Jump to content
permafrost

Une éclipse de lune particulièrement coriace et insolite

Recommended Posts

Bonjour à tous !

 

Étudiant en sciences de la terre et féru d’astronomie, j’étudie actuellement certaines éclipses de lune survenues au Moyen-âge. Habituellement les chroniqueurs donnent des descriptions très succinctes de ces éclipses et la traduction n’est pas particulièrement difficile. Toutefois, il en va autrement des deux cours paragraphes que je viens vous présenter. J’ai effectué leur traduction mais certains points restent à éclaircir. Aussi je me demandais si parmi vous quelqu’un accepterait de m’aiguiller un peu pour m’aider à parfaire cette traduction et me montrer mes erreurs. Je n’ai fait du latin qu’au collège, aussi est-il fort probable que des fautes de temps et de déclinaison se soient glissées dans ma tentative de traduction. Les mots en gras sont ceux que je n’ai pas réussi à traduire. La première phrase est incomplète car le manuscrit était malheureusement en mauvais état. Si je tiens tant à traduire ce passage, c’est que le témoignage est d’une grande richesse. Et le fait que cette éclipse soit sombre et pratiquement invisible nous apprend énormément de choses sur la transparence de l’atmosphère et plus exactement sur l’état de la stratosphère à l’époque. Habituellement une éclipse de lune tend en effet à être de couleur rouge sang ou cuivrée. J’espère ne pas trop abuser de votre temps. Bonne journée et merci par avance.

 

Eodem anno nocte .XII. Novembris luna existens .XVI. cum iam hora esset....., ex toto disparuit; quod qui non viderunt eam, credebant ipsam nondum ortam, nec credebant illis, qui viderunt eam, cum nullum vestigium appareret ubi fuisset vel esse deberet quamvis tempus esset serenissimum, et cimerium lune deberet esse in loco, in quo est sol in estate quando est hora plus quam tercia, cepit ibi apparere subtillisima, sicut subtilior fuit unquam, et paulatim crescens ad statum consuetum devenit.

 

Unde versus:

Undecies quinque iunctis numeris cum mille ducentis

Et tribus annexis duodecima nocte Novembris,

Cum sine nube fuit celum nituitque serenum,

Luna diu latitans, cum debuit esse rotunda,

Visibus humanis se totam [subtrahit atra]

Post moram suam longa denua cornua pandens

Paulatim crevit et perdita lumina sumpsit.

Tentative de traduction:

 

La même année, dans la nuit du 12 novembre, la lune se manifesta à la 16ème heure, à l’heure même, à l’instant précis où elle se manifesta (???)……, dès lors elle disparut totalement. Ceux qui ne la virent pas, pensaient qu’elle n’était pas encore levée, ils ne croyaient pas ceux qui l’avaient vue car aucun vestige, aucune trace n’apparaissait à l’endroit où elle devait être ou, du moins, là où elle aurait dû se trouver ; et ce bien que le temps fut des plus serein, sans aucun nuage. Puis le sommet de la lune, qui devait être à l’endroit où se trouve le soleil en été quand il est plus que la troisième heure, commença à apparaitre délicatement, d’ailleurs une telle délicatesse n’a jamais été vue auparavant (??), et peu à peu elle arriva à s’élever à son état habituel.

 

Faut-il comprendre : « et peu à peu, elle reprit son apparence habituelle » ?

 

De là viennent les vers qui suivent :

La nuit du 12 novembre 1258,

Alors que le ciel était pur, sans nuage et brillant,

La lune demeura cachée pendant longtemps, alors qu’elle aurait du être ronde

(dans le sens de pleine lune, probablement, non ?)

Sombre, elle s’est soustraite en totalité à la vision des hommes,

Après son retard, ses longues cornes se dévoilèrent à nouveau

Peu à peu elle s’agrandit et prit un éclat démesuré, une clarté immodérée.

 

Les cornes de la lune font ici référence aux extrémités, aux deux pointes du croissant lunaire qui se dévoilent au fur et à mesure que la lune sort de la pénombre de la terre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tentative de traduction: Hé ! c'est une très belle tentative ! :)

 

La même année, dans la nuit du 12 novembre, la lune se manifesta à la 16ème heure, à l’heure même, à l’instant précis où elle se manifesta (???)……, alors que c'était déjà la 16e heure (alors qu'on était déjà à la 16e heure) dès lors elle disparut totalement. Ceux qui ne la virent pas, pensaient qu’elle n’était pas encore levée, ils ne croyaient pas ceux qui l’avaient vue car aucun vestige, aucune trace n’apparaissait à l’endroit où elle devait être ou, du moins, là où elle aurait dû se trouver où elle s'était trouvée ou devait se trouver ; et ce bien que le temps fut des plus serein, sans aucun nuage. Puis le sommet de la lune, qui devait être à l’endroit où se trouve le soleil en été quand il est plus que la troisième heure, commença à apparaitre délicatement, d’ailleurs une telle délicatesse n’a jamais été vue auparavant (??) "elle commença à se montrer très claire (briller très clairement), comme jamais elle ne fut plus claire [mais il manque une négation en latin, on attendrait nunquam], et peu à peu elle arriva à s’élever à son état habituel.

 

Faut-il comprendre : « et peu à peu, elle reprit son apparence habituelle » ? Oui

 

De là viennent les vers qui suivent :

La nuit du 12 novembre 1258,

Alors que le ciel était pur, sans nuage et brillant,

La lune demeura cachée pendant longtemps, alors qu’elle aurait du être ronde

(dans le sens de pleine lune, probablement, non ?) Si

Sombre, elle s’est soustraite en totalité à la vision des hommes,

Après son retard, ses longues cornes se dévoilèrent à nouveau

Peu à peu elle s’agrandit et prit un éclat démesuré, une clarté immodérée. "et peu a peu elle reprit la lumière qu'elle avait perdue"

 

Les cornes de la lune font ici référence aux extrémités, aux deux pointes du croissant lunaire qui se dévoilent au fur et à mesure que la lune sort de la pénombre de la terre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup Fernand d'avoir consacré tout ce temps pour me venir en aide ! J'ignorais que subtilis pouvait être traduit clair et c'est vrai que le contexte s'y prête beaucoup plus ! Le passage s'éclaire entièrement désormais :)

 

J'avais peur également que traduire Visibus humanis se totam [subtrahit atra] par Sombre, elle s’est soustraite en totalité à la vision des hommes soit erroné mais apparemment c'est valide. Car je ne voyais pas pas pourquoi atra était placé en fin de phrase...

 

J'aurai juste une dernière question. Pensez vous qu'il soit possible de garder dans la traduction du dernier vers le sens de crevit signifiant d'après mon Gaffiot grandir, croitre, augmenter ?

Et de traduire la dernière phrase par Et peu à peu, elle s'agrandit et reprit la lumière qu'elle avait perdue. Si je tenais à garder le sens de grandir, c'est que j'imagine que les témoins qui ont assisté à l'éclipse l'ont vue grandir petit à petit tandis qu'elle sortait de la pénombre de la terre et reprendre en même temps sa luminosité habituelle !

 

Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps promis ! En tout cas merci encore et très bonne soirée :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurai juste une dernière question. Pensez vous qu'il soit possible de garder dans la traduction du dernier vers le sens de crevit signifiant d'après mon Gaffiot grandir, croitre, augmenter ?

Et de traduire la dernière phrase par Et peu à peu, elle s'agrandit et reprit la lumière qu'elle avait perdue. Si je tenais à garder le sens de grandir, c'est que j'imagine que les témoins qui ont assisté à l'éclipse l'ont vue grandir petit à petit tandis qu'elle sortait de la pénombre de la terre et reprendre en même temps sa luminosité habituelle !

Oui, bien sûr ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...