Jump to content

jacques

Members
  • Content Count

    408
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by jacques

  1. NVLLA SPES NVLLVS TIMOR LIBER SVM
  2. Bonsoir, Quel charabia ! Il ne faut pas perdre votre temps à écrire des choses qui n'ont pas de sens. Tout est à reprendre, mais hélas, je n'ai pas le temps ce soir. Je vouis donne tout de même le début, qui est assez difficile : tunc clamore : alors avec une clameur qualis solet : telle que c’est l’habitude (qu’il s’en produise) ex insperato : à la suite d’un fait inattendu faventium : des « supporters » Romani adjuvant : les Romains encouragent suum militem : leur combattant ; Notation d'une étonnante modernité...
  3. Mors nobis insidiatur ; quam qui timet vitam timet.
  4. Itaque est formé du mot ita, accentué sur l'initiale, et de la particule enclitique -que, qui ne change rien à l'accentuation. Attention d'autre part à ne pas confondre la longueur par nature et l'allongement par position, valable pour la métrique.
  5. SIC LVCENT VERA (Ainsi brillent les choses vraies).
  6. PER ANGUSTA AD AVGVSTA PERVENIES RESISTE NEV SILVERIS
  7. Oui, en gros, vicensimus est plus ancien que vicesimus ; quant à vigesimus, il peut s'agir d'une variante due à la forme ancienne du G, écrit C (cf Gaius et Caius). En fait, il peut y avoir aussi des graphies "archaïsantes" par souci de purisme. N'oublions pas non plus que ce ne sont pas les auteurs qui nous ont transmis les textes, mais des copistes médiévaux. En matière de dictionnaire, le Gaffiot est suffisant.
  8. Je me permets juste de lever la première difficulté, car je ne veux pas voler sa réponse à Raoul. licet indigni = "bien que (nous en soyons) indignes" C'est un emploi très classique de licet.
  9. Si je puis me permettre de répondre... in medium est un expression classique qui signifie "au beau milieu, c'est à dire "aux yeux de tous", "publiquement", Je propose donc pour la fin : "mettons bien en évidence l'autorité divine" (et attention, proferamus est au subjonctif).
  10. jacques

    medium

    medius, de même que imus et summus forment un latinisme signalé dans les grammaires. Pour comprendre cette tournure, je conseille de donner à medius le sens de "en son milieu", à imus le sens de "en son bas" et à summus le sens de "en son haut". Ex : medius rivus : la rivière en son milieu, d'où : "le milieu de la rivière", plus élégant en français, mais qui ne respecte plus bien sûr la construction latine initiale. De même : ima arbor : "l'arbre en son bas" d'où "le bas de l'arbre", summus mons : "le mont en son haut" d'où : "le sommet du mont". Ici, medium est épithète de quem. Tu as don
  11. Si je puis me permettre... - verba est au pluriel et n'est pas rattaché au bon verbe, - oratorem n'a pas été traduit.
  12. Attention : reprehendo signifie "reprendre" dans le sens de "blâmer" !
  13. "d'exemple pour que..." plutôt que "d'engagement à ce que..."
  14. Toutes les infinitives dépendent du hac de causa... quod du début. Signalons que c'est là une construction tout à fait incorrecte en latin classique. Dans la traduction, il est conseillé de faire de toutes ces propositions des indépendantes. Mot à mot : "Or Jupiter, admirant l'audace de l'un et de l'autre, plaça le Scorpion au milieu des astres afin que son image serve aux aux hommes d'engagement à ce qu'aucun d'eux ne se fie à quoi que ce soit"
  15. Si Bill permet que je m'immisce.. Spartacus, tu n'y arriveras pas en analysant des mots que tu ne connais pas : clarus signifie "illustre" ; contionem habeo signifie ici "prononcer un discours (devant le peuple)". De plus, "si ... aurait" est incorrect en français. Les trois dernières formes verbales que tu cites sont les imparfaits (3ème pers. du plur.) de audio, laudo et reprehendo.
  16. C'est un datif d'intérêt, votre traduction est bonne. Pline l'Ancien est un auteur assez facile ! Le problème est qu'il n'est pas un bon écrivain. Avec Hygin, vous allez rentrer dans les difficultés...
  17. Oui, là, c'est difficile. Intellectu ne saurait être un supin. Le supin en -u n'apparaît que derrière certains adjectifs comme facilis, difficilis, turpis, etc... C'est ici l'ablatif de intellectus. La phrase signifie en mot à mot : "Par la compréhension de la religion d'autrui, on croit que s'apprêtant à traverser les mers, ils ne s'embraquent pas avant d'y avoir été invités par le serment de leur conducteur en ce qui concerne le retour". La première expression signifie que les éléphants sont, d'après Pline, capables de comprendre les habitudes religieuses humaines concernant le respect des
  18. C'est une très bonne initiative, mais il faudrait changer d'auteur. Pourquoi pas les lettres de Pline le Jeune, neveu de Pline l'Ancien ?
×
×
  • Create New...