Jump to content

sicerabibax

Members
  • Content Count

    102
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by sicerabibax


  1. Bonjour,

    Vous devez vous demander pourquoi vous n'avez pas de réponse.

    Moi, je fais partie de ceux qui ne sont absolument pas capables de traduire cela (en tout rapidement et sans gros efforts).
    La raison principale en est que la psychologie moderne était totalement inconnue dans l'Antiquité.

    J'ai cherché dans Vicipaedia si quelqu'un n'aurait pas trouvé la réponse. Je n'ai trouvé qu'un article général sur la psychologie, dont la langue était qualifiée de "latinité douteuse". (La chose n'est donc pas facile.)

    Mais je ne me demande si on ne pourrait pas s'en sortir en utilisant une image militaire. César et d'autres ont bien dû se trouver dans et en dehors de "zones de confort" très concrètes. On devrait pouvoir récupérer leurs descriptions et les transposer dans votre domaine psychologique.

    Je ne peux pas le faire, aussi j'en appelle aux personnes biens plus compétentes que moi sur ce Forum.


  2. Bonsoir,

    Je ne sais pas si les parties "techniques" du site (conjuguer, grammaire, ...) ainsi que la première page sont très visitées (un outil existe-t-il pour mesurer la fréquentation ?), mais les fora, où la fréquentation peut se voir en temps réel, ne semblent visités que par nous autres, avec quand même la visite d'une illustratrice voulant mettre au point le titre d'un tableau.
    J'ai moi-même, dans les premiers temps de la nouvelle présentation, éprouvé une difficulté à retrouver les fora : ils sont intitulés "FORUMS D'AIDE A LA TRADUCTION".
    Même s'il est plutôt exact, ce titre n'accroche pas le regard. Ce que l'on trouve sous l'onglet n'est pas limité à la traduction, cela je ne m'en plains pas, au contraire, et je serais tenté de suggérer un titre comme "FORUMS D'AIDE A L'ETUDE DU LATIN". Mais il est encore plus long. Or pour accrocher le regard, il faut quelque chose de simple et ne nécessitant pas l'analyse.
    Pourquoi pas "FORUMS" tout court ? Ou même "FORUM" au singulier, en considérant les sub-fora inclus comme des compartiments d'un même grand forum ; d'ailleurs il est nommé au singulier dans le bandeau de tête : FORUM ROMANUM
    Finalement ce serait le titre idéal de l'onglet : FORUM ROMANUM (OU FORVM ROMANVM)

    Qu'en pensez-vous ?


  3. Recte dicis. In libro meo (edito a « Sĭni Libro ») ille « Anicius Manlius Severinus Boethius » vocatur, neque « Torquatus », at nihil refert, scriptis ejus fruor. Libenter lego, interdum alta voce (praecipue versus). Torquatus an non ? Non mihi curae est...

     


  4. Bonne année à tous !

    Cela fait plusieurs jours que je n'ai pas eu d'activité sur ce site. Je suis heureux de voir revenir Raoul. J'ai peut être raté un jeu ? Lire un chant de l'Enéïde par jour ? Euh... Mais Saint Augustin m'intéresse, comme je l'ai dit ailleurs, et je cherche une édition bilingue, car j'ai encore besoin de la technique du "petit latin" (découverte ici et là, et que j'apprécie de plus en plus), et une édition papier, car la lecture à l'écran n'est pas toujours idéale (et le papier ne tombe pas en panne ni ne "bugge"). Oui bien sûr, il y a la question de la qualité de la traduction, mais je l'envisage comme une aide à la compréhension, et, le cas échéant, il m'arrive de la critiquer...

     


  5. Bonjour,

     

    Je viens de trouver deux citations de ce texte (je copie-colle ce que je trouve de mieux) :

     

    Tam beata est uita cum non iam laboramus! Homines et discipuli otium et quietem saepe cupiunt sed eheu! Eheu! Necesse est laborare.

    Primis temporibus, Saturno, antiquo deo, filii nocent. Itaque Saturnus quietam uitam petit et inter homines regnat; tum nulla inuidia, nulla ira, nulla poena est. Incolae, omni cura liberi, uicinos amant et dulcem uitam agunt ; aurea aetas est!

    Atque etiam terra, sine labore, fecunda est; agricolis frumenti et cibi copiam dat. Mel de arboribus descendit et lactis flumina aut nectaris riui homines delectant.

    In Brigitte Réauté, Passeport Latin, Hachette Éducation

    Je l'ai pris de ce lien : http://vamosaprenderlatim.blogs.sapo.pt/16a-licao-documentum-decimum-sextum-5567?thread=14015

    avec mes excuses pour la langue portugaise du site, il y a peut-être des sites français qui donnent le même texte, mais c'est la précision "Passeport Latin" associée à la signature qui a attiré mon attention.


  6. Bonjour,

    cela sonne "biblique", mais je n'arrive pas à trouver le passage dont ce serait tiré.
    Où l'avez-vous trouvé ?
    Deux remarques :
    - cela paraît grammaticalement correct. Où est l'erreur ?
    - vous comprenez "vobis", qui est pluriel, comme un singulier ("ton").

    A par cela, vous avez le droit de paraphraser en "l'abnégation sera votre salut". C'est le datif "vobis" qui vous choque ? Qu'y aurait-il d'anormal à dire "l'abnégation sera pour vous le salut" ?


  7. Bon, la mise à niveau des forums devient urgente. Les failles sont de plus en plus grandes.

    Le problème est la récupération des données du site, que je dois mettre à niveau lui aussi, et c'est très long.

    Je vais donc de me contenter, si je puis dire, de récupérer les expressions, citations et autres maximes qui en constituent le cœur.

    Cette partie est bien avancée. Pour le reste, on verra plus tard... Je ferai au fur et à mesure.

    Merci de votre patience. J'espère que cela pourra être fait d'ici une quinzaine de jours.

    Amitiés. :)

    Un grand merci pour votre travail !

    Amitiés. :)


  8. Bonsoir,

     

    - Cum Caesar in Gallia proconsul esset – le subjonctif ne convient pas (et pourquoi l'imparfait?).

    Mais il serait surtout économique ici d'utiliser l'ablatif absolu : « Caesare in Gallia proconsule »

     

    - scripsit Cicero : pourquoi au parfait alors que ce verbe est au présent en français ?

    D'autre part : à qui ? (oubli ?), nous allons préciser : ad eum.

     

    - ut ei unum amicorum … Bien pour le génitif partitif. Pourquoi hésitez-vous, plus loin, sur l'accusatif ? Il s'impose logiquement.

     

    - Dixit Caesari (et non Caesare) [ou ad Caesarem]. Deux infinitifs côte à côte, ce n'est pas bizarre, mais il manque un « se », la logique c'est « dixit se decrevisse ».

    adduxisse, prosecutum esse : vous êtes sûre que ces verbes doivent être au passé, et que ces actions sont accomplies et révolues ? Je me trompe peut être, mais j'aurais mis : adducere, prosequi.

     

    - Nom jam Trebatium potuit adjuvisse … Pourquoi un infinitif passé ?

     

    - Ergo ad Caesare petit … lapsus calami pour « ab » ? Ensuite : faceret – pourquoi l'imparfait ? (petit est au présent). Plus loin, encore un infinitif parfait ;) c'est un infinitif présent qu'il faut.

    - A partir de « Dubitat », c'est un peu... mélangé, le « quod » n'est pas à sa place... avant « epistulam accepit ... » c'est mieux. « recevoir une lettre de César » : je n'y vois pas un complément de nom et je dirais en latin : « … a Caesare », et pour éviter le « quem » (qui est au mauvais cas) j'utliserais le participe présent : « rogante » (accordé en cas sur « Caesare »)

    - Ergo mittit … au moins je comprends votre phrase.

     

    Des gens plus compétents que moi feront certainement mieux, mais j'espère que cela vous aide déjà.

     

    Bon courage pour cette discipline un peu ingrate.


  9. Bonsoir,

    ce sont des dystiques élégiaques manifestes.

    Dans le pentamètre « Nota facit, mundus // quae mage rara facit » « mage » contient les 2 brèves d'un datctyle et ne peut donc être « magne ». On peut évidement invoquer une erreur de l'artiste du XVIIe siècle...

     

    Cela dit, Gaffiot (1934) mentionne un « măgĕ » en renvoyant à « măgĭs » (plus).

     

    Ce qui suggère : « Il fait connaître ce que l'univers renferme de plus rare. »


  10. Merci Bill. Et la suite ?

     

    C'est vrai qu'elle pose la question épineuse de la notion de rêve en latin.

     

    " l'esprit est la seule maison du rêveur, son refuge. "

     

    Je n'hésiterais pas à dire en conversation courante :

     

    « Mens est sola domus somniatoris, refugium ejus. »

     

    mais « somnium » (le rêve, dont est tiré « somniator », le rêveur) n'est attesté que dans deux situations :

    1. le rêve pendant le sommeil,

    2. le délire, ou la rêverie coupée de la réalité.

    Je ne peux donc donner mon exemple avec le « somniator ». S'il s'agit d'un rêve éveillé, et positif, je dois employer un autre mot.

    Je ne trouve rien de mieux que le verbe cogitare, et donc que le substantif cogitator.

     

    « Mens est sola domus cogitatoris, refugium ejus. »


  11. Hum...

     

    2. Pour moi, « les jardins de Rome » ce sont « horti Romae » (donc « in … hortis Romae »). C'est le génitif qu'il faut ici, et le génitif de Roma, c'est Romae.

     

    3. Oui, c'est « mali », et c'est bien cela qu'il faut écrire.

     

    4. Oui, l'ablatif.

     

    6. Oui, c'est un adjectif possessif : "noster, nostra, nostrum". Il est le premier de la liste "Autre vocabulaire".

    Ajoutons-y "meus, a, um" : "mon", et "suus, a, um" : "son" et "leur". (Suivant le contexte, "son" et "leur" peuvent aussi se dire "ejus" et "eorum" qui sont les génitifs singulier et pluriel de "is".)

     

    7. OK maintenant.

     

    Bene ! Opto tibi successum in linguā latinā.


  12. Bonsoir,

     

    donc il s'agit d'un exercice de thème, et surtout de déclinaison, accord, etc., avec vocabulaire imposé.

     

    1. OK

    2. Ou il manque 3 mots dans l'original français, ou il y a 2 mots de trop dans le latin.

    Mais le plus grave est l'oubli de décliner « Roma » (de Rome).

    Par ailleurs, dans la liste, l'infinitif d' ambulare a perdu son r (ambulo, as, ae, avi, atum)

    3. Il faut accorder « malus » au pluriel.

    4. Quel cas demande la préposition « in » pour cette longue station dans le temple ?

    5. OK

    6. Je n'ai pas compris la question entre « nos » (nous) et « noster » (notre).

    De toute façon, « nostri amici » doit être mis au datif, pas à l'accusatif. Le complément d'objet direct est le secours, pas les amis...

    Tu hésites sur la forme du mot « praoelium ». Ce mot est « proelium », avec la diphtongue « oe ».

    7. faux et inintelligible.

    « Les petits soucis » sont au pluriel => il faut accorder le latin.

    Pourquoi « le maître orgueilleux » est-il au génitif ? (ou au pluriel?).

    « ad » gouverne l'accusatif, pas le génitif (c'est d'ailleurs précisé dans l'Autre vocabulaire)

    Où est le verbe ? (ah, il n'est pas donné dans la liste..., mais tu sais quand même dire « conduire » en latin ?)

     

    J'espère que cela te guide assez pour le refaire (à mon avis, c'est facile).


  13. Si je donne un sens passif à "lucrantur" (qui est normalement déponent, c. à d. actif) pour dire "les richesses sont gagnées", j'obtiens :

     

    "Maintenant par ces arts on gagne des richesses exigues."

     

    Cela me paraît un peu mystérieux...

     

    Ce qui m'étonne, ce sont les.points.que.vous.mettez.entre.les.mots. Où avez-vous trouvé ce texte ? Sur un monument antique ? Lequel, et pourrions-nous en avoir une photo ? Cela nous aiderait à comprendre le contexte.

×
×
  • Create New...