Aller au contenu
versionus

L'exil de Cicéron

Messages recommandés

Bonjour, j'aurais besoin d'aide pour la version suivante:

 

"Ego minus saepe do ad vos litteras quam possum, propterea quod cum omnia mihi tempora sunt misera, tum vero, cum aut scribo ad vos aut vestras lego, conficior lacrimis sic ut ferre non possim. Quod utinam minus vitae cupidi fuissemus."

 

J'ai deja trouvé:

 

"Moi meme je reponds moins souvent a vos lettres que je le peux, parce que, d'une part, mes temps sont miserables et, d'autre part, je vous ecris ou bien je lis vos lettres, je suis confondu en larmes a tel point que je ne peux reister. Et si seulement j avais souhaité une vie plus courte."

 

Merci d'avance pour votre aide ! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas mal dans l'ensemble, cependant :

- Moi-même est lourd et inexact, "je" suffit.

- Pourquoi "réponds"? : "Je vous envoie ..."

- Ou as-tu vu "souvent"?

- Tu oublies de traduire omnia et "mes temps" n'est guère heureux.

- Tu oublies de traduire cum.

- "confondu en larmes" n'est pas très correct.

- Pour ferre, tu peux dire "supporter".

- utinam exprime à lui seul le souhait, tu n'as pas à doubler "si" par le verbe "souhaiter" en français (faute classique). N'oublie pas non plus de traduire quod (cf Gaffiot) : "ah! si seulement nous avions été ..."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici la suite ainsi que la formule d'adresse:

"Tullius S.D. TERENTIAE ET TULLIAE ET CICERONI SUIS"= Tullius dit bonjour à Terentia, Tullia et Cicéron.

Suis= ?

 

"O me perditum, o afflictum ! Quid nunc rogem te ut venias, mulierem aegram et corpore et animo confectam ? Non rogem ? sine te igitur sim ? Opinor, sic agam : si est spes nostri reditus, eam confirmes et rem adjuves ; sin, ut ego metuo, transactum est, quoquo modo potes ad me fac venias."

 

"O perdition, o affliction! Dois je donc te demander de venir maintenant , femme souffrante a l'esprit et au corps usé ? Ou ne dois-je pas? Je suis donc sans toi ? .....

Et apres je n'arrive pas a faire la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes mes excuses pour le saepe que je n'avais pas vu!!!

- mea tempora = "ma situation" (Gaffiot)

- Il s'agit du second cum, naturellement. = "quand".

- "submergé par les larmes", "accablé par les larmes"

- Je ne suis pas d'accord pour changer la personne de fuissemus, par respect du texte.

 

- Les exclamations contenant des adjectifs doivent être si possible traduites par des adjectifs en français : "ô malheureux (que je suis), etc..."

- quid = à quoi bon (Gaffiot)

- Première éventualité : spes nostri reditus (reditus est au gén.)

- Attention au subjonctif sim : "je serais". Cicéron explore l'autre alternative douloureuse.

- "à l'esprit ... " ne convient pas. Pourquoi pas "accablée dans son corps et dans son âme"?

- Opinor montre que Cicéron a pris une décision. agam est un futur.

- C'est plus difficile : "encourage-le (ou la, suivant ta traduction de spes) et aide à l'affaire".

- sin... transactum est : seconde éventualité. transactum est : "mon sort est scellé"

- fac+ subj.: fais en sorte de.

 

Suis dans une suscription = à ses chers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vous remercie mais reste cependant dubitatif quand à la première phrase.

Ainsi, "tempora" est un pluriel et ne peux etre traduit par "ma situation".

 

Sinon, la 1ere phrase donne: "Je vous envoie monis souvent de lettres que je le peux, parce que, d'une part, ma situation est malheureuse, et d'autre part, lorsque je vous ecrit ou lis vos lettres, je suis submergé de larmes à tel point que je ne peux le supporter."

Est-ce correct?

 

La 2ème phrase donne: "Et si seulement nous avions été desireux d'une vie plus courte"

Est-ce correct?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Certes tempora est un pluriel, mais l'usage des deux langues impose parfois des divergences! tempora = "les temps", d'où ici "l'époque que je traverse", d'où "ma situation". Si tu veux un pluriel, dis "les circonstances".

Le début de ta traduction n'est guère correct en français. Il faut dire : "Je vous envoie des lettres le moins souvent possible". De même : "lorsque je vous écris ou que je lis vos lettres". Le reste est bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup Jacques pour votre aide précieuse, pouvez m'indiquer si la suite est correcte ?

 

"O malheureux que je suis, o affliction. Dois-je donc te demander de venir, femme souffrante, accablée dans son corps et dans son ame ? Ou ne dois-je pas ? Suis-je donc sans toi? Je pense, ...."

Après je sais que "agam" = subjonctif présent, "spes nostri"= notre espoir ? ou l'espoir des nôtres ?, "reditus" = retour, "eam" = accusatif de is, ea, id mais comment le traduire ?, "confirmes" = que tu confirmes, "adjuves" = que tu aides et "rem" la chose.

 

Pouvez vous m'aider ?

Merci :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- Pour adflictum, il faut suivre le même principe : "O malheureux, ô désespéré que je suis" (à toi de chercher éventuellement d'autres adjectifs).

- "Ne dois-je pas" suffit.

- "Je serais donc sans toi" (Si sa femme reste, il sera sans elle!)

- Je t'avais dit que agam était un futur. Mot à mot : "Je pense, je vais faire ainsi" d'où "Voilà, je vais faire comme cela : "(La décision est prise).

- nostri est le génitif de noster. On a donc : "s'il existe un espoir de notre retour"

- eam renvoie à spes,

- Je t'avais traduit rem adjuves. Tu ne sembles pas avoir lu!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci je pense avoir bien avancé grâce à vos indications. Cela donne donc:

 

"Je pense, je vais faire ainsi : s'il existe un espoir de notre retour, confirme-le et aide à l'affaire; sinon, ce dont je crains, tout est fini, de quelque manière que tu peux fais en sorte de venir auprès de moi".

Est-ce correct?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- Il faut inverser les propositions en français : "Je vais faire ainsi, je pense :"

- Je t'avais indiqué "encourager" pour confirmo.

- "aide à l'affaire" = "seconde mon projet", c'est plus élégant.

- sin = "si au contarire"

- ce que je cains"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tout Jacques. Je vais cependant vous mettre une dernière fois à contribution. Pouvez vous m'indiquer toute faute de traduction dans le texte fini:

 

"Je vous envoie des lettres le moins souvent possible, parce que, d'une part, ma situation est malheureuse, et d'autre part, parce que lorsque je vous écris ou lis vos lettres, je suis accablé de larmes à tel point que je ne peux le supporter. Et si seulement nous avions été moins désireux de vie! O malheureux, o désespéré que je suis! Dois je donc te demander de venir, femme souffrante, accablée dans son corps et dans son âme? Ne dois je pas? serais je donc sans toi? Je vais faire ainsi je pense: s'il existe un espoir de notre retour, encourage-le et seconde le projet, si au contraire, ce que je crains, tout est fini, en quelque manière que tu peux fais en sorte de venir."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourriez vous également m'indiquer une tournure latine exprimant la souffrance dans la première phrase ainsi que tous les verbes au subjonctif présent de " O me perditum" jusqu'a la fin du texte ?

Merci beaucoup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dirais que les verbes au subjonctif présent sont "venias, rogem, sim, confirmes, adjuves et encore venias".

Est ce correct? De plus quelle est leur valeur dans le texte? Incertitude? Souhait? Valeur impérative?

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tout Jacques. Je vais cependant vous mettre une dernière fois à contribution. Pouvez vous m'indiquer toute faute de traduction dans le texte fini:

 

"Je vous envoie des lettres le moins souvent possible, parce que, d'une part, ma situation est malheureuse, et d'autre part, parce que lorsque je vous écris ou lis vos lettres, je suis accablé de larmes à tel point que je ne peux le supporter. Et Ah! si seulement nous avions été moins désireux de la vie! O malheureux, o désespéré que je suis! Dois je donc te demander de venir, femme souffrante, accablée dans son corps et dans son âme? Ne dois je pas? je serais je donc sans toi? Je vais faire ainsi je pense: s'il existe un espoir de notre retour, encourage-le et seconde le projet, si au contraire, ce que je crains, tout est fini, en quelque manière que tu peux fais en sorte de venir de quelque manière que tu puisses."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"O me perditum, o afflictum ! Quid nunc rogem te ut venias, mulierem aegram et corpore et animo confectam ? Non rogem ? sine te igitur sim ? Opinor, sic agam : si est spes nostri reditus, eam confirmes et rem adjuves ; sin, ut ego metuo, transactum est, quoquo modo potes ad me fac venias."

 

Comme te le disait Jacques, puisque tu as traduit, tu pourrais le trouver toi-même...

rogem : indique la délibération, le doute.

venias suit logiquement par contagion... et après ut.

Le duexième rogem a un sens délibératif ou conditionnel.etc. Si tu as des doutes pour le reste, dis-le moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×