Jump to content

BLACKSTONE

Members
  • Content Count

    503
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by BLACKSTONE


  1. J'aurais tendance à traduire par un singulier : la maladie en général, ce qui me semble plus conforme à l'usage latin.

    Pour "courage", je choisis "virtus" qui traduit bien cette notion de courage.

    Je propose donc Morbus virtutem gignit. (engendre)

    Mais Jacques aura certainement quelque chose de meilleur à proposer...

     


  2. Je réponds plus tard sur le fond. Le meilleur dictionnaire est en ligne et très pratique : c'est le Gaffiot https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php C'est tellement pratique que je ne me donne même plu la peine de sortir l'exemplaire papier qui est au-dessus de mon écran...

    Au fait : ne rajoutons pas de mot : il n'y a pas "cette" dans la formule. C'est tout simplement Au Nom de la sainte et indivisible Trinité, ce qui est un équivalent de Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit mais qui met davantage en valeur l'aspect unité de la Trinité. 


  3. Eh ! oui... On parlait et écrivait latin deux cents ans avant Jésus-Christ et pendant tout le moyen âge... C'est comme ça qu'autrefois j'ai aidé une médiéviste... qui n'avait que des connaissances rudimentaires en latin !

    Certes, nous ne pouvons pas faire le travail à ta place, mais il faut quand même t'aider. Puisque tu commences le latin, on peut quand même essayer de t'aider à construire. De plus, le latin médiéval possède des particularités...

    Commençons par le titre IN NOMINE SANCTȨ ET INDIVIDUȨ TRINITATIS. Il faut lire : In nomine sanctae et inviduae Trinitatis.

    Si je te dis que "in" se construit ici avec l'ablatif et qu'on peut le traduire par "Au", tu dois arriver à traduire le reste. A suivre...


  4. Hélas, je ne suis pas un spécialiste de la philosophie, et encore moins de la philosophie allemande...

    Je vous recopie l'explication donnée sur internet par le lien qui se trouve dans mon premier message :

     

    Arthur Schopenhauer

    (1872-1970)

    L'essai de Schopenhauer sur la liberté de la volonté a remporté le prix de l'Académie royale des sciences du Danemark en 1839. Il a défini le liberum arbitrium indifferentiae comme n'étant pas déterminé par des motifs antérieurs. "Dans des conditions externes données, deux actions diamétralement opposées sont possibles." Sur la liberté de la volonté, p.8)

    « Tous les penseurs vraiment profonds de tous les temps, peu importe la façon dont différents leurs autres points de vue peuvent avoir été convenu dans le maintien de la nécessité de volitions sur l'apparition de motifs, et en rejetant la arbitrium liberum . (Sur la liberté de la volonté, p. 60)

    "Si nous n'acceptons pas la stricte nécessité de tout ce qui se passe au moyen d'une chaîne causale qui relie tous les événements sans exception, mais qui permettent à cette chaîne d'être brisée en d'innombrables lieux par une liberté absolue, alors tout prévu du futur, dans les rêves , en clairvoyant somnambulisme, deuxième vue, devient objectif et donc absolument impossible, et si inconcevable. (Sur la liberté de la volonté, p.64)

     

    Je ne peux, hélas, pas vous en dire plus...


  5. Je viens d'avoir une vraie élève sur e-bahut, et qui fait du latin à l'ancienne... Certes, elle est en première et a le niveau d'un début de cinquième, mais c'est quand même bien réconfortant. Les dinosaures n'ont pas totalement disparu...

×
×
  • Create New...