Aller au contenu
mitrius

incompréhension : verbes, groupe et forme

Messages recommandés

Bonjour,

 

Par exemple :

 

CONSPECTVS

origine : CONSPICIO, IS, ERE, SPEXI, SPECTUM, tr

groupe : déclinaison des participes du parfait masculins des verbes

forme : nominatif singulier

traduction : contempler, regarder

 

Comment un verbe peut-il être de forme nominative ? Puisque le nominatif s'applique à un sujet.

 

Je ne comprends pas bien la différence entre groupe et forme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

CONSPECTVS

origine : CONSPICIO, IS, ERE, SPEXI, SPECTUM, tr

groupe : déclinaison des participes du parfait masculins des verbes

forme : nominatif singulier

traduction : contempler, regarder

 

Comment un verbe peut-il être de forme nominative ? Puisque le nominatif s'applique à un sujet.

"Groupe" ici semble désigner un ensemble de formes qui s'analysent de la même façon.

 

CONSPECTVS est un participe passé passif qui signifie "ayant été regardé".

Le participe est la forme verbale qui déguise le verbe en adjectif qualificatif. Il doit pouvoir s'accorder avec n'importe quel substantif ou pronom. Pour montrer à quel mot il s'accorde, le participe dispose du même jeu de terminaisons qu'un adjectif. CONSPECTVS, A, VM a le même jeu de terminaisons que BONVS, A, VM.

 

Le nominatif est un cas, c'est-à-dire une certaine forme d'un mot. Le nominatif est la forme du substantif ou du pronom quand il est sujet, mais pas seulement : c'est aussi la forme du substantif ou du pronom quand il est attribut d'un sujet au nominatif.

 

Les adjectifs et les participes prennent la terminaison du nominatif quand ils déterminent un substantif ou un pronom au nominatif.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci étant dit j'ai un problème pour comprendre une phrase.

 

Voici ci-dessous un texte qui figure sur une stèle au Fort LaLatte en Bretagne :

 

Hoc castellum

seculo XIV Roche Goyon nuncupatum

XVII Fort La Latte dictum

rediit pristinum statum annis MCMXXXVI

auctorieus Frederico Jouon des Longrais

et uxore Yolande de la Taille Tretinville

industriam et sumptus conferentibus

 

Regente Petro Paquet

et Paulus Vorin initio et Lucianus Prieur diutius

architecti publici publicum aes

operibus adhibverunt

 

Indigenae fabri studium et sollertiam in operam contulerunt

fratres et Maria Angelus et Iohannes Lemarchand strenui structores

Franciscus Durand et Paulus Pansard impavidi materiarii

Iohannes Durand lignarius artifex

fratres Levacon periti scanducarii

ceterique iuvante Stephano Doyet custode

 

Furore teutonica partim combusto

aere publico restauratum fuit

regente Johanne Sonnier

capitali architecto publico

conspectus protectus fuit decisione status consilii

cum prohibitione aedificandi anno MCMLXVII

capella benedicta fuit pristino anno

Utinam aremoricum hoc castellum

cuius refectio feliciter finita

magnae molis erat

pie servetur a posteris

longum in aevom

 

Et voici ma traduction (que vous pouvez corriger) :

 

Ce chateau, qui s'appelait Roche Goyon au 14e siècle, et Fort La Latte au 17e siècle, a été restauré dans sa forme d'autrefois en 1936, grâce aux contributions et à l'activité de Frédéric Jouon des Longrais et sa femme Yolande de la Taille Tretinville.

 

Les travaux furent conduit par les architectes des monuments historiques Pierre Paquet et Paul Vorin, puis par Lucien Prieur, grâce à des fonds public.

 

Les artisans de la région réunissèrent une main-d'oeuvre habile et passionnée : Jean Lemarchand et sa soeur Marie-Ange, maçons diligents ; François Durand et Paul Pansard, ébénistes intrépides ; Jean Durand, charpentier adroit ; les frères Levacon, escaladeurs (?) expérimentés, tous les assistants, ainsi que le gardien Stéphane Doyet.

 

En partie brulé par la fureur allemande, il fut rebati grâce à des fonds public sous la conduite du distingué architecte des monuments historiques Jean Sonnier,

[ conspectus protectus fuit decisione status consilii

cum prohibitione aedificandi anno MCMLXVII

capella benedicta fuit pristino anno ]

 

Si seulement ce chateau breton, qui était en grande difficulté et qui a été finalement réparé avec bonheur, puisse être préservé pieusement et éternellement pour nos descendants.

 

 

Je ne comprends pas le sens exact de la phrase en rouge, et surtout du mot "capella".

 

PS : les retours à la ligne de la version latine sont tels que sur la stèle.

 

 

Merci pour tout conseil,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui, mais là, CONSPECTVS n'est pas le participe passé passif de CONSPICIO, c'est le substantif CONSPECTVS, VS "la vue" (ici "le paysage"...). On dit qu'on a préservé le lieu en interdisant les nouvelles constructions.

 

Capella : la chapelle (ou éventuellement "la chevrette", mais pas ici ;) )

 

conspectus protectus fuit decisione status consilii

cum prohibitione aedificandi anno MCMLXVII

capella benedicta fuit pristino anno

 

"Le cadre a été protégé par décision du Conseil d'État,

avec interdiction de construire, en l'an 1967.

La chapelle a été bénie l'année précédente."

 

Note.- Les formes comme protectus fuit, benedicta fuit ne sont pas des parfaits passifs corrects (on devrait avoir EST au lieu de FUIT). Les rédacteurs modernes ont été influencés par le français ("fut protégé, fut bénie"). Cette distorsion se retrouve dans les actes rédigés par les braves curés des temps modernes (baptizatus fuit au lieu de baptizatus est pour "a été baptisé")

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci mille fois pour votre aide. En effet cela parait évident une fois la traduction dévoilée :)

 

Pour "capella", le mot "chapelle" n'est pas dans le Gaffiot. On ne trouve que "chèvre" ou un nom propre. Où l'avez-vous trouvé ? svp

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça doit se trouver dans les dictionnaires de latin du Moyen Âge. On dispose du vieux Du Cange (Glossarium Mediae et Infimae Latinitatis, une bonne demi-douzaine de volumes de 1200 pages grand format), disponible et téléchargeable en ligne mais tout est en latin... Un résumé de cet ouvrage en un volume, dû à Maigne d'Arnis, est également téléchargeable en ligne (Lexicon manuale ad scriptores mediae et infimae latinitatis). On peut aussi consulter en ligne, mais partiellement, le Mediae Latinitatis lexicon minus de Niermeyer, plus récent mais moins complet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×