Jump to content

Bill

Members
  • Posts

    488
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bill

  1. Vos réponses sont très bonnes! Ne vous formalisez pas de la remarque que j'ai faite à propos de l'exercice et surtout de votre professeur ( professeurE?). Mais pour avoir enseigné le latin et le grec ancien durant de très nombreuses années, je sais par expérience que certaines méthodes d'enseignement du latin sont décourageantes pour les élèves et en fait parfaitement infructueuses. Continuez dans vos études qui sont passionnantes et n'hésitez pas à faire appel à nous.
  2. Je suis bien d'accord avec vous! Cet exercice est mal venu! J'espère qu'il ne provient pas d'un professeur, ce serait inquiétant!
  3. Les inscriptions que vous nous demandez de traduire sont les copies exactes de celles citées dans EDCS.
  4. Consultez EDCS sur le Web! Ce site épigraphique est une mine d'or proposant des centaines de milliers d'inscriptions!
  5. En complément des propos de Jacques: Bonjour, voici des traductions, avec les réserves qui s’imposent à propos de ce type de textes : [Plu]toni Aug(usto) sacr(um) / [pro salute Imperato]rum Caesarum M(arci) Aureli Anton[i]/[ni Aug(usti) et L(uci) Aureli Veri Aug(usti) et Vic]toriae eorum civitas Sustrita/[na - templum vetustate] corruptum a solo restituit / [- de]dicaverunt d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) / [- curantibus(?) - H]onor(ato?) Rogat(o?) Vict(or)e(?) province: Afrique Proconsulaire. lieu: Ben-Ergueia, Hr. / Er-Regaigue / Sustri À Pluton Auguste consécration ( ou consacré à Pluton Auguste) pour la conservation des Empereurs Césars Marc Aurèle Antonin Auguste et Lucius Aurelius Verus Augustus et celle ( c- à- d la conservation) de leur victoire, la cité de Sustri a reconstruit depuis les fondations son temple délabré par la vétusté. Ils le lui ont dédié par décret des décurions, sur l’argent public sous la supervision de Honoratus, Rogatus et Victor Plutoni / Aug(usto) [sa]cr(um) / quam L(ucius) Iacchiri/us Rogatus h(onestae) m(emoriae) v(ir) / annos aedilitatis suae / munificentiam promi/serat eandem Q(uintus) Fulloni/us Felix a[m]i[c]us ex asse / h[e]res ab eo scribtus s[-] / [-]VM[-] / [-]RI[ Afrique Proconsulaire ; lieu: Bir al Mashariqah / Bir Mcherga / Bir Mcharga / Tarf el Mcherga / Giufi Consacré à Pluton Auguste. La générosité qu’ avait promise Lucius Iacchirius Rogatus, un homme d’une honorable mémoire durant ses années d’édilité, Quintus Fullonius Felix son ami qu’il a inscrit comme son légataire universel l’ (c-à-d « la promesse ») a « honorée ? »… In templ/um Pluton/is factum / porticum / fecerunt / misre Felicis / Imilis Iamon/is f(ilius) anno Izaz/ci et Zrubalis / Anonis f(ilius) sufetes / Sucube(n)sium fece/runt Felix Iamo / Bolmicar Ioli Su/rus Zuresius Felicio / Diomede(s) Baliato / Anterotis Fortu/natus Diomedis / Assan Cilo Abdili/m Caledius Rusticu/s Ioli Namcido Cad/aius Ibubalis An/inus Felix Aesopi / Cadaius Suaeo / Primicenius Se/cundaes fece/runt queis Fortu/natus Adnlinis / Caledii Mutumb/al Nassaius Mis/cadaius Banocilo / suis impe(n)sis cum / colum{i}nis trib/us constituerunt Afrique Proconsulaire. lieu: Brighita, Hr. / Sucubi Voir discussion antérieure… ­­­­­­­­­­-_____________________________________________________________________ [Io]vi Saturno Silvano Caelesti / Plutoni Minervae Veneri / Aug(ustis) sacr(um) / [pagus Veneri]ensis patrono L(ucio) Antonio Brittanno curatori/[bus] [P(ublio) Oct]avio Marcello sacerd(ote) Saturni S<e=I>x(to) Octavio Felice / [Q(uinto) Clodio O]ptato Q(uinto) Vibio Saturnino ex iis quai(!) i(nfra) s(cripta) s(unt) / [verbecem agnum ca]prum gallum (h)aedillas duas gallinam / C(a)ecilius {E}Se<c=Q>undus. Afrique proconsulaire. lieu: El Sera Consacré à Jupiter, Saturne, Silvain, Céleste, Pluton, Minerve, Venus, Augustes. « pagus (bourg/village) Veneriensis », sous le « patronat » de Lucius Antonius Brittannus, avec pour curateurs Publius Octavius Marcellus - prêtre de Saturne-, Sixtus Octavius Felix, Quintus Clodius Optatus, Quintus Vibius Saturninus selon ce qui a été écrit plus bas. Caecilius .. ?..Sequundus a (offert en sacrifice) un bélier châtré, un agneau, un bouc, un coq, deux chevrettes, une poule. ] Plutoni Mercur[io -] / [pro salute Imp(eratoris) Caesaris div]i Septimi Seve[ri Pii nepotis - M(arci) Aureli Severi Alexandri - trib(unicia) pot(estate)] [[VIII co(n)s(uli) III p(atri) p(atriae)]] et Iuliae [Mammaeae -] / [matri - et sena]tus et patria[e -] Aug(usti) dedicatum pec(unia) [. Afrique Proconsulaire. lieu: Frass, Hr. el / Faras, Hr. al / Gillium À Pluton, Mercure, pour le salut ( la conservation) de l’Empereur César Marc Aurèle Sevère Alexandre, petit- neveu du divin Septime- Sévère le Pieux , revêtu de la puissance tribunitienne pour la 8è fois, consul pour la 3è fois, père de la patrie et celui/ celle ( salut/ conservation) de Iulia Mammaea mère du sénat, de la patrie et d’Auguste (i-e : Alexandre Sévère) (ce monument ) a été dédié avec l’argent… N.B : « Iuliae Mammaeae matri » est un datif et est mis sur le même pied que Plutoni et Mercurio. Cela revient à considérer Mammaea comme une divinité à part entière. On aurait alors « divae » ajouté à sa titulature. Sans doute « matri » est -il une faute pour le génitif « matris » ? -------------------------------------- D(is) M(anibus) s(acrum) / Claudia Celia / pia vixit / annis / XL // M(arcus) Anni/us Vict/oricus / sacerd/os Plut/onis p[i]/u[s] v(ixit) a(nnos) / [-]us Iu/[-] v(ixit) a(nnos) III / h(ic) s(itus) e(st). Afrique Proconsulaire. M'Daourouch / Mdaourouch / Madauros / Madaurus Aux Dieux Mânes, consécration. La pieuse Claudia Celia âgée de 40 ans ; Marcus Annius Victoricus prêtre pieux de Pluton âgé de ans et??? âgé de 3 ans sont étendus ici. N.B : L’âge de Victoricus n’est pas mentionné. De même que l’identité complète de l’enfant mort à l’âge de 3 ans. Ce dernier devait être un garçon si on considère « US = masculin » comme faisant partie de ses tria nomina. On aurait attendu « hic siti sunt- sont allongés ici ». La forme « hic situs est » au SINGULIER bien que plusieurs personnes soient enterrées s’explique par l’accord assez libre que le verbe et l’attribut ont en latin avec les sujets. Ici « situs est » s’accorde avec le sujet le plus proche( l’enfant de 3 ans) qui est au masc sg. D(is) M(anibus) s(acrum) / T(itus) F(lavius) Matutinus / Tranquillianus / antises dei Pluto/nis p(ius) v(ixit) a(nnos) LXXXI / [3]E Iulia Frontil/la eius carissi/ma et obsequ[en]/[ti]ssima p(ia) v(ixit) [a(nnos) 3] / [3]DON[. Consacré aux Dieux Mânes. Le pieux Titus Flavius Matutinus Tranquillianus, prêtre du dieu Pluton, âgé de 81 ans et Julia Frontilla sa très chère , très obéissante et pieuse (épouse ?) âgée de … ans… Afrique Proconsulaire. M'Daourouch / Mdaourouch / Madauros / Madaurus TOUTES CES INSCRIPTIONS SE TROUVENT IN EDCS.
  6. Bill

    2021

    Annum novum faustum felicem vobis omnibus!
  7. Bonjour, vous écrivez dans ce post que la bible hébraïque date du 12è ou 13è siècle. Dans un autre: " La majorité des spécialistes s'accorde à reconnaître que la Bible (AT) n'a été écrite qu'aux alentours de -600. ." Je ne comprends pas cette différence dans les dates... Dans la Bible traduite par le Chanoine Crampon, ( édition 1939) je lis à propos de "la "scie" la note suivante: "Les mit aux scies, c'est-à-dire les soumit aux corvées"! Ce vénérable Chanoine se trompe bien sûr mais c'est une fois encore la preuve que les textes sont interprétés de façons différentes! Le même chanoine indique que le terme "massorétique" (?) malben n'est pas " le jour" (sic)- coquille pour "four"- mais le "moule à briques"...
  8. De plus La Septante offre aussi des variantes ( voir ci- dessous) . Cela est normal pour tout texte "originel', sachant le nombre de copies et donc de copistes qui, consciemment ou pas, changent parfois le texte qu'ils ont sous les yeux. La présence de "cultris" ( et non "cultirs") dans la vulgate est la traduction de καὶ ὑποτομεῦσι σιδηροῖς .( objets tranchants - épée, hache, doloir- en fer) . Je joins un texte d'explications que vous connaissez certainement: Il fit souffrir un supplice encore plus cruel aux Ammonites : Il les coupa avec des scies, il fit passer sur eux des chariots armés de fer, les fit couper en pièces avec des couteaux, et les fit jeter dans des fourneaux où l’on cuit les briques. On a parlé ci-devant du supplice de la scie. Voyez scie. Les chariots, dont il est parlé ici sont des machines propres à briser les pailles, et en faire sortir le grain ; il y en avait de plusieurs sortes ; mais tous étaient armés de fer ou de pierre pour briser la paille. Voyez ci-après trainoirs. Enfin il les fit passer par les couteaux de fer, et par un lieu où l’on fait la brique : soit qu’on entende ces derniers termes d’un four à brique, ou du lieu où l’on broie la terre des tuiliers, dans lequel on écrasa ces malheureux. Ces supplices font horreur ; mais ils étaient tolérés parmi ces peuples, qui se permettaient de mettre à mort tout ce qui était pris en guerre. https://www.bible.audio/definition-calmet-4698-Supplices-des-hebreux.htm 30καὶ ἔλαβεν τὸν στέφανον Μελχολ τοῦ βασιλέως αὐτῶν ἀπὸ τῆς κεφαλῆς αὐτοῦ, καὶ ὁ σταθμὸς αὐτοῦ τάλαντον χρυσίου καὶ λίθου τιμίου, καὶ ἦν ἐπὶ τῆς κεφαλῆς Δαυιδ· καὶ σκῦλα τῆς πόλεως ἐξήνεγκεν πολλὰ σφόδρα. 31καὶ τὸν λαὸν τὸν ὄντα ἐν αὐτῇ ἐξήγαγεν καὶ ἔθηκεν ἐν τῷ πρίονι καὶ ἐν τοῖς τριβόλοις τοῖς σιδηροῖς καὶ διήγαγεν αὐτοὺς διὰ τοῦ πλινθείου· καὶ οὕτως ἐποίησεν πάσαις ταῖς πόλεσιν υἱῶν Αμμων. καὶ ἐπέστρεψεν Δαυιδ καὶ πᾶς ὁ λαὸς εἰς Ιερουσαλημ.
  9. Que malgré les difficultés cette fin d'année vous soit plus légère que les mois passés . Espérons que 2021 sera l'année du renouveau...
  10. Il n'y a pas de souci! Si nous pouvons vous aider, nous sommes là autant que possible! Quand vous parlez de "mémoire", voulez- vous dire que vous terminez des études supérieures? Dans quel établissement?
  11. Bonjour Sarah, je vois que vous vous intéressez aussi aux thèmes! Et ils mettent en question également les propositions finales et conditionnelles! Quelles sont les manières d'exprimer le but que vous avez étudiées? Avez- vous étudié les différentes nuances ( réelle, potentielle , irréelle) des conditionnelles? Ainsi " vous pourriez venir" (a) exprime quelle nuance? et " Il n'aurait été convenable"?
  12. Je vais vous accompagner pour la 2è phrase: Erant qui existimarent quasdam leges senatui abrogandas esse in hac ciuitate, ne turbae ira in dies cresceret : Observez que dans cette ville il y’avait ceux qui pensaient que certaines lois devraient être abolies lors de la colère de la foule car elles auraient peur que cette dernière ne grandissent. - " Observez que" n'est pas dans la phrase latine. - "Sunt qui" est une tournure signifiant " il y en a qui" MAIS ATTENTION au temps de "erant". Nous reviendrons sur la forme " existimarent" ensuite. -Vous avez bien traduit "quasdam leges senatui abrogandas esse" mais n'oubliez pas "senatui": quelle est la fonction?
  13. Oui, votre traduction est juste. Voulez- vous nous dire le contexte dans lequel vous souhaitez utiliser cette formule? Merci!
  14. Oui pourquoi pas. Ce qui me désole est que le demandeur ou la demandeuse ne montre pas avoir fait cette démarche de départ.
  15. Bonjour, ce texte est simple à traduire. Proposez d'abord votre traduction et si nécessaire nous vous aiderons à la corriger!
  16. Bonjour, les 5 inscriptions que vous proposez proviennent toutes de l’Afrique Proconsulaire et outre les difficultés inhérentes rencontrées généralement en épigraphie latine( certaines reconstitutions d’un même passage varient et sont incertaines) s’ajoute celle due à la présence de noms propres, de lieux ou de personnes ( il est parfois impossible de le savoir ) d’origine africaine ce qui rend la lecture plus que douteuse. Pour cette dernière difficulté, je vous renvoie au site qui peut parfois être utile : http://www.punic.co.uk/phoenician/latnames/latnames.html Vous dites débuter les études de latin! ? Les inscriptions suivantes sont loin d'être adaptées à un latiniste débutant.... Faites- vous des études d'histoire? Avez- vous déjà travaillé des inscriptions latines? À quoi est destiné ce travail, comme le demande à juste titre Jacques? Ces inscriptions étant particulièrement "nébuleuses et opaques" cela doit relever d'une forme de sadisme... 1) In templ/um Pluton/is factum / porticum / fecerunt / misre Felicis / Imilis Iamon/is f(ilius) anno Izaz/ci et Zrubalis / Anonis f(ilius) sufetes / Sucube(n)sium fece/runt Felix Iamo / Bolmicar Ioli Su/rus Zuresius Felicio / Diomede(s) Baliato / Anterotis Fortu/natus Diomedis / Assan Cilo Abdili/m Caledius Rusticu/s Ioli Namcido Cad/aius Ibubalis An/inus Felix Aesopi / Cadaius Suaeo / Primicenius Se/cundaes fece/runt queis Fortu/natus Adnlinis / Caledii Mutumb/al Nassaius Mis/cadaius Banocilo / suis impe(n)sis cum / colum{i}nis trib/us constituerunt. Cette inscription provient de Brighita.-/ Sucubi. Elle est remarquable par l’abondance des noms puniques . Elle parle d’un portique – porticum, construit – fecerunt pour ( aux abords) le temple de Pluton- in templum Plutonis factum. La liste des personnes qui ont contribué à la construction ( fecerunt = ont fait, ont construit) est difficile à traduire : elle commence me semble-t-il à misre Felicis ( certaines transcriptions mettent une majuscule à Misre ( ligne 1) et se termine à Secundaes fecerunt ( ligne 5). À ces noms s’ajoute la liste que je ferais débuter à quieis (ligne 5) et finir à Banocilo : les personnes de cette dernière liste auraient contribué , à leurs propres frais, à l’élévation de 3 colonnes. Je crois reconnaître, sous réserve, quelques tournures latines habituelles : Iamonis filius = fils de Iamon( ?) ; Anonis filius sufetes (ligne 2)= fils de Anon, sufètes ( le sufète est un magistrat supérieur en Afrique Proconsulaire). Étant au pluriel, sufetes porte sur les personnes citées mais lesquelles ?. Il s’agit des sufètes de Sucubi : sufetes Sucubensium) queis est une forme archaïque de « quibus » - suis impensis : abl pluriel de « sua impensa »= « À leurs propres frais » - Cum columnis tribus constituerunt = ont dressé avec 3 colonnes. ( Sans doute s’agit- il du portique dressé avec 3 colonnes ?) 2. [Plutoni Aug(usto?)] Genio Aunobar(itanorum) sacr(um) / [M(arcus) Numisius Martialis(?) patron]us eorum sua pecunia parietes templi terrae motu vexa/[tas - q]uoque et simulacrum dei et picturis ceterisque rebus omn(i)bus / [- ornatis(?) ex H]S X m(ilibus) a fundamentis instituit et consummavit ar<e=I>a(m) ante templum emit / [cu]ratore M(arco) Numisio Martiale patrono eorum. Inscription découverte à Douameus/Thugga. Traduction hypothétique : « Consacré à Pluton Auguste « Génie » des habitants de Aunobaris, Marcus Numisius Martialis , leur « patron » a , sur son propre argent, (re)construit totalement (a fundamentis = depuis les fondations) les murs du temple renversés par un tremblement de terre, il a ajouté aussi une statue du dieu et après avoir orné les tableaux et tous les autres objets, pour 10.000 sesterces, il a acheté un emplacement devant le temple. Marcus Numisius Martialis , leur « patron », responsable ( des travaux).( Par les soins de Marcus Numisius Martialis, leur patron) » 3 Plutoni Domi[no] / sacrum magi[strati]/bus Aisuri Fe[li]/cis fil(io) Nivamo[ne] / impe(n)sis pub(licis) fe[cit. Trouvée à Guelma/Calama Consacré à Pluton, Maître, .... Le verbe fecit – a fait, demande un sujet au nominatif sg que je ne vois pas... De même que je ne vois pas quoi faire de magistratibus... 4) Deo Plutoni sacr(um) pro salu/te dddd(ominorum) nnnn(ostrorum) Diocletia/ni et Maximiani et Constanti et / Maximiani nob[i]lis(s)im<o=I>(rum) Caessss(arum) / temp{u}lum Plut(o)nis // co//la<p=B>sum et / dedicatum per instantia(m) felic<em=I> / C(ai) Aeli Fortunati et L(uci) C(ai) Antoni Marsua/tis magg(istrorum) f(un)d(i) Iub[a]l(tianensis) et Fortunatus Aliqau/tis arcarius etia(m) hi n(uminis) po(testatem) et maiest(atem) cura(ntes). Inscription trouvée à Kairouan/Iubaltianae La tournure dddd ( 4 « d) signifie qu’il y a 4 maîtres (dominorum) cités juste après : Dioclétien,Maximien,Constantin, Maximien. Ces 4 maîtres sont aussi César ( Caessss : 4 « S »= 4 Césars). Nous sommes à l’époque de la tétrarchie. Plus bas : magg(istrorum) : 2 « G »= 2 «magister ». Traduction hypothétique « Consacré au dieu Pluton, pour le salut de nos Maîtres et nos très nobles Césars Dioclétien, Maximien , Constantin et Maximien, ce temple de Pluton qui s’était écroulé ( a été reconstruit s-e) et lui a été dédié grâce à l’heureuse requête de Caius Aelius Fortunatus et de Lucius Gaius Antonius ,magistrats fondiaires à Marsuatis( ?) et à Iubaltianae( ?). Fortunatus , contrôleur du fisc à Aliquautis( ?) et ... ???? Aliquautis, Marsuatis : anthroponyme ou noms de lieux ? 5) Plutoni Aug(usto) / Frugifero deo / sacrum / Mercator Arbai Peregrini f(ilius) / voto suscepto aram marmo/ream promissam de suo / donavit idemque / dedicavit. De Khasbat / Thuburbo Maius. Consacré à Pluton Auguste dieu Fécond ( porteur de fruits). Mercator, fils de Arbai Peregrinus, a offert sur ses propres ressources et consacré en accomplissement d’un vœu cet autel en marbre qu’il lui avait promis.
  17. Bonjour, voici une traduction de ce texte : Je n’ai pas cru devoir cacher une épitaphe, gravée dans la pierre et parvenue entre mes mains . On dit qu’elle était disposée sur un mur ancien du palais archiépiscopal de Salon, appelé communément Le Château de Salon et qu’ elle fut découverte dans la neuf cent quatre- vingtième année du Christ. La teneur de cette épitaphe, si elle est authentique, est la suivante. Ecoute, voyageur, j’étais noble, né de sang sicilien, je m’appelais Roccaperta, j’étais fonctionnaire royal, j’administrais les impôts. Enfin le roi réclama injustement ma vie. J’ ai enduré cela et, par la volonté des astres, j’ai cessé de vivre. J’ai vécu dans un très grand bonheur durant trente- trois ans et j’ai cédé aux destins avec plaisir. Toi qui passes et lis ces mots, s’il te plaît, ne les juge en rien ridicules, sache cependant qu’il n’y a rien après la mort. Ne prie pas pour moi, n’aie pas pitié de moi. Porte- toi bien et souviens- toi que tu es mortel , toi qui verrais d’un cœur joyeux les Champs- Elysées, si de quelque manière ils existaient.
  18. Bonjour, le texte proposé par Michel Disdero est, comme vous l'avez bien remarqué, écrit dans un latin singulier. J'accorde structum à epitaphium sur base du seul témoignage que j'ai pu trouvé, et comme il est dit en critique historique " testis unus testis nullus". Ce n'est donc qu'une hypothèse. Je trouve d'ailleurs que le verum de si verum sit se justifie si on le considère comme adverbe; par contre si l'auteur a voulu l'accorder à tenor ( ce qui me paraît plus sensé), il a commis une erreur: on attendrait " verus". Et comment expliquer la proposition infinitive istudque repertum fuisse? La mettre en dépendance de aiunt? Cela me semble bancal... Quant à nuncupatum, je me pose la même question! Une solution serait de l'accorder anticipativement à Castrum.(neutre sg). Mais c'est "tiré par les cheveux". Une autre manière d'expliquer cela serait de mettre l'erreur sur le compte de la distraction de l'auteur qui aurait encore en tête strucTUM et comme vous dites " il aurait perdu le fil de la construction" Par ailleurs il me semble que Castrum pourrait être traduit par "cité, commune".
  19. Bonjour, je lis cependant ici: Diss. acad. de Anacharside Scytha books.google.be › books Idcirco , ' li quæ Anacharsis apud suos mutaverit , non nisi utilia fuisse arbitramur . Tale autem Ana . charsidi epitaphium structum invenimus , » ) lib . 7. cap . 8 .
  20. Bonjour, votre traduction est honorable ! voici cependant quelques remarques : Quoddam epitaphium : vous avez bien noté l’indéfini quoddam mais il n’est pas nécessaire de le traduire : « une épitaphe » possède déjà la notion d’indéfini. Celandum : est un adjectif verbal : « ne pas DEVOIR cacher » Incscriptum : peut- être « gravé » ? Quodam muro : même remarque que pour quoddam epitaphium. « Un mur » est suffisant. Structum : s’accorde à epitaphium : une épitaphe « disposée en ordre » Sic habet : « est la suivante » Vocabar : je garderais l’imparfait : « j’étais appelé » Stipendia : peut- être « les impôts » Tandem : « à la fin » « le roi exigea un sang injuste » Me tolerante astrisque volentibus : ce sont deux ablatifs absolus : « L’ayant supporté et par la volonté des astres », … Vivere desii : j’ai cessé de vivre. Laetissime : « avec très grand bonheur » Scias tamen : je fais dépendre ces mots aussi de quaeso ( comme judices) : « je te demande de savoir toutefois » ( tamen) Nec precare : « ne prie pas… » Nec mei miserere : « n’aie pas pitié de moi » et mori memento læto animo Campos-Elisios si qui sint visurus. « et souviens-toi que tu vas mourir toi qui verrais d’un cœur gai les Champs- Elysées si de quelque manière ils existaient
  21. Lisez bien ce que Pomponius Mela écrit avant la phrase que vous citez et qui a été heureusement corrigée par Jacques.
  22. Je pense que gravissimus factus désigne Charles d' Anjou présent "dans" illi"? Qu' en pensez- vous?
×
×
  • Create New...