Jump to content

jacques

Members
  • Content Count

    394
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by jacques

  1. Merci beaucoup, mais l'on accède ainsi à une transcription, non aux manuscrits de l'époque. Bon, je suppose que la transcription a été faite par des spécialistes, mais je soupçonne des erreurs ou des mots oubliés. Ces imperfections doivent être le fait du document, il faut croire.
  2. Non, je parle de la charte elle-même, pas de ses transcriptions. Parfois, les archives sont mises en ligne. Autrement, il faut demander des photocopies sur des CDrom aux archives municipales ou départementales. Je le fais régulièrement pour des recherches sur la ville de Nantes. Mais il faut savoir exactement ce qu'on veut faire reproduire parce que c'est payant et que les documents (comme celui auquel vous vous intéressez) sont parfois très volumineux.
  3. Il faudrait vraiment que je puisse voir l'original. Pouvez-vous y avoir accès ?
  4. Bonjour, Nous avons là une formule assez elliptique qui peut signifier : "en attendant l'expédition (du document) à ce monastère"
  5. Bonjour, C'est vraiment ce qu'on appelle du bas latin ! 1° ad bene agendum et [h]edificandi et opus boni ibidem consumandi. Pour bien faire, édifier l'œuvre de bien et tout à la fois la consommer". 2° sed componat, pars pariendi, fidem servandi , libras de auro optimo C Mais qu'il ait à payer cent livres d'or le plus fin, une partie à acquitter (de suite), (l'autre) sur parole.
  6. Oui, bien sûr. N'oubliez pas de toujours poster un passage englobant vos phrases, et pas seulement ces dernières.
  7. C'est parce qu'il n'est pas assez visible dans les moteurs de recherche. Bien souvent, c'est un autre site (dont je fais partie) qui apparaît quand il y a une demande. Il faut dire aussi qu'étant "généralistes", nous sommes forcément plus demandés. De plus, nous avons beaucoup d' "habitués". Néanmoins, ce n'est pas une raison pour s'ouvrir davantage, me semble-t-il. Ce site a sa spécificité, il doit la conserver sous peine de se trouver "dilué" parmi d'autres. Oui, il faut le faire connaître davantage. Bon courage.
  8. Pour l'instant, il y a plus de modérateurs que de demandeurs qui interviennent ici ! Mais peut-être qu'avec le retour annoncé du latin en collège, les choses vont changer... Salinator, Merci encor De vos efforts.
  9. Bravo pour ce travail de bénédictin !
  10. Nous lisons dans les institutions de nos vieux pères que quiconque veut apporter aux monastères quelque chose qui concoure à leur accroissement, doit s'efforcer de transmettre son acte au souvenir de la postérité par écrit, afin que, faute de témoignage, celui-ci ne soit exposé par la suite aux contestations. C'est pourquoi moi, Stéphanus, mon épouse Airelda ainsi que nos enfants, librement désireux de marcher sur leurs traces, ayant à l'esprit leur gloire, et en même temps nos propres actes, [considérant d'autre part que] la rédemption de l'âme constitue son seul bien et ses seules richesses... La phrase n'est pas terminée. S'ensuit probablement la nature du don.
  11. Il faut passer par un hébergeur d'images. Mais ce n'est pas grave. Ce genre de texte est "préfabriqué" ; ce sont toujours les mêmes formules qui reviennent... Il y a une certaine confusion grammaticale à la fin, sûrement parce que le texte que vous postez a mal été retranscrit ou qu'on s'est mépris sur les abréviations et les ligatures, mais le sens ne fait aucun doute. Je vous fais cela demain.
  12. C'est évidemment legimus. Mais si vous avez le texte original, pourriez-vous nous en adresser une photo (lisible) ?
  13. Si quiconque parmi nous, nos héritiers ou subrogés veut ester, plaider ou chercher chicane contre cette vente, qu'il soit tenu pour nul de faire droit à sa requête, mais que celui-ci soit astreint à payer une amende de dix livres de bon or, et, afin que cette vente demeure inamovible et inchangée en tout temps, qu'elle soit placée sous le couvert de la loi arcadienne, garante de toute inamovibilité. Note : la dernière expression, très courante dans les actes de "vendition", semble faire référence à une loi du code théodosien sur les ventes et les transactions, la lex arcadiana. Une interprétation plus ancienne prend le mot stipulatio au sens propre (fétu ou rameau) ; une coutume primitive aurait en effet voulu qu'on fixât un brin de paille aux actes de vente pour sceller symboliquement l'engagement des parties.
  14. Vous n'êtes pas le seul à avoir déserté ce forum : on ne peut pas dire qu'il se porte bien...
  15. Oui, tout est bon. Vous voyez qu'en persistant un peu...
  16. Marcus : Vado in vicini agrum. (Je vais dans un champ voisin) - vicini n'est pas un adjectif, c'est le nom vicinus au génitif, corrige ta traduction. - venisne = venis+ -ne ; le reste n'est pas difficile. - minime doit avoir été appris. Que signifie possum ?
  17. Ubi eras, non jam es ; ubicumque sum, ibi es. ("Où tu étais, tu n'es plus ; partout où je suis, tu es là")
  18. Bonjour, Mot à mot : magna invidia : une grande animosité responsi : de ma réponse = pour ma réponse (génitif dit "objectif") subeunda est : doit s'insinuer prius : "d'abord" aures mitigandae (sunt) : "les oreilles doivent être apaisées"
  19. Alix, comme promis, voici un extrait d'une longue lettre d'Abélard à un ami auquel il confie son parcours spirituel. Vous le traduirez si vous en avez envie, et quand vous en aurez le temps... Abélard s'est épris d'Héloïse, une élève qui lui a été confiée. L'amour va perturber quelque peu leurs activités... Quid plura ? Primum domo una conjungimur, postmodum animo. Sub occasione itaque disciplinae, amori penitus vacabamus, et secretos recessus, quos amor optabat, studium lectionis offerebat. Apertis itaque libris, plura de amore quam de lectione verba se ingerebant, plura erant oscula quam sententiae ; saepius ad sinus quam ad libros reducebantur manus, crebrius oculos amor in se reflectebat quam lectio in scipturam dirigebat. Quoque minus suspicionis haberemus, verbera quandoque dabat amor, non furor, gratia, non ira, quae omnium ungentorum suavitatem transcenderent. Quid denique ? Nullus a cupidis intermissus est gradus amoris, et si quid insolitum amor excogitare potuit, est additum. Lettres d'Abélard et Héloïse (lettre 1), éd. de Poche.
  20. C'est du latin "facile" mis à part un ou deux points qui tiennent sans doute à l'édition du texte (sur l'histoire d'Habacuc). Il faut pratiquer régulièrement le petit latin (et éventuellement le petit grec) pour arriver à comprendre à la lecture, comme on le ferait en langue vivante. C'est en procédant ainsi que l'on reconnaîtra du premier coup d'œil une expression classique comme quid mirum si... , tout simplement parce qu'on l'aura déjà rencontrée deux ou trois fois dans ses lectures. La langue des Pères de l'Église n'est pas difficile (à l'exception de Saint Augustin) sauf dans les points qui touchent à la doctrine, mais, en ce cas, plus à cause du fond que de la forme. Si vous voulez poursuivre l'étude du latin médiéval, je pourrai vous poster des extraits des lettres d'Abélard à Héloïse. Il y a des passages poignants.
  21. Oui, vous avez bien compris. Veuillez m'excuser si ma remarque vous a paru humiliante. - "expliquer le nécessaire aux esprits des Frères (datif !) - "de sorte que" ou "si bien que", "de même que" celui-ci... "de même" celui-là s'est dirigé... "
×
×
  • Create New...