Jump to content

jacques

Members
  • Posts

    503
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by jacques

  1. Nam in Domino Salvatore ita errare eos affirmabat, ut dicerent eum non vere natum ex virgine, nec vere humanam carnem eum habuisse, sed simulatam carnis speciem ; nec ex mortuis eum resurrexisse, sed mortem et resurrectionem simulasse. En effet, il est affirmé [pourquoi un passif ?] dans le Seigneur Sauveur [mal placé] que ces gens-là s'égarent quand [ita... ut ?] ils disent qu'il n'est pas véritablement né de la Vierge [ce n'est pas un nom propre ici] et [une simple virgule suffit] qu'il n'a pas eu [tps en français] une véritable [vere n'est pas veram] chair humaine, mais au contraire [inutile] un aspect simulé de la chair [mal dit], et qu'il n'a pas ressuscité après sa mort [ex ?], mais au contraire [inutile] simulé la mort et la résurrection. Voilà pour le moment. A d'autres de prendre le relais...
  2. Ma traduction : Au nom de Dieu, amen. [omission de Dominus Pax (qui fait partie du titre du podestat)] Pesamigole de Bergame, magistrat [podestat] de Florence par la grâce de Dieu commandait [tps] à Octaviano fils [oui, mais ce n'est pas par filiation naturelle !] de Mainecti nomine [du nom de...] iuramenti in pena librarum quiquaginta Pisanarum [laissons cela pour le moment] ut [à quel verbe allez vous rattacher ce ut ?] incontinenti [= sans délai] conpleat [le verbe a un sens classique] et Baroni [dat. de Baro : ne perdez pas le fil] fils du défunt Baronis qui fera [mode ? Et pourquoi "qui" ?] rédiger un outil d’interpellation [un acte d'appel] de l’État [=public], que le maître rendu publique [??] devant Ardengo évêque de Florence et frère Ruggiero de l’ordre des frères prêcheurs. Cet ordre a été fait au palais des fils [cf. plus haut] Abbatis [à quel cas est ce mot ?], en l’an 1244, au troisième ides de mars, seconde indiction, en la présence des témoins seigneur Baldovinecto del Cece et Arnoldo son fils et Iacobo, qui est appelé Ciapetta est un héraut du peuple [banniteur communal]. Moi Pierre, juge et notaire sur autorité impériale toute chose que j’ai écrit et publié même signé selon les préceptes du pouvoir [sens ??]. Ce n'est pas un texte facile, du moins dans son objet. Ne vous a-t-on pas donné quelques éléments historiques et civilisationnels avant de vous le faire traduire ?
  3. Pour "à la mort de ce corps", je suggère hoc corpore mortuo.
  4. jacques

    Devise

    Bonsoir Cloelia (ou plutôt Clœlia), Vos propositions conviennent parfaitement. Dommage pour vos soucis d'envoi, mais cela dépasse ma compétence. Salinator interviendra sûrement.
  5. Bonjour à tous, propria perfectio serait plus classique ; impletio n'aurait certainement pas été compris de Cicéron, en admettant même que le terme existât à son époque. Le terme integritas a un champ lexical plus étendu que le mot français et devrait bien convenir à votre projet : en effet, suivant les contextes (mais ici, il n'y en a pas), il peut désigner la solidité de l'esprit, la santé mentale et physique et même la vertu dans son ensemble.
  6. Le texte n'offre pas de sens satisfaisant : on le dirait issu d'une traduction automatique. Où l'avez-vous trouvé ? Apparemment, c'est une impression moderne, et on devine des mots en français avant et après lui.
  7. Oui, je pensais à une source nettement plus ancienne... Sur quel support ce texte figure-t-il ? Je verrai cela ce week-end. Merci !
  8. Bonjour Gallus, Pouvez-vous nous adresser une copie due l'original du texte ainsi que ses références : il semblerait qu'il y ait des fautes de copie. Merci.
  9. Bonjour, Oui, c'est correct ; je rajouterais néanmoins a te (mot à mot "à toi"), sans quoi la phrase est trop générale : Noli sinere praeteritum praesentem a te furari
  10. Solo dicitur : "Solon est dit..." -> "On dit que Solon..." : essayez de placer Atheniensium sapientissimus pour compléter la proposition, le membre de phrase, si vous voulez.
  11. Vous ne comprenez pas ce que je demande ou le texte ?
  12. Solo dicitur : "Solon est dit..." -> "On dit que Solon..." Complétez la proposition.
  13. Je propose : Mortui viventes regunt.
  14. On peut dire : Mortui viventes regunt.
  15. Vous pouvez tout à fait vous fier à cette traduction, de plus présentée clairement.
  16. Le mot occulta désigne plus particulièrement les "doctrines secrètes" des Cathares, opposées à l'enseignement "pour tous", évoqué par manifestius. Comparez avec les enseignements "exotériques" et "ésotériques" dans les œuvres d'Aristote (ou de ses émules). In occultis suis signifie donc : "dans leurs doctrines secrètes".
  17. Bonjour Elias : Je me souviens de le remercier de sa sollicitude, mais bien certain qu'en ne répondant pas j'accordais(1), car le maitre pour chaque chose me dit sérieusement qu'il m'a parlé(2) et croire(3) que pouvoir profiter(4) de mon temps libre, lequel demande esprit et courage(5). (1) Cela n'a évidemment pas de sens : fixum ne peut pas se rapporter au sujet. Et quel peut bien être le complément de dabam ? (2) quoque est un adverbe et serio ne porte pas sur dixit. (3) credere est sur le même plan que locutum esse : donc "et qu'il croyait..." (4) Vous oubliez la négation. (5) A quel cas sont animus (et studium) ? Vous avez inversé le sens. Ce n'est pas facile, mais vous devez connaître le contexte du passage ; celui-ci doit vous aider. N'écrivez pas de choses qui n'ont pas de sens en français.
  18. Mot à mot : "Je ne laisserai pas passer intact", d'où "Je ne serai pas sans faire allusion à..."
  19. Bonjour Charline, Que voulez-vous exactement ? Je ne comprends pas votre expression "sans passer par les chiffres romains".
  20. Bonjour Apache, omninus curis sepositis est un ablatif absolu : litt. : "tous les soucis ayant été laissés de côté". quae salutis sunt = "ce qui est du salut", "ce qui appartient au salut". On a donc : "[cette dioctrine veut] que ... vous vous placiez dans un lieu à l'écart, oubliant tous soucis, afin de méditer ce qui concerne votre salut".
  21. Bonsoir boijeau, Votre adresse est invalide ; du reste, elle n'apparaît pas en surbrillance.
  22. Oui, mais il faut le signaler, parce qu'on n'a pas envie de se décarcasser pour rien Voici le résumé du début : Louis, roi de France donne, dans les mêmes termes qu'un document antérieur référencé, à Raymond, év^que de Maguelonne : - toute l'île sur laquelle est sise l'église avec ses dépendances, - l'île d'Esclio(1) 1° Sur mer : - le droit de pêche, étendu au comté de Melgor... (1) et à l'évêché de Maguelonne, - la moitié des revenus du port dit de Gradus (1) 2° Sur l'étang : - droit de pêche, - dons en nature, dîme et droit de clôture si l'Église en institue. En outre, dans la continuation de l'œuvre de ses prédécesseurs : - la possession perpétuelle du château de Villeneuve + dépendances, - les domaines ou villages d'Exindrium, amancio, Maurin, Coco (1) + dép. dans le périmètre de Villeneuve, - le château de Gihian et sa paroisse, - la manse et le village Paternegua, - le domaine de Vicus + dép., - le château de Veyruna + dép., - les domaines ou villages de Beiavicus, etc... (1) - la manse de Vivers (1) Je n'ai pas cherché à donner l'équivalent français actuel , d'autant que certains lieux ont disparu.
  23. Depuis le 11 mars, vous aviez le temps de vous manifester ; comme on dit, après l'heure, ce n'est plus l'heure. J'avais préparé un résumé que je n'ai hélas pas conservé.
×
×
  • Create New...