Jump to content

Bill

Members
  • Content Count

    372
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bill

  1. "Loculus" peut désigner "un endroit où garder l'argent" et a alors comme synonyme "bursa" qui entre autres signifie "la bourse" (contenant sans doute les trente pièces d'argent, prix de la trahison de Judas), comme vu sur cette gravure.
  2. Omnis hora laetior periculosa. Chaque moment (heure)trop agréable est dangereux.(dangereuse) Omnis hora laetior vulnerat: Chaque moment (heure) trop agréable blesse.
  3. - -Salvatici,Salvaggi ( termes italiens): sElvatici, sElvaggi: sauvages, primitifs. -Tradidit aegyptis babylon aegyptus: le texte complet est: "Tradidit Aegyptis Babylon Aegyptus Achivis: Babylone a tout transmis ( enseigné) aux Egyptiens et l'Egypte aux Grecs. -Continuo auditae voces, vagitus et ingens: C'est un vers tiré de l'Enéide de Virgile: " Aussitôt on entend des voix et de puissants vagissements"
  4. Bill

    traduire une image

    Je crains ne pas pouvoir vous aider plus avant: il me semble que la photo que vous proposez est tirée d'un ensemble qui s'étire très en longueur si bien que les termes que nous lisons ici sont complètement isolés de ce qui précède ou suit directement. Où avez-vous pris cette photo? A Rome?
  5. Bill

    traduire une image

    Bonsoir, il est impossible de traduire le texte visible sur cette photo. C'est un "extrait" des "Res Gestae Divi Augusti- Les actions accomplies par le divin Auguste", premier empereur de Rome. Vous pouvez lire le texte complet ( il est quand même assez long) et la traduction ici: Res gestae Divi Augusti - Noctes gallicanaewww.noctes-gallicanae.fr/Rome/Res%20gestae/Res%20gestae.htm‎ ‎
  6. Un petit os est attaché à l’extrémité de l’os sacré, qui est appelé Coccyx par la ressemblance avec le bec de l’oiseau coucou ( ou tout simplement “ avec le bec du coucou” : les anciens avaient l’habitude de préciser de quoi ils parlaient, ainsi chez Ovide”Psitaccus ales: l’oiseau perroquet “ou chez César “flumen Arar- Le fleuve la Saône”...) ou encore par le son venant du bruit à savoir les craquements / les pets (1) qui sortent de là (qui inde exeunt) par tassement, ayant frotté contre cet os, et qui ressemblent au chant du coucou, ou enfin parce que un tel os est collé à l’os sacrum ce que ceux-là (2) disent ( dans leur langue) “kollasthai” dont provient “Kollax” , kallon (? un autre?) et , dérivé de ceux-ci (“derivaTum” et non “derivaRum” je pense), “Kollux” (1) Plaute utilise “ crepitus” dans ce sens très réaliste... (2) Je fais de “illi- ceux-là” un nominatif masculin pluriel sujet de “ dicunt”. “Ceux-là” pourrait désigner les médecins grecs auxquels notre texte ferait référence .”Kollasthai” en grec veut bien dire “se coller” . “ Kollax- le flatteur” (que je ne connais qu’ avec un seul lambda/L: kolax) provient selon moi suite à Androcide de “kollasthai “ via “ kolakeia- la flatterie” ( voir référence ci-dessous). “Kallon” me pose problème d’autant plus qu’il n’est pas accentué. Je n’ai pas de solution certaine. Quant à Kollux , je ne l’ai pas trouvé. A défaut on pourrait envisager une erreur de graphie et lire plutôt kokkux= le coccyx, koLLux ayant été amené par distraction de koLLasthai?... https://books.google.fr/books?id=z8w-AAAAcAAJ&pg=PA473&lpg=PA473&dq=kollasthai&source=bl&ots=FQ6ujFuV6K&sig=ycHT2wzQjyoRevHI2SyxhMck_Xg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj92qjLiM7JAhWMWxQKHQkXDuMQ6AEIJDAD#v=onepage&q=kollasthai&f=false cordialement *
  7. Bonjour, à propos de "quod eadem supposita luxationis specie", je me rends compte que " eadem" peut signifier " de même" et " supposita= qui suit", on pourrait traduire alors " et que, de même, dans le cas de la variété suivante de luxation..." Qu'en pensez-vous?
  8. Bonsoir Coccyx, bonsoir Raoul, Cette thèse est loin d’être écrite en latin dit classique et il me semble qu’il faut parfois savoir en oublier, ignorer les règles syntaxiques bien souvent très (trop?) strictes d’autant plus que certaines grammaires insistent souvent sur la liberté avec laquelle les grands auteurs classiques eux-mêmes ne respectaient pas toujours ces règles. Il en va ainsi de l’emploi des modes : les uns utilisent l’indicatif, les autres le subjonctif sans qu’il y ait des différences de sens. Aussi, pour “cum iis tamen differentiis quod minus fortis sit...duret ( phrase 1°)... facillimum sit (phrase 2), je ferais de ces subj l’équivalent d’indicatifs, les “quod” étant des “quod complétifs” développant donc “ differentiis”. trad: 1°. ( cum iis tamen differentiis) quod minus fortis sit, & per minus tempus duret in luxatione externa, sensim ac sensim locum habente ligamentorum extensione. “ ... avec cependant ces différences à savoir que ( d’une part) la douleur est moins forte et dure moins longtemps dans le cas de la luxation externe, les ligaments étirés revenant peu à peu à leur place” trad: 2°. quod eadem supposita luxationis specie, facillimum sit coccygem in eo retinere situ quo tensa ligamenta relaxuntur : praeterea dolor a tali pendens ligamentorum extensione tanto cum furore nonnunquam saevit, quando vel minimis non coercetur remediis, ut inflammationem abscessusque brevi tempore producat. “ et que (d’autre part), dans le cas supposé du même (eadem!) type de luxation, il est très facile de maintenir le coccyx dans l’endroit où les ligaments tendus se relâchent: en outre la douleur dépendant d’une telle extension des ligaments fait parfois (nonnumquam) rage ( sévit) avec une telle (tanto)fureur , quand (puisque) elle n’est pas contenue par des remèdes même très petits, qu’elle ( la douleur) entraîne en peu de temps inflammation et abcès.” Mes traductions (sont-elles sensées?) demandent à être étudiées /confirmées par le médecin que vous êtes ... et d’autres traducteurs ! Je trouve ainsi étrange la tournure “ vel minimis” qui se trouve dans l’original: je m’attendais à “ vel maximis”: “puisque la douleur n’est pas contenue (apaisée) par des remèdes, même les plus grands...” Cordialement t
  9. Bonjour, Il y a des variantes pour traduire vos phrases puisque par exemple “ le coeur” en latin peut se dire indifféremment “ pectus, cor, animus...; “la famille “ peut se traduire par “ mei”- les miens”, “propinqui- les proches, les parents”, “proximi- les tout proches, les parents”, “familia - la famille” ( ce dernier mot ayant dans l’antiquité un sens plus large puisqu’il englobe les esclaves); “les yeux”= “ oculi, ou, plus poétique “ lumina”; “la vue, le regard se disent conpectus, aspectus ” . “ Loin de = procul, ou des termes tels que “remotus,amotus...- éloigné ; “la force = fortitudo, vigor, robur...” - “ loin des yeux, près du coeur”: Procul ab oculis ( ab luminibus), prope cor (pectus, animum) - “ Loin des yeux ma famille est dans mon coeur - amoti a conspectu proximi (propinqui, mei) in pectore (corde, animo) meo sunt”; “Amota a conspectu familia in animo (pectore, corde) est. “Remoti ab oculis (luminibus)... / Remota ab oculis... -” ma famille est une force- “ Proximi (propinqui, mei) fortitudo ( ou vigor, ou robur...) sunt. Ou encore “ familia fortitudo (vigor, robur) est. Faites votre choix, toutes ces traductions et autres variantes sont correctes . cordialement
  10. Bill

    Traduction

    Voici une proposition: Tempus necessarium intermissioni consumere." Passer le temps nécessaire à s'arrêter." "intermissioni = , l'arrêt, le temps d'arrêt" . Cette forme peut être remplacée par " ad intermissionem": "Tempus necessarium ad intermissionem consumere" D'autres traductions peuvent vous être soumises. Patience donc!
  11. Ce texte est tiré d'un livre scolaire... assurez-vous déjà de l'avoir bien transcrit.... Diodori est bien un génItif, donc complément du nom. Ce qui précède l'extrait que vous citez doit vous aider à traduire! Vous avez bien commencé: " Alors Verrès envoya des esclaves". Où (auprès de qui) les a-t-il envoyés?
  12. Vous aider sera possible si vous nous donnez déjà votre propre traduction! bonne journée
  13. Bill

    sui

    Bonjour, je vous avoue que je trouve votre raisonnement un peu confus...Ce que je peux vous affirmer est que "ils espèrent pour LUI" se dit en latin " sperant ei ( ou illi, isti, huic)...Bien à vous .
  14. Bill

    sui

    Bonjour, comme sicerabibax vous l'a bien expliqué, "sibi" est le pronom réfléchi au datif, aussi bien au singulier qu'au pluriel et aux trois genres latins, masculin, féminin, neutre. Ce pronom renvoie au sujet de "speraNT" qui est un pluriel. En français vous aurez donc bien : "Ils espèrent que la république pourra leur être livrée." Si, dans le même contexte vous aviez eu "speraT" ( singulier), la traduction aurait été: "il espère que la république pourra LUI être livrée" cordialement
  15. A mon sens, cela ne relève pas plus de la poésie que de la prose. La langue latine fait plus souvent l'économie de "est" que le fait la langue française tant que le sens de la phrase latine est clair et net. cordialement
  16. Bonjour, c'est en effet un point incertain: j'ai vu l'interprétation DD= domino sur un site d'abréviations latines, et j'en ai conclu que le redoublement DD= domino était voulu pour éviter la confusion avec un simple D= dictus. Espérons que la solution certaine viendra d'autres intervenants... Abréviations latines - Forum Roubaix
  17. Bonjour, voici ce qui me semble correct: A l’homme très illustre, au sénateur très intègre , au maître (seigneur) Antoine Louis Séguier, avocat général du Roi au parlement de Paris, à un des 40 de l’Académie française, Le très humble et très obéissant Jean Cosme d’Angerville, depuis peu chirurgien chef de l’Hôpital (appelé) Hôtel-Dieu, voue, offre et consacre ces prémices de ses travaux, ce témoignage inaugural de ses études, (qui sont les) marques (tekmèria) non de son ambition, mais de sa soumission, de sa considération, en souvenir (in monumentum) de sa reconnaissance (gratitudinis) éternelle et aussi en signe (tesseram) d’une âme très attachée , avec le vœu très ardent de pleine santé. ( Pour L. Séguier évidemment) DD: abréviation de “ domino” ( oublions donc " docteur en théologie"!!!) “gratitudo” ne se trouve en effet ni dans Gaffiot, ni dans L.S, ni dans Du Cange mais il se rencontre cependant et doit signifier “ gratitude, reconnaissance”
  18. Bonjour, s'agit-il de ce magistrat (Séguier)enterré à Tournai? Selon vous D.D pourrait-il signifier " Divinitatis Doctori= docteur en théologie? cordialement
  19. Le terme grec est "tekmèria"= témoignages. Je m'attelle au reste dès demain en espérant que d'autres intervenants participeront!
  20. Bonjour, avant toute chose, vous serait-il possible de nous transmettre une copie(photo) de ce passage avec ce mot grec très peu lisible pour pouvoir être le plus précis possible? merci
  21. Tempus meum est, plutôt?
  22. Bonjour, en effet le passage en gras est retors et dans la disposition des termes et dans la formes de certains d’entre eux au point que on est en droit de se demander si ce segment est correctement écrit dans sa totalité! Voici comment j’ai “débrousaillé”, en attendant d’autres avis... La prudence est de rigueur... Je construis ainsi: a) “inter symptomata " - “inter” est toujours accompagné d’un accusatif. “inter symptomata”= parmi les symptômes. “levium illorum” : “illorum” me pose problème: ce démonstratif est au masculin ou au neutre . NE MANQUE-T-IL PAS UN MOT AUQUEL L'ACCORDER? Si pas, je corrige en féminin “illArum” à condition de pouvoir alors accorder “ levium illA(?)rum” au nom féminin “differentiarum”, ce qui me semble possible mais assez singulier , vu leur éloignement dans un texte qui n’est pas poétique. c) quoi qu’il en soit , sauf avis contraire, je procède ainsi: - levium illA(?)rum differentiarum observatio”: “l’observation de ces légères différences”. d) "quae perspiciuntur": autre difficulté: quel est l'antécédent de "quae": " symptomata" ou " differentiarum". Vu l'ordre des mots dans ce passage, tout devient possible!Je penche pour " differentiarum" e) “res tanti momenti ipsi videri non debet”: - “(l’observation )ne doit pas lui paraître chose d’une importance aussi grande”: - “lui”: je traduit ainsi le datif “ipsi” qui renvoie au sujet de “desiderat”: “pour celui qui désire...l’observation ne doit pas lui paraître...”. - Je fais de “res” l’attribut de “observatio” , attribut possible avec “videri” - momentum-i: l’importance. En résumé cela DONNERAIT ceci: Caeterum singulam seorsim [le Gaffiot donne seorsum] noscere luxationem qui desiderat, levium quae inter illorum symptomata perspiciuntur differentiarum observatio res tanti momenti ipsi videri non debet : “ Du reste, pour celui qui désire connaître chaque luxation séparémént, l’observation de ces légères différences qui sont reconnues parmi les symptômes ne doit pas lui sembler chose d’une importance aussi grande... ad causas tantummodo attendat, siquidem eae solae luxationis speciem indicare & constituere possunt, et luxationem externam, verbi gratia, causa tantum interna, luxationem vero internam causa tantum externa producat: qu’il soit seulement attentif aux causes puisque celles-là seules ( “eae solae” est un nominatif pluriel, reprenant “causas”) peuvent révéler et définir la variété de la luxation , et puisque , pour prendre un exemple, une cause seulement interne entraine une luxation externe, et même une cause seulement externe, une luxation interne. - vero= et même - producat: la forme est en effet un subjonctif. Or, à ma connaissance, “siquidem” se construit toujours avec l’indicatif . Je comprends donc” siquidem eae solae ...possunt ETcausa...producIt” . Le type de faute “producAt” ( je crois que c’en est une) est , lui , fréquent dans les manuscrits anciens, et plus aisément explicable: ce “A” est amené, inconsciemment sans doute par l’auteur, par la succession de “a” qui précède: internAm, causA, tAntum, externA”. Tenez-nous au courant vous? Cordialement,
×
×
  • Create New...