Jump to content

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Last week
  2. Mais attention, le rapprochement avec ce texte n'est qu'une hypothèse ! Sur votre document, y a-t-il la place d'un mot avant "AGIS" ?
  3. Vraiment formidable Jacques, un énorme merci pour cette explication passionnante! je ne sais comment vous remercier pour le temps que vous avez passé à chercher puis à m'expliquer. Très cordialement, Birdy
  4. Bonsoir, Ce texte, que j'ai vraiment eu plaisir à lire, est un sermon dont le point de départ est l'épisode des filles de Silo qui mènent un chœur, et que des hommes de la tribu de Benjamin se préparent à enlever (Juges, 21). L'auteur, ancien évêque de Langres retiré à Clairvaux à l'extrême fin du XIIème siècle, imagine que les quatre membres du chœur, Léa, Rachel (qui sont sœurs), Marthe et Marie représentent des catégories de personnes qui ont peut-être des qualités, mais surtout des défauts, et que ces défauts les empêchent de rester unies, car à chaque défaut énoncé, elle quittent la main de leur partenaire et rompt ainsi le chœur. Les quatre jeunes filles sont ainsi associées par l'orateur à chacune de leur partenaire qu’elles « lâchent » en fonction de la spécificité de leur défaut. En fait, si l'une peut un temps rester unie à l'autre, toutes se lâchent finalement à un moment donné, et la tâche ne sera pas facile pour leur prétendant. Le défaut de Léa, qui nous intéresse ici, est d’avoir consacré sa vie à des tâches temporelles et égoïstes et d’avoir négligé Dieu et les nécessiteux. A la fin de son sermon, l’auteur les interpelle une par une et leur adresse une sévère admonition pour les amener à résipiscence. Les phrases d’appel commencent toutes par « Quid agis… », « Que fais-tu… ? ». On a donc, pour ce qui nous occupe QUID AGIS LIA ? « Que fais-tu, Lia ? Brise ton orgueil par le labeur de ton corps, épuise ton corps à mener le chœur » car, comme dit le psaume (127), « Du labeur de tes mains tu te nourriras… ». C'est donc une invitation à trouver le labeur salvateur du corps et de l'âme et à délaisser la labeur qui aliène et éloigne du salut. Voilà. Si mon hypothèse est bonne, il doit manquer le mot Quid à l’inscription (ce sont toujours les premiers mots qui sont les plus vulnérables) ; quant à la personne qui l’a tracée, elle regrettait peut-être de s’être comportée comme Léa durant sa vie ???
  5. Earlier
  6. Intéressant! Merci beaucoup Jacques. Comme je ne suis malheureusement pas latiniste, le contenu de ce livre (et sa traduction) restent obscurs pour moi, mais je crois comprendre qu'il s'agit d'un livre religieux…(?) Lia serait alors la Léa biblique? Dans tous les cas, c'est extrêmement gentil à vous de m'aider à chercher la résolution de cette "énigme", merci infiniment! B
  7. Merci ! Oui, l'enseignement est une passion chez moi. Mais je suis plus helléniste que latiniste.
  8. Merci Jacques, "-que se met après le premier mot quand il coordonne deux propositions" Ton explication est excellente sur le "que" Et là je suis super content que toute ma traduction soit juste !!! MERCI pour la bienveillante attention à mon égard. C'est sympa de m'avoir répondu. Tu es manifestement un passionné des langues anciennes. "Sic itur ad astra", n'est ce pas !
  9. https://books.google.fr/books?id=1YdPAAAAcAAJ&pg=PA19-IA43&lpg=PA19-IA43&dq=AGIS+LIA&source=bl&ots=ibFYEykutf&sig=ACfU3U094ec1mZ-6_EwJqQHw_r7nHGktmQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjB2rnKiYPkAhVDxYUKHUE9B34Q6AEwEHoECAUQAQ#v=onepage&q=AGIS LIA&f=false A creuser... Je vais chercher, mais je n'ai guère le temps actuellement.
  10. -que se met après le premier mot quand il coordonne deux propositions. Il faut donc dire : "et les élèves attendent..." Autrement, tout est juste.
  11. Merci beaucoup pour votre réponse. Je vais essayer de vous donner le maximum d'informations: Sur un papier très épais et irrégulier, jauni par le temps, dont je n'ai pas la photo (ce document n'est pas à moi), trouvé dans le double fond (secret) d'un coffret en bois dans un grenier… nous avons pu lire la seule "phrase" tracée sur ce papier: "Agis lia", ou peut-être "Agis ila", ou encore "Agis Lia" … C'est tout. Les lettres sont en capitales, donc on a: A G I S L I A le document étant en partie effacé comme je l'ai dit, je ne suis pas certain de LIA ou ILA… Il existe un espace plus important entre AGIS et LIA, que entre chacune des autres lettres, ce qui fait que j'ai pensé à 2 mots distincts. Par contre on ne voit aucune autre lettre qui aurait été, elles, effacées. Donc il faut croire que c'est bien la phrase en entier. Il me semblerait que cette phrase soit en Latin. Google me propose "Et vous aussi" (?!). Mais on connaît la qualité des traductions Google! Lorsque je recherche dans des dictionnaires de latin, je serais plutôt enclin à penser qu'il s'agit de l'impératif de la 2ème personne du singulier du présent de l'impératif pour ce qui est de "Agis", ce qui pourrait se traduire alors par "Fais! (Agis!)". Quant à "lia, ila ou Lia" le sens est beaucoup plus flou… d'autant plus que je ne suis pas absolument certain des deux premières lettres. Pourquoi ne pas penser à la deuxième personne du présent de l'impératif "lia" qui signifierait peut-être "recouvre de liquide! - c'est à dire: oins!". Si l'on opte pour "Lia", dans ce cas, cela pourrait être un nominatif singulier pour le prénom Léa ( référence biblique? La sœur de Rachel? ). Mais peut-être ai-je tout faux… Compte tenu du contexte, je ne serais pas surpris que le texte soit codé ou ait une référence biblique, ou tout au moins religieuse… car le coffret avait un petit crucifix en argent enchâssé dans le couvercle… D'avance merci pour votre aide potentielle et en tous les cas pour vos efforts.
  12. Merci beaucoup pour votre réponse. Je vais essayer de vous donner le maximum d'informations: Sur un papier très épais et irrégulier, jauni par le temps, dont je n'ai pas la photo (ce document n'est pas à moi), trouvé dans le double fond (secret) d'un coffret en bois dans un grenier… nous avons pu lire la seule "phrase" tracée sur ce papier: "Agis lia", ou peut-être "Agis ila", ou encore "Agis Lia" … C'est tout. Les lettres sont en capitales, donc on a: A G I S L I A le document étant en partie effacé comme je l'ai dit, je ne suis pas certain de LIA ou ILA… Il existe un espace plus important entre AGIS et LIA, que entre chacune des autres lettres, ce qui fait que j'ai pensé à 2 mots distincts. Par contre on ne voit aucune autre lettre qui aurait été, elles, effacées. Donc il faut croire que c'est bien la phrase en entier. Il me semblerait que cette phrase soit en Latin. Google me propose "Et vous aussi" (?!). Mais on connaît la qualité des traductions Google! Lorsque je recherche dans des dictionnaires de latin, je serais plutôt enclin à penser qu'il s'agit de l'impératif de la 2ème personne du singulier du présent de l'impératif pour ce qui est de "Agis", ce qui pourrait se traduire alors par "Fais! (Agis!)". Quant à "lia, ila ou Lia" le sens est beaucoup plus flou… d'autant plus que je ne suis pas absolument certain des deux premières lettres. Pourquoi ne pas penser à la deuxième personne du présent de l'impératif "lia" qui signifierait peut-être "recouvre de liquide! - c'est à dire: oins!". Si l'on opte pour "Lia", dans ce cas, cela pourrait être un nominatif singulier pour le prénom Léa ( référence biblique? La sœur de Rachel? ). Mais peut-être ai-je tout faux… Compte tenu du contexte, je ne serais pas surpris que le texte soit codé ou ait une référence biblique, ou tout au moins religieuse… car le coffret avait un petit crucifix en argent enchâssé dans le couvercle… D'avance merci pour votre aide potentielle et en tous les cas pour vos efforts.
  13. Bonjour Jacques, Merci pour votre aide rapide L'enfant vient à l'école avec de nombreux amis, les élèves attendent longtemps le maître en silence. Effectivement magistrum c'est l'accusatif singulier alors j'ai rectifié cela ci-dessus. Est ce bien ? Mais pourquoi il y a "que" car que c'est avec une énumération normalement sauf erreur "quelque chose et autre autre" ? Un grand MERCI
  14. Bonsoir, Il me faudrait une photo du passage.
  15. Bonsoir, Dans la première phrase, vous n'avez pas magister, mais magistrum, donc ?... Et diu ne signifie pas "depuis longtemps". Autrement, c'est bon.
  16. Bonjour tout le monde, Voici mes deux petites phrases : Puer cum multis amicis ad scholam venit magistrumque silentio diu discipuli expectant. L'enfant vient à l'école avec de nombreux amis, les élèves et le maître attendent depuis longtemps en silence. Boni discipuli magistro ludi parent. Les bons élèves obéissent au maître d'école. D'avance, merci à une âme charitable de bien vouloir vérifier si j'ai bien traduit. En fait je ne suis pas sûr de ma traduction à cause de magistrumque. Au plaisir de vous lire ...
  17. Bonjour, J'aurais vraiment besoin de votre aide, car je ne suis pas latiniste et les traducteurs que j'ai consultés ne m'aident pas beaucoup! Sur un document ancien, et un peu effacé, je trouve la phrase suivante: "Agis lia", ou peut-être "Agis ila", ou encore "Agis Lia" … C'est tout. Auriez-vous une proposition à me faire afin de m'éclairer? Merci infiniment!
  18. jacques

    Aide

    curis rendrait la phrase incorrecte : pourquoi le datif ou l'ablatif pluriel ??? cura reste au nominatif et, chacun n'ayant qu'un souci, il reste au singulier. Par contre, le mot "avenir" se traduit plutôt par le pluriel neutre futura : mot à mot : "choses futures". En français, c'est lourd, pas en latin. Donc : NOBIS CVRA FVTVRORVM
  19. sabo

    Aide

    Bonjour, J'aimerais transformer le "Je" de cette phrase (Mihi cura futuri) en "Nous" La bonne réponse est-elle "Nobis cura futuri" ou "Nobis curis futuri" ou bien une autre ? Merci
  20. Vous avez en fait traduit "Je suis celui que je voulais toujours être". L'imparfait peut être laissé en latin à cause de l'idée durative. Pour ce qui est de "ce que", il vaut mieux : "Sum quod semper esse volebam". Ego n'est pas nécessaire.
  21. Bonjour, Comment traduiriez-vous la phrase suivante : "je suis ce que j'ai toujours voulu être"? Pensez-vous que "Ego sum, qui semper esse volebam" est correct? Merci d'avance! Bonne journée.
  22. Merci pour la correction et la suggestion.
  23. "et dominent d'autres territoires" ; "d'autres" et non pas "les autres". Cette légère faute m'avait échappé.
  24. J'ai essayé de trouver mieux, mais à moins d'ajouter au texte, je n'ai rien trouvé de satisfaisant.
  25. Super. Merci infiniment de cette réponse rapide. Belle soirée à vous. Cordialement Laurent
  26. Bonjour, Vous pouvez dire : TENVIS CÆSIA LINEA
  27. Bonjour, je cherche à traduire une phrase-emblème en latin. Cette phrase symbolise les « forces de l’ordre » : en anglais : the thin blue line en français : « la fine ligne bleue » ou « la mince ligne bleue » J’aimerais avoir la traduction en capitales d’imprimerie si c’est possible (il me semble que les U s’écrivent V)... C'est une analogie à la bataille de Balaklava, où le 93e régiment d’infanterie écossais résista à une charge russe, suite à quoi la résistance de ce bataillon fut métaphoriquement désignée sous le nom de "The Thin Red Line" en anglais. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/The_Thin_Blue_Line_(emblème) merci infiniment de de votre aide Laurent.
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...