Jump to content

Bill

Members
  • Posts

    500
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bill

  1. Il n'y a pas de quoi! J'avais simplement sous les yeux une autre version de votre texte qui me semblait en certains points meilleure! Je me permets d'insister sur "utillima/ utilissima" qui est un superlatif et signifie alors " TRES utile" Quant à " videatur" amené par "ut", cela était bien écrit tel quel dans votre version du texte que je n'avais lue avec assez d'attention... Bonne journée à vous et à vous, Raoul.
  2. Bonjour Raoul, bonjour Mikoyan, Excusez -moi si j'interviens avec indélicatesse dans votre dialogue, mais ce qui suit pourrait vous être utile: PDF] Liber Adversus Haereses - documentacatholicaomnia.eu Promissio manducationis eius sacramenti non videatur illi esse difficilis et inutilis, sed certa et utillima, et in praesenti tempore susceptibilis, in specie panis et vini, quam eis in coena dedit, et corpus suum distribuendo asseruit, addit : « Caro enim mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus (Joan. VI) ( pp 1835-1836) REMARQUES : 1) « videatur » ce subjonctif ne peut s’expliquer que par la présence d’un « ut= pour que » omis dans le texte. 2) " utillima" et non " utilissima":" utillima" construit sur " simillima, facillima" ( adj. en -ilis) n'est pas classique! 3) « In praesenti tempore « est expliqué un peu avant l’extrait ci- dessus (p. 1835) bas de colonne) : « et hoc notandum est quod evangelista non posuit praeteritum, sed praesens…intelligens et credens hoc quod Christus dixis se esse, et est, et semper erit, ita ea verba quae Christus in coena protulit coram suis discipulis, et eos docuit,in se retinent quam habuerunt in apostolis in sacramento panis et vini…. » 3) Je me demande si « susceptibilis » ne s’accorde pas à « Promissio manducationis » 4) observons « distribuendo » et non pas "distribuendum » (Ad Opera Petri Abaelardi. Appendix. Liber adversus haerese Liber Adversus Haereses -#F6D22../1079-1142,_Abaelardus,_Liber_A...‎
  3. Bill

    parvenir à

    Je dirais " Effecit ut tandem id faceret" ou " perfecit ut id tandem faceret"= " il est parvenu.... il a réussi...." Je n'ai vu nulle part, mais je peux me tromper" que " pervenit ut" soit une tournure correcte.
  4. "Illuminat vertis" est étrange comme tournure. " Illuminat" signifie " il (elle) éclaire/ illumine" mais " vertis" tel quel signifie " tu tournes, tu fais tourner" L'ensemble à mes yeux ne veut pas dire grand chose:" Il (elle) illumine tu fais tourner". "La vertu" se dit " " virtus( au nominatif)- virtutis( au génitif)" Pouvez- vous vous assurer de l'exactitude de la formule à traduire?
  5. Bonjour Ambroise, Omnibus obstantibus signifie , vous le savez, " tous (toutes/ tout" ) faisant obstacle" ( trad. littérale)= malgré l'obstacle de tous/toutes/ tout. A mes yeux le petit " hic" est que " omnibus" peut être masc/fém/ neut. Il faudrait alors ajouter " rebus"= omnibus rebus obstantibus: " Toutes choses faisant obstacle= malgré tout"; cela irait puisque obstare peut avoir comme sujet des êtres inanimés... de même que invitus peut qualifier des êtres inanimés ( exemples dans Gaffiot: chez Cicéron :" oratio invita", Horace "verba non invita", Ovide " invita ope, mais peut-être est-ce plutôt une utilisation "poétique" de " invitus"...). cordialement
  6. " Malgré moi" se dit " me invito ". Peut-être pourrait-on traduire "malgré tout" par " omnibus rebus invitis "= " malgré toutes choses"
  7. ... quelLE ville, quel village
  8. Dans quelLe ville, quel village...
  9. Ce serait bien de nous dire dans quel ville(village) se trouve cette fontaine: il y a peut-être un "office du tourisme" qui nous donnerait des idées voire des noms de passionnés pour nous(vous) aider? DD.L'III R. pose problème même si , Raoul, en effet " DD " peut vouloir dire " dederunt", "R" " Rex". L' pourrait signifier " Ludovicus" à côté de " L= Lucius, comme à Rome " M'=Manius à côté de "M"= Marcus. Quant à "III" avec tilde, je ne vois pas. Les recherches continuent!
  10. Je pense que vous avez raison Raoul. Mais que veulent dire DD.L'III.R.? Je n'ai aucune idée à ce sujet. Et je me demande (influencé par l'épigraphie latine antique) si Honnorat Coss ne signifierait pas Consuls honorés? Mais y avait-il des consuls à cette époque? Sans parler de la faute d'orthographe: hoNNorat et non hoNorat... Cordialement
  11. Absolument Raoul! Et peut-être la fontaine a-t-elle une double valeur : " simple source" désaltérante d'une part et d'autre part " sacrée, divinisée (nymphes)" et donc source d'inspiration pour les poètes ( Horace: O Fons Bandusiae...)
  12. Merci pour la photo! En effet Raoul, et " arrident" est bien gravé ainsi. Pour le reste, sans aucune certitude, je propose de lire non pas " nolis" mais " nobis"; non pas" tantuni mais" tantum" ce qui donnerait " bibe viator non nobis tantum sed ut tibi arride(a)nt nimphae"" bois, voyageur, non seulement pour nous mais aussi pour que les nymphes te soient propices ( sourient). A discuter bien sûr!
  13. Le texte latin est vraiment vicié! Il serait bien que Alilitth nous dise sur quelle fontaine se trouve cette inscription: est-elle accessible sur la toile? Raoul: " pour que les nymphes te soient propices ( te sourient)" demanderait " arrideant"?
  14. Il semble que cette phrase ne soit pas TOTALEMENT correcte en latin! Pouvez- vous vérifier?
  15. " Procinetus semper ad sum" En effet à priori "procinetus" n'existe pas en latin mais peut être est ce une deformation de "Procinctus" ?? Qu'en pensez vous et comme le traduiriez vous dans ce cas là Réponse: "Procinctus" comme participe est archaïque et signifie " qui est tout prêt"; " adsum" ' je suis là, je suis présent, j'aide" et non " ad sum" Trad: "Je suis toujours là, tout prêt"
  16. Bonsoir: " partis" est une autre forme de l'accusatif pluriel. Elle équivaut à " partes" " abstracta sunt": indicatif parfait passif dont le sujet est " omnia", et " abstracta" qui est une composante de cet ind parf passif est bien le part parfait passif accordé comme il se doit en tant que attribut à " omnia"
  17. Bonjour et, si vous le permettez, " bonne M...." pour les partiels! On dit que cette formule porte chance! Les textes que vous travaillez sont intéressants mais parfois très confus, d'où vos, nos hésitations. A propos de "Lombardam hereticam que erat socis Franci..." (§ 3) , " socis" ( socius? socia?) ne peut- il pas être compris comme " compagne dans l'hérétisme"? Ce n'est qu'une hypothèse évidemment et qui ne va pas vous simplifier la vie?
  18. “J'ai du mal d'ailleurs à comprendre la pertinence de cette incise. La phrase est peut-être corrompue. Dans ma lecture, je n'arrive pas à attribuer le mot heretica à quelqu'un, en principe il pourrait se rattacher à Barssalona ou à mater, mais ni Barssalona, ni sa mère n'etaient hérétiques.” 1) Je ne vois pas d’incise mais une proposition relative: “ quam nutrierat...” 2) Et si la note 10 du texte plus complet accessible sur internet était elle-même incorrecte? Voici la note 10: “ Sic ! La partie en italique est de toute évidence un bourdon du copiste. Nous savons en effet que la mère de Barcelone s'appelait Lombarde et qu'elle n'était pas une hérétique. La phrase originelle est peut-être celle-ci : que Lombarde, mère du témoin, avait nourrit en même temps que Barcelone, et qu'elle s'était faite hérétique pendant sa jeunesse. Veziade devait être en réalité la soeur de lait de Barcelone.” - en vous y référant sans doute, vous dites que “ en principe il pourrait se rattacher à Barssalona ou à mater, mais ni Barssalona, ni sa mère n'etaient hérétiques. “ Or, au § 3 du texte complet nous lisons “ Lombardam HERETICAM”, Lombarde qui au §1 est dite “ Lombarda uxor eius- son épouse à savoir l’épouse du propre père de Barssalone,Jean de Couffinat. et donc la mère de Barsalone - Lombarde matri ipsius testis- (§6) Que Lombarde fut compagne de l’oncle de Barsalona (§3)est une autre histoire... Les§ 7 et 8 quant à eux , tels que je les comprends, parlent de rituels hérétiques auxquels participa Barsalona ( par ex: “ Là, toutes les personnes, tant le témoin que les autres personnes susdites, adorèrent les dits hérétiques...” AVANT de se convertir à la foi catholique ( §8). Il me semble donc que tant Lombarda , la mère (ou belle-mère: voire préambule du copiste Doat) de Barssalone ,que Barssalonne elle-même furent hérétiques. 3) Il n’en reste pas moins, comme le dit Raoul que la forme “ Barssalona” est incorrecte et que de ce point de vue la note 10 a raison: il y a un bourdon du copiste. Peut-être faut-il comprendre “ CUM Barssalona - que la mère hérétique ( Lombarde) du témoin, avait nourrie ainsi que Barsselone, dès sa jeunesse”?
  19. Raoul: comme je vous donne raison sur le principe de tout faire pour respecter un texte à la lettre. Votre solution est séduisante et pertinente mais ( ) je manque d'informations historiques ou juridiques pour bien comprendre cette affaire d'héritage accordé au frère de Cestius. Anais.H va-t-elle nous éclairer? En guise d'amusement , mais je touche au texte, je vois chez César (B.G., I,2,4/ Budé 1967) " QUA ex parte = de ce côté, pour cette raison". En élargissant au domaine juridique, on pourrait comprendre " en ce qui concerne sa cause..." et traduire: "L. Cestius - pour ce qui le concerne, la succession de son frère lui fut accordée grâce au crédit de Agrippa- ( une incise ou une parenthèse donc) ..." Bonne soirée à vous!
  20. Je suis désolé, mais je ne trouve aucune source SERIEUSE de renseignements sur la datation de l'inscription. Mon hypothèse est que, puisque la colonne ou sa base a été trouvée en creusant au pied de la pyramide, l'inscription devait déjà s'y trouver. En effet, je ne vois pas pourquoi elle aurait été gravée par la suite d'autant plus que les ruines de ces colonnes découvertes lors des fouilles de 1660 devaient faire partie du même ensemble funéraire et compléter les informations concernant l'héritage de Cestius. Mais c'est une hypothèse. Dans un livre qui ne se veut pas " scientifique" intitulé " Toute Rome antique, hier et aujourd'hui " ( Bonechi 2003 , p. 124), il est dit que " les deux autres (inscriptions) sises sur les socles des statues en bronze du défunt ( au Musée du Capitole), nous renseignent sur les charges publiques et les héritiers du titulaire de la tombe" et que ces "inscriptions (sont) très anciennes. Mais vous voyez que ici on parle de statues en bronze et pas de colonne.... Quoi qu'il en soit, il me semble que cette inscription doit être située à la date ( ou à une date très proche) de celle de la construction de la pyramide. Espérons des éclaircissements!
  21. Bonsoir, En effet.... "quae... pervenit" pose problème au point que certains transcrivent le pronom relatif en ajoutant un point d'exclamation et que d'autres le transforment en "qua". A priori il est préférable de garder la forme (quae) telle qu’elle est réellement gravée.(voir: http://ancientrome.ru/art/artworken/img.htm?id=3895) Mais cela suppose, à mon avis,que l’on comprenne de la manière suivante: “Lucius Cestius ex parte fratris heredidatis quae ad eum Marci Agrippae munere pervenit - ... Lucius Cestius sur la part de la succession de son frère qui lui ( L. Cestius) est revenue grâce au crédit de Marcus Agrippa” “ Quae” aurait pour antécédent “ parte” . Attendez cependant d’autres propositions certainement plus éclairées et plus... simples... Attention: non pas " partieus" mais " partiBus"; recEper(e)= receperunt: 3è pers. pl. ind. parf. actif de " recIpere": voilà le verbe qui a pour sujets tous les nominatifs du début de l’inscription. Voici une transcription en latin " habituel" (mais vous l'avez sans doute déjà) Marcus Valerius Messalla Corvinus Publius Rutilius Lupus Lucius Iunius Silanus Lucius Pontius Mela Decimus Marius Niger heredes Cai Cesti et Lucius Cestius quae ex parte ad eum fratris hereditas Marci Agrippae munere pervenit ex ea pecunia quam pro suis partibus receperunt ex venditione Attalicorum quae eis per edictum aedilis in sepulcrum Cai Cesti ex testamento eius inferre non licuit J’ajoute une explication qui pourra vous être utile: Les héritiers testamentaires de C. Cestius et son frère L. Cestius à qui le crédit de M. Agrippa, avait fait attribuer une partie de l’hérédité (peut-être à la suite d’une querela inofffciosi testamenti pour la part léguée à quelque affranchi ou à une personne peu honorable) avaient voulu, pour exécuter le testament, mettre dans son tombeau ses riches étoffes brochées d’or ; mais ils s’étaient heurtés à l’édit reproduisant sans doute la prohibition de placer de l’or dans les tombes, et chacun pour sa part, de l’argent provenu de la vente faite par eut de ces étoffes, ils avaient fait élever le monument sur lequel cette inscription fut gravée. Bon travail!
  22. Quidam miles Hispanus ex uulnere capitis debilitatem incurrit. Ipse uero paruulos paganorum interficiebat et eorum cerebella comedebat, et bene erat ei' Je me permets de compléter ce que Raoul vous a proposé. Un soldat espagnol à la suite d’une blessure fut atteint d’une infirmité à la tête. Vraiment (?) il tuait (spontanément ?) de tout jeunes (très petits) civils (paysans?) et mangeait leurs petites cervelles et cela lui était bénéfique. - “ paralysie” me semble exagéré. - “parvulos est le diminutif de parvus” : " parvus = petit" - paganus: paysan, villageois, civil ( opposé à militaire; Et il y a présence de “miles” dans votre texte. A vous de voir et bien choisir donc) - cerebellum= diminutif de cerebrum; " cerebrum= le cerveau, la cervelle". La présence de deux diminutifs- parvulos/ cerebella- a sans doute sa raison d’être. - ipse: lui-même; il; de soi-même, spontanément. - vero: vraiment, de fait, mais. Bonne fête du travail...
  23. Bonjour à tous! Je pense que l'intérêt d'un forum est de partager nos recherches et découvertes, comme c'est le cas ici. Il se fait que en latin classique " vidente ( participe présent actif) teste = " le témoin voyant " donc " sous les yeux du témoin" alors que " le témoin ayant été vu, donc à la vue du témoin" se dit " viso ( participe parfait passif) teste". De même " Romanis vicentibus ( participe présent actif) = les Romains l'emportant= les Romains vainqueurs" alors que " Romanis victis ( participe parfait passif)"= les Romains vaincus" Mais c'est du latin " classique" qui peut-être n'est plus de mise à l'époque de l'inquisition. Et il va de soi que je peux être dans l'erreur!
×
×
  • Create New...