Jump to content
Sign in to follow this  
Mikoyan

Texte inquisitorial de 1387

Recommended Posts

C'est bien ça, mais en français, on est obligé de rajouter le verbe après quod --> "il répondit qu'il ne s'était trouvé à Chieri qu'une seule fois, pas plus, et qu'il n'avait pas souvent eu d'entretien avec lui."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Raoul.

 

Pour revenir à votre remarque précédente. Ma traduction ci-dessous est-elle valable à titre d'exemple ? parce que je suis contraints d'ajouter des mots qui ne se trouvent pas dans le texte latin pour éviter interrogé si .. ou sur.... Le problème c'est que l'on passe du présent au passé.

 

Et primo interrogatus si est de alique habitu vel ordine. Respondit quod non, sed secularis est et coniugatus.

 

Tra. litt. : Et interrogé en premier s'il appartient à un quelconque habit ou ordre religieux, Il répondit que non, il est au contraire séculier et marié.

 

On commença par lui demander s'il appartenait à un quelconque habit ou ordre religieux. Il répondit à cette question par la négative. Il déclara être au-contraire séculier et marié.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Habitu" signifie plutôt "état" que "habit"; "On lui demande s'il appartient à quelque état ou ordre (religieux). Il répond que non mais qu'il est séculier et marié.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ok, encore merci Raoul. Mais je pense qu'il s'agit de l'habit. Un autre passage est plus clair :

 

Et primo dicit quod sunt elapsi triginta anni vel circha quod ipse Iacobus recepit habitum illorum qui dicuntur apostoli vel paupere vita...

Et en premier il dit qu'il y a trente ans passés environ que ce Giacobo reçut l'habit de ceux qui sont appelés Apôtres ou Pauvre vie <--- les Franciscains.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis arrivé à la fin de cette déposition. Et comme d'habitude j'ai bien du mal à traduire les lourdeurs juridiques de l'époque. La voici :

 

Ego frater Oddonetus de Lanceo prior conventus fratrum predicatorum de Taurino presens fui et audivi dum dictus Jacobi Bech de Cherio sic predicta omnia et singula suprascripta in hoc libro scripta et notata de anno presenti a XXI die mensis augusti citra ac ipsa die XXI mensis predicti confesssata, in quorum testimonium hic manu propria me subscripsi presentibus dictis dominis episcopo et inquisitore ac domino Simonino de Mustis canonico taurinensi et Johannino de Gorzano qui supradicta scripsit, qui Jacobus predictus suo iuramento sponte et deliberate confesssus est omnia supradicta, ut premittur esse vera ; hoc autem scripsi MCCCLXXXVIIII die XXVIIII mensis augusti.

 

Moi, Frère Oddoneto de Lanceo, prieur du couvent des frères Prêcheurs de Turin, fut présent et entendit tout ce que ledit Giacopo Bech, de Chieri, confessa. Et tout ce qu'il a confessé le 21 août de cette année, et avant cette date, fut consigné dans ce livre, point par point, et j'ai signé de ma propre main cette déposition en présence desdits Messeigneurs évêque et inquisiteur, de Monseigneur Simonino de Mustis, chanoine de Turin, et de Giovani Gorzano qui l'a écrite.

Ledit Giacopo, a confessé sous serment, spontanément et librement, toutes les déclarations susdites comme étant véridiques.

Ceci a été écrit le 29 août 1389.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je comprends ceci : " ....tout ce qui a été dit plus haut et ci dessus écrit en détail ("singula"), consigné dans ce livre cette année, de puis le 21 août dernier, ledit Jacob de Chieri l'a confessé ce jour même du 21 août. J'en ai signé le témoignage de ma propre main, en présence de..............etc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans le texte, apparaît une rare description des moyens utilisés par l'inquisition pour délier les langues, mais il y a un mot que je n'arrive pas à identifier caputii, je suppose qu'il s'agit de capitis en réalité, la tête du malheureux, dans ce cas c'est une information redondante et inutile en français, qu'en pensez-vous ?


posuereunt eum supinum. Demum quidam stetit et sedit supra pectus suum, exinde clausit sibi os de rostro sui caputii preiciendo aquam per eius nares, presente dicto inquisitore et multis aliis.


Ils le mirent sur le dos et pendant qu'une personne se tenait assise sur sa poitrine en lui maintenant la bouche (de sa tête) fermée, de l'eau lui était injectée au moyen d'un embout enfoncé dans le nez, en présence de l'inquisiteur et de beaucoup d'autres personnes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"de rostro caputii sui " : (lui maintenant la bouche obstruée) par la pointe de sa capuche (lat. médiéval: caputium ou capitium: capuce, capuchon, capuche...)

Bonne journée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...