la référence ci- dessous , accessible sur la toile. En tapant " doleo itaque et vehementissime" vous accédez directement au passage concerné et un peu au-dessus à l'explication qui corrobore la vôtre. A toutes fins utiles donc. Cordialement. La chorographie ou description de Provence et l'histoire ..., Volume 2
  6. Doleo itaque, et væhementissime tristor, : C'est pourquoi je suis affligé et même très fortement attristé... C'est mieux traduit ainsi, me semble-t-il.
  7. C'est à moi que vous vous adressez ainsi? Tant de certitude suffisante....
  8. Bonjour, voici ce que je propose: 1) Marcus, cum patriae utilis per multos annos fuerit, vir bonus erit. Vous pouvez utiliser “ fuerit” si vous désirez marquer expressément l’ antériorité. Mais “ Erit “(multos annos erit) suffit selon la logique. 2) Mortuo Romulo, Romani optimates Numam Romanorum maximum putaverunt (duxerunt.) 3) Ex posterorum sententia, Numa Romanis sacra instituit et pacis concordiaeque studium (eis) dedit. 4) Filia nautae, puella summae sollertiae,statuam ex templo Minervae furata est.
  9. Les senteurs et la musique sont la substance de la mémoire.
  10. De rien! Mais vous savez bien que ces inscriptions sont écrites dans un latin parfois incertain. Cela est dû soit au lapicide soit au commanditaire qui dans ces régions lointaines pouvait être un "barbare", romanisé sans doute mais qui parlait un latin peu recherché. Par ailleurs les reconstitutions d'inscriptions et leurs interprétations sont parfois différentes selon les épigraphistes et les moments où les inscriptions sont étudiées...l'épigraphie est une science vivante.
  11. correction: "visum"= vis(on)um= bisonum...
  12. Je vous envoie le lien. Selon l'auteur de l'article ( en note, tout à la fin): "visum" est en fait vi(so)num= bisonum= sarcophage à deux place (Gaffiot). https://www.jstor.org/stable/41755920
  13. ...serviable épouse OU sa très chère épouse QUI L' A BIEN MÉRITÉ.
  14. "meritum": ce terme vient de merere et peut vouloir dire "être soldat": si nous avions merituS on pourrait l'accorder à Val. Sabinianus, soldat du contingent frontalier...
  15. Sous réserve, voici une traduction:
  16. Je suis parvenu à traduire le début par ; Reste voyageur et lit à haute voix. Flavius Marcus Protector, né dans la province de Dacie dans le bourg Valentinien. Il a servi dans la vexillation Fesianesa pendant 23 ans. Lui qui est devenu protecteur dans la schole des protecteurs pendant 5 ans..." Pouvez-vous m'indiquer si c'est correct jusque-là ? Je ne parviens pas à traduire la suite, car les mots et les cas ne font pas sens pour moi. Je pense que c'est "Il a demandé à son fils de congédier Thalarionus et sa femme Mariana ainsi que leur enfant, et aux actuels collègues il a demndé..." Mais j'ai de gros doutes sur cela. La deuxième inscription est encore plus complexe car elle contient des mots impossibles à trouver dans le dictionnaire et des abréviations. "Pontiae Eupliae H. F. karissime coniugi benementi A. Fundamentis memoriam exstrucxit (non le mot est bien orthographié comme ça) Val. Sabinianus V. P. Ex militia Comitatenssi meritum." Je crois que cela concerne un soldat promu chez le comitatus mais impossible de traduire avec toutes les abréviations inconnues et les mots étrangement orthographiés. Merci d'avance pour votre aide. Bonjour, pouvez- vous nous préciser sur quel type de support est gravée la 2è inscription ? Cela semble être une inscription funéraire, est-ce le cas ? H.F peut avoir plusieurs significations par ex Honestissimae f(o)eminae . De même V.P . Karissime= carissimae ; benementi = bene merenti ? estrucxit= extruxit. Comitatenssi= comitatensi. Militia comitatensi désigne peut-être un service militaire aux frontières de l’empire.
  17. Comme vous demandiez amiS ( au pluriel) j'ai mis le pluriel en latin: amici. au singulier: ami= amicus. Tous les formes latines que je vous propose sont au nominatif: familia au nominatif sg. Proximi: nominatif pl. Amor:nomin sg. Amicis serait un datif ou un ablatif pluriel.
  18. Famille: familia ou proximi Amour: amor Amis: amici (amitié= amicitia)
  19. Bill

    Devise en latin

    Bonjour, Le poète latin Horace utilise la métaphore suivante: “nabis sine cortice”=” tu nageras sans bouchon, sans liège” autrement dit tu sauras nager sans aide, tu voleras de tes propres ailes. Mais cela me semble hasardeux de l' utiliser ici. Pourquoi ne pas garder la métaphore “racines et ailes” et penser à Icare qui parce qu’il n’a pas suivi les conseils de son père ( ses racines en quelques sorte) n’a pas su voler de ses propres ailes? Cela donnerait ceci: Duas tantum res liberis nostris donare possumus: stirpes et alas. On ne peut ( nous ne pouvons) donner que deux choses à ses (nos ) enfants: des racines et des ailes.
  20. Vous voulez parler de la "pietas" romaine qui consiste à respecter et honorer les dieux, la patrie et la famille?
  21. Spectaculi est le génitif du nom spectaculum= le spectacle. : "Spectaculi voluptas" = "Le plaisir du spectacle" et mieux "Le plaisir dû au spectacle" était ( "erat" est l'imparfait de "esse") grand. Bravo pour votre persévérance: c'est une qualité essentielle et continuez bien en latin!
×
×
  • Create New...